En diffusant une simple image promotionnelle pour annoncer la sortie de l'épisode 5 de sa série Far Cry, l'éditeur Ubisoft a déclenché un tollé chez les militants d'extrême-droite.

Militant d'un groupe de suprématistes blancs dans le Wisconsin, en 2011
Militant d'un groupe de suprématistes blancs dans le Wisconsin, en 2011 © Reuters / Darren Hauck

Far Cry, c'est l'une des séries phares de la multinationale française Ubisoft : plusieurs dizaines de millions d'exemplaires vendus, et une notoriété suffisamment positive chez les joueurs pour faire de chaque annonce sur un nouvel épisode un petit évènement en soi. On y joue à chaque fois un personnage différent dans un univers original : un naufragé sur une île peuplée de pirates, un mercenaire perdu dans la savane africaine, un rebelle affrontant une dictature imaginaire en Himalaya, etc.

Depuis quelques jours, Ubisoft distille avec parcimonie les indices sur le thème de son prochain épisode. D'abord avec quelques vidéos de décors (un État de l'Amérique profonde), puis avec une image évoquant la Cène, et présentant les antagonistes du jeu, visiblement fans d'armes à feu, membres d'une version assez personnelle du catholicisme et tous... particulièrement blancs.

Une image qui fait bondir les "white supremacists", les adeptes de la "supériorité blanche", une partie parfois embarrassante de l'électorat de Donald Trump. Le développement d'un jeu de ce calibre prenant plusieurs années, on imagine que les développeurs n'ont pas vu venir la victoire de Donald Trump et, en partie, de cette frange de l'Amérique qu'elle a décomplexée.

"Un jeu anti-blanc", "propagande avérée" venue du Canada

Ce qui les dérange ? Qu'après avoir permis d'affronter (et de tuer virtuellement avec toutes sortes d'armes) des Asiatiques, des Africains ou des tribus des îles du Pacifique, le nouveau Far Cry semble avoir fait de blancs catholiques les "ennemis" du héros du jeu. Sur les réseaux sociaux, ils dénoncent donc un jeu "anti-blanc" qui fait de "l'Américain moyen" le méchant, menacent de le boycotter et évoquent même pour certains "les marxistes anti-blancs qui ont infiltré toutes les institutions de l'ouest".

Typiquement américain ? Pas vraiment... En France aussi, le jeu fait grincer les dents des militants de la droite dure sur Internet. Sur le forum 18/25 de JeuxVideo.com (l'un de leurs traditionnels lieux de discussion depuis plusieurs années) certains essaient de faire monter la polémique. L'un des membres a même lancé un thème de discussion sur le sujet, où il accuse le plus sérieusement du monde le jeu de "propagande anti-blanc" et s'inquiète d'avance d'être bientôt obligé de jouer un héros "homo féministe musulman transgenre qui butera les méchants blancs". On y évoque même une possible influence du Canada sur la politique d'Ubisoft (dont la principale branche est basée à Montréal), via un chantage aux subventions... Pour rappel, Ubisoft a réalisé l'année dernière un chiffre d'affaires de 1,46 milliards d'euros.

Polémique sur Far Cry 5
Polémique sur Far Cry 5 / Capture JeuxVideo.com
Polémique sur Far Cry 5
Polémique sur Far Cry 5 / Capture JeuxVideo.com

Des réactions qui restent toutefois ultra-minoritaires : la plupart des messages sur le forum français se moquent ou critiquent la polémique. Et sur Twitter, y compris outre-Atlantique, certains évoquent déjà avec un certain délice la possibilité d'égratigner un peu l'influence de ces groupes, même virtuellement. Certains promettent même déjà d'acheter le jeu à sa sortie, voire d'en commander plusieurs exemplaires... L'Amérique réconciliée, ce n'est pas pour tout de suite.

"Si Far Cry 5 rend furieux les suprémacistes blancs, alors ajoutez-moi tout de suite à la liste des précommandes"

"Je n'ai jamais acheté de jeu Far Cry, mais j'achète le 5 si l'on peut combattre des suprémacistes blancs"

Articles liés
Culture
Initiales DD
19 octobre 2017
Culture
Les flibustières
19 octobre 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.