Dimanche, la jeune chanteuse Valentina, 11 ans, a réussi un exploit inaccompli depuis 43 ans : remporter l'Eurovision en représentant la France. Si c'est dans la version "junior" du concours qu'elle a brillé, cette victoire est malgré tout un bon signe pour la France à l'Eurovision.

Valentina, la candidate française - et lauréate - de l'Eurovision Junior 2020
Valentina, la candidate française - et lauréate - de l'Eurovision Junior 2020 © © Nathalie GUYON - FTV

C'est une phrase que l'on avait pas eu l'occasion de lire depuis 1977 et la désormais culte victoire de Marie Myriam : la France a remporté l'Eurovision. Plus exactement, c'est dans la déclinaison "junior", réservée aux 9-14 ans, que la chanteuse Valentina (membre des Kids United "nouvelle génération") a apporté à la France sa victoire, en interprétant un titre nommé "J'imagine".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Si l'édition 2020 du concours Eurovision de la chanson a été annulée en mai dernier, en raison de la crise sanitaire, l'Eurovision Junior était bien, dimanche après-midi, en direct de Varsovie en Pologne... et des 11 autres pays participants, chaque candidat étant en duplex depuis son propre pays. Depuis Paris, Valentina a donc interprété "J'imagine" sur une grande scène ronde, entourée par quatre danseurs et un écran géant sur lequel alternaient licornes, arcs-en-ciel et Tour Eiffel dansante.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La jeune candidate arrive largement en tête avec 200 points, contre 152 pour le Kazakhstan, deuxième au classement, et apporte ainsi à la France sa toute première victoire dans cette jeune déclinaison du concours. L'Eurovision junior n'existe en effet que depuis 2004, et la France n'y a participé que quatre fois auparavant, en 2004, 2018 et 2019 – l'an dernier, la candidate Carla était arrivée 5e avec son titre "Bim Bam Toi", devenu viral par la suite sur les réseaux sociaux.

"Le mot qui me vient à l'esprit pour qualifier cette victoire, c'est "historique". Cela faisait 43 ans que la France n'avait rien gagné. Et c'est d'autant plus fort cette année : les victoires font du bien dans les moments difficiles", a déclaré à France Inter Alexandra Redde-Amiel, directrice de la délégation française de l'Eurovision et directrice des divertissements à France Télévisions. "Cela fait huit mois qu'on travaille sur l'Eurovision Junior dans une crise sanitaire très complexe (...) Valentina est une petite fille solaire, elle est arrivée en nous disant que la vie est belle, et qu'il fallait le montrer (...) On a été fiers de montrer un message puissant dans une forme de communion européenne, car on traverse tous la même crise", ajoute-t-elle.

Bonne nouvelle pour la France

Voilà donc une bonne nouvelle pour la France à l'Eurovision, et ce à plusieurs égards. D'abord parce qu'avec cette victoire, la France va organiser l'édition 2021 du show. Même si l'audience de ce concours, diffusé en après-midi et dans moins de pays, n'a rien de comparable avec celle de son grand frère, cela va braquer les regards sur la France, pays à part dans la "culture Eurovision" : elle fait partie des big five (avec l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne et le Royaume-Uni), les cinq plus gros financeurs du concours, qui accèdent directement à la finale et pour qui l'enjeu est donc moins grand que pour le reste de l'Europe.

Mais surtout, et pour la première fois depuis longtemps, Valentina a fait mentir le fameux adage selon lequel le vote, géopolitique, n'est jamais favorable à la France : la chanteuse est non seulement arrivée première des votes des jurys nationaux (88 points), mais aussi en tête des votes du public par téléphone et SMS (112 points). "C'est un très bon présage", note Alexandra Redde-Amiel. "Remporter à la fois le vote du jury et celui du public, ça ne s'était pas vu depuis quinze ans. Cette victoire est à Valentina à 100%, il n'y a pas de discussion, pas de débat."

Une nouvelle qui pourrait donner un élan nouveau à la délégation française : "Une France fière, c'est une France mobilisée. L'Eurovision, c'est une marque populaire, une marque de communion. Remporter un trophée, ça peut amener les Français à se mobiliser." Et en même temps, on peut se dire que cette victoire confère aussi une certaine pression à la délégation française, car "personne ne vote pour la France" ne sera désormais plus une excuse suffisante en cas de mauvais classement.

Une préfiguration de l'Eurovision 2021 ?

Au-delà, le show de dimanche est aussi de très bon augure pour l'Eurovision de manière générale. Après une édition 2020 remplacée par une soirée longue au cours de laquelle on n'avait presque pas entendu de musique, les organisateurs ont cette fois pu anticiper pour permettre au concours de se dérouler malgré la crise sanitaire en cours.

Et cet Eurovision Junior pourrait bien préfigurer ce à quoi ressemblera l'Eurovision 2021, sans soirée de folie dans un stade néerlandais (Rotterdam accueille la cérémonie) mais avec un plateau principal au Pays-Bas devant un public réduit, des prestations enregistrées dans chaque pays, et une "green room" (la salle d'attente des artistes et de leurs proches avant et après leur prestations) décentralisée sous la forme d'une visioconférence. La formule est l'une des pistes privilégiées pour organiser la prochaine édition de l'Eurovision, elle semble avoir fait ses preuves pour l'Eurovision Junior. "Pour l'heure je ne peux pas vous dire comment cela se passera, on vit au jour le jour, comme on l'a fait depuis huit mois", détaille Alexandra Redde-Amiel. "On s'est adaptés et on s'adaptera, mais ce que je peux vous dire, c'est que la France sera là" pour l'Eurovision 2021.