"J'ai du mal à comprendre pourquoi des lieux comme les librairies sont fermés", s'insurge le chanteur, alors que la France est à nouveau confinée. "C’est incompréhensible en fait, si ce n’est par une surdité totale du plus haut lieu."

Pour le chanteur, la fermeture des librairies est "une non considération de ce que peut apporter l’Art et la culture"
Pour le chanteur, la fermeture des librairies est "une non considération de ce que peut apporter l’Art et la culture" © Dominique A

Le monde des arts serait-il le grand oublié de ce nouveau plan de confinement ? C'est en tout cas ce que pensent certains artistes du milieu comme le chanteur Dominique A, qui sort la semaine prochaine un nouveau disque, "Vie étrange", réalisé pendant le confinement. "Il suffit de regarder la liste des commerces qui sont autorisés à ouvrir pour s’apercevoir de l’absence, du vide !", s'indigne-t-il au micro de France Inter.

"Une surdité totale de la part du plus haut lieu"

Dominique A confie avoir "du mal à comprendre, par exemple, pourquoi des lieux comme les librairies sont fermés". Il dénonce un manque de prise de conscience de la part du gouvernement : "C’est incompréhensible en fait, si ce n’est par une surdité totale de la la part du Château, du plus haut lieu. C'est une non considération de ce que peut apporter l’art et la culture, surtout dans une période anxiogène comme celle-ci."

Il y a un déni total qui est révoltant !" - Dominique A

"J’ai bien conscience qu’en disant tout ça j’ai l’air de plaider pour ma chapelle, mais il faut que les choses soient dites quand même", poursuit-il. "Dans les annonces qui ont été faites le mot 'culture' a été entendu une demi seconde . Comment on peut justifier ça ? Je ne sais pas. Je ne comprends pas, en fait."

50 sec

Écoutez le coup de gueule de Dominique A

Par Matthieu Culleron

La promesse de "mesures complémentaires" de soutien à la culture

Pour le secteur de la culture, il s'agit d'un "coup de tonnerre", a admis de son côté la ministre la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui s'est exprimée jeudi lors de la conférence de presse précisant les contours du nouveau confinement. Elle a promis à cette occasion des "mesures complémentaires" de soutien. Cinémas, théâtres mais aussi librairies resteront en effet fermés, ce qui a d'ailleurs poussé le jury du prix Goncourt et de d'Interallié à reporter leurs prix, qui devaient être remis les 10 et 18 novembre.

"Pour la culture, nous autorisons le travail préparatoire aux spectacles, les répétitions, les enregistrements et les tournages afin de préparer les activités de demain", a néanmoins précisé le Premier ministre Jean Castex, devant l'Assemblée nationale.