.

Poni
Poni © Radio France / Agnes Derbhes

Après un silence radio de plusieurs années Poni Hoax est de retour. Depuis la sortie du sublime «Images of Sigrid» en 2009, beaucoup d’espoirs mais aussi beaucoup de désillusions ont bloqué un nouvel album : une signature avortée sur une Major, le désengagement d’un célèbre producteur, la multiplication des projets des membres du groupe (Limousine, Viva and the Diva, Paris…). Obstacles avalés, les revoici.

« A state of war » c’est le nom de ce troisième album. Un quasi concept album qui part d’un constat : tout est guerre, tout est combat. Et justement, parmi les combats de première ligne, il y a la volonté pour les parisiens de conquérir un nouveau public en ouvrant grand les portes des influences pop. Challenge de taille pour ces musiciens qui se sont rencontrés au conservatoire de jazz et pour Laurent Bardainne, leader du groupe, en particulier, adorateur de John Coltrane et d’Albert Ayler.

Quant au très habité chanteur Nicolas Ker, il s’est inspiré de son expérience personnelle. Seulement cette fois il a creusé encore un peu plus allant jusqu’à la quête psychanalytique. Objectif : tenter de se souvenir de son départ du Cambodge pour cause de génocide. La chanson «The Word» témoigne de tout cela, le tout perdu dans des vagues de synthés qui s’étirent sur huit minutes.

Groupe Poni Hoax
Groupe Poni Hoax © Radio France / Agnes Derbhes

Interview de Nicolas Ker, chanteur de Poni Hoax

Pour le reste sont convoquées les ombres de Roxy Music, de David Bowie, ou même de U2 période Rattle and Hum (qui oserait ?!). Seulement voilà avec Poni, rien n’est simple. Vous croyiez tomber sur une chanson de balloches avec une fille un peu trop maquillée et en quatre minutes vous voilà en train de parler fiançailles (je sais c’est bizarre !). Bref, ce disque est un piège. Une pierre de plus dans l’édifice déjà impressionnant du meilleur groupe français de ces dix dernières années. On vous aura prévenu.

Poni Hoax en concert le 18 avril au Bataclan à Paris et au Printemps de Bourges le 25 avril 2013

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.