Une recette de Bruno Oliver extraite de son livre "La cuisine de mon grand-père : un trésor de recettes de Raymond à Bruno" (Ed. Alternatives)

Poulet roti
Poulet roti © Getty

Simplissime le poulet rôti ? 

Pas tant que ça...« Un poulet mal préparé est un poulet mort pour rien », disait Raymond. Pour redonner sa noblesse à une volaille banalisée par la production de masse, rien de tel qu’une cuisson lente. Mais allez, je suis sympa – la cuisson normale fonctionne aussi.

Préparation : 1o min / Cuisson : 1 h 15 ou 3 h

Ingrédients

  • 1 poulet fermier Label rouge de 1,8 kg effilé
  • Graisse de canard (ou huile d’olive)
  • Sel et poivre du moulin
  • Piment d’Espelette (facultatif)
  • 1 tartine
  • 1 tête d’ail
  • 2 c. à s. de vinaigre balsamique

Procédé

Deux méthodes : cuisson lente (3 h pour un résultat plus tendre et plus juteux) ou normale (1 h 15). 

Dans les deux cas, farcissez votre poulet par le troufignon d’1 tartine de pain aillée et huilée en gardant le foie et le gésier à l’intérieur. Huilez ou graissez votre volaille en la massant et ajoutez 2 c. à s. de vinaigre balsamique. Assaisonnez-la généreusement de sel et de poivre du moulin, et si vous le désirez, d’un peu de piment d’Espelette.

Couchez-la sur le côté dans un plat à rôtir et arrosez-la d’1 c. à s. de vinaigre balsamique. 

Entourez-la des 12 gousses obtenues en frappant du plat de la main votre tête d’ail (pensez à inviter votre voisin après).

Enfournez votre volaille à froid (je sais Georges Blanc, je sais...). Allumez votre four à 110 °C (Th 4) pour une cuisson lente ou à 150 °C (Th 5) pour une cuisson normale.

Au tiers de la cuisson, retournez la volaille et arrosez-la d’1 c. à s. de vinaigre balsamique. 

Au dernier tiers, redressez-la, bréchet en l’air et arrosez-la de jus de cuisson.

Dans le cas d’une cuisson lente, forcez le four à 200 °C pour les dernières 15 min. Servez après découpage avec un écrasé de pommes de terre (pour ne rien perdre du jus de cuisson…) et pressez les gousses d’ail sur la rôtie.

(Ré)écoutez On va déguster consacré à Raymond Oliver et Jean Cocteau

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.