Plus de vingt ans après les tout premiers jeux vidéo Pokémon, voici deux nouveaux épisodes "canoniques" de la série. Les fans et les collectionneurs l'ont déjà. Mais si vous êtes profane, voire largué et que le phénomène vous intrigue, sachez que cette version 2017 est une parfaite séance de rattrapage.

Lunala, Pokémon exclusif à la version "Lune" du jeu
Lunala, Pokémon exclusif à la version "Lune" du jeu © The Pokémon Company / Nintendo

Il y a de multiples raisons d'être totalement passé à travers le phénomène Pokémon. Pas votre génération. Pas votre style de jeu. Pas intéressé. Trop mignon. Trop simpliste. Trop compliqué. Pas le temps. Pas la bonne console. Bref, vous n'avez jamais attrapé le moindre Pikachu de votre vie et vous ne comprenez pas qu'on soit si fier d'avoir un Mew dans son équipe.

Et pourtant, sans le savoir, vous ratez sans doute quelque chose. Car la principale force de la série Pokémon (sa notoriété et la multiplicité de ses déclinaisons, en jeux, en série, au cinéma, en cartes à jouer, etc.) est aussi son principal défaut :  tout le monde sait (ou pense savoir) ce que c'est, et beaucoup passent donc à côté de ce qui reste, encore aujourd'hui, une excellente série de jeux vidéo.

Oubliez qu'on parle de Pokémon

Tout le monde a en tête Pokémon Go, l'application mobile qui a fait un carton en 2016. Un cas à part, qui utilisait simplement les personnages des jeux en les intégrant à une "chasse aux Pokémon" plaisante mais limitée. Idem pour la série animée ou les films au cinéma, ciblant plutôt le jeune public. Le véritable cœur de l'univers Pokémon, c'est une série de jeux vidéo dont le premier est sorti sur Game Boy en 1996 au Japon (1999 en France). Et pour apprécier ces jeux, il faut faire abstraction de tout ce qu'il y a autour.

Car ils sont plus complexes qu'on ne le pense, et puisent même leur inspiration dans des références du jeu de rôles japonais comme Final Fantasy ou Dragon Quest, tout en permettant au joueur de "collectionner" plusieurs dizaines (voire centaines) de personnages virtuels. Chacun ouvre de nouvelles stratégies pour progresser, dans des combats basés sur un système de "pierre-papier-ciseaux" amélioré : chaque Pokémon a un attribut (comme l'eau ou le feu), qui le rend vulnérable à certains éléments et plus puissants face à d'autres.

Oui, on peut commencer par la fin

Au fil des versions, et des ajouts de nouvelles créatures, les jeux Pokémon sont devenus de plus en plus complexes, encore plus pour le joueur adulte qui n'a jamais eu l'occasion de s'y essayer. De quoi rendre ce dernier un peu circonspect face à cette nouvelle édition (séparée comme toujours en deux jeux complémentaires, Ultra-Soleil et Ultra-Lune). Or elle est aussi, paradoxalement, la plus accessible aux néophytes : la progression est relativement encadrée, le jeu prend les débutants par la main en leur expliquant pas-à-pas la capture, les combats, la progression (quitte à agacer parfois les habitués)... Et surtout, il propose une sorte de réjouissante compilation de tout ce qui a été vu dans les épisodes précédents.

Si les fans auront tôt fait d'importer dans Ultra-Soleil et Ultra-Lune les centaines de bestioles glanées ces 20 dernières années, les nouveaux arrivants auront de quoi rapidement compléter leur Pokédex (dans le jeu, une sorte d'encyclopédie de tous les Pokémon existant) un peu trop vide, les deux jeux contenant à eux deux une gigantesque sélection de créatures. Une séance de rattrapage de luxe, en somme.

Mais du coup, est-ce un bon jeu ?

C'est finalement la seule question qu'il faudrait se poser, sans a-priori sur la série Pokémon elle-même. Et la réponse est oui : on est ici face à un jeu très abouti, simple dans ses mécaniques sans jamais être simpliste. Le jeu n'a rien de révolutionnaire techniquement, mais reste plaisant à l’œil. La personnalisation de votre aventure est quasi infinie, et votre équipe de six Pokémon a peu de chances d'être la même que celle d'un autre joueur. Le scénario en lui-même est certes enfantin et sert de prétexte à l'exploration des zones de jeu, mais l'intérêt est ailleurs.

Car en terme de plaisir de jeu pur, Pokémon Ultra-Soleil et Ultra-Lune sont de parfaits produits d'une longue expérience. On ne s'y ennuie jamais, les activités sont nombreuses, l'univers distrayant, on peut y jouer partout et y trouver de quoi s'amuser quel que soit son âge. Après tout, n'est-ce pas le propre d'un (bon) jeu ?

POKÉMON ULTRA-SOLEIL / POKÉMON ULTRA-LUNE - Disponible sur Nintendo 3DS/2DS

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.