L'exposition consacrée au trésor du pharaon Toutânkhamon commence ce samedi à Paris. Avant même son lancement, cette exposition a tout pour faire déplacer les foules et devenir un événement.

L'exposition Toutânkhamon se déroule à la grande halle de la Villette
L'exposition Toutânkhamon se déroule à la grande halle de la Villette © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN

Après Los Angeles, et avant Londres, Sydney, et six autres villes, c'est une exposition monumentale qui va faire halte à Paris, à partir de samedi et jusqu'au 15 septembre : la grande halle de la Villette accueille cette expo sous-titrée "Le Trésor du Pharaon", qui propose une immersion dans l'Egypte antique à travers 150 pièces retrouvées dans le cadre des fouilles du tombeau du pharaon né vers 1342 avant notre ère. 

Avant même qu'elle ait commencé, le succès de l'exposition est déjà assuré. Les planètes semblent alignées pour que cette exposition soit l'un des plus gros succès de l'année... voire plus. 

Déjà près de 150 000 billets vendus

Vendredi dernier, à une semaine de l'ouverture des portes, les organisateurs de l'exposition annonçaient avoir déjà vendu pas moins de 130 000 entrées, et espéraient en avoir 150 000 pour l'ouverture : il est en effet recommandé vivement de pré-réserver ses entrées à l'avance, car l'affluence pour cette exposition risque d'être considérable.

Le chiffre de 150 000 pré-réservations est à lui seul gigantesque : il suffit qu'au final, sur l'ensemble de la durée de l'exposition (six mois), il se vende au moins quatre fois plus de places pour que Toutânkhamon rentre au top 20 des expositions les plus vues de tous les temps en France. 

La dernière expo Toutânkhamon en France est celle de tous les records

Le souverain égyptien a déjà laissé sa trace en France lors d'une précédente exposition. C'était il y a plus de cinquante ans, en 1967, et l'exposition se déroulait alors au Petit Palais, près des Champs-Elysées. Il n'y avait alors que 50 pièces issues du tombeau de Toutânkhamon... mais celles-ci avaient réussi à attirer pas moins de 1,2 million de spectateurs, sur une durée similaire (environ six mois). Un record toujours pas dépassé en France. Cette fois-ci, il y a trois fois plus de pièces à voir dans un espace plus vaste (environ 2 000 mètres carrés). De là à espérer une fréquentation similaire voire supérieure pour cette nouvelle expo, il n'y a qu'un pas. 

Le succès serait total pour cette édition 2019 si ce record absolu était battu. Au total, seules trois expositions ont dépassé ce seuil du million de visiteurs, les deux autres étant "De Cézanne à Matisse" au musée d'Orsay en 1993 et la collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton en 2016.

L'étape américaine de l'exposition, un succès

Si en France elle est préparée en collaboration avec le département d'égyptologie du Louvre, l'exposition est internationale. Sa tournée a débuté par les États-Unis, où elle a rassemblé 700 000 spectateurs. Deux vols ont transporté, dans des conditions de sécurité maximale, les œuvres inestimables exposées à Paris à partir de samedi. Au total, l'exposition aura parcouru 10 villes et s'achèvera pour de bon en 2024.

L’ultime occasion de voir le trésor de Toutânkhamon

Si la sélection d’œuvres montrées est exceptionnelle à ce point, c'est parce que sur les 150 objets montrés, une soixantaine n'avait jamais quitté l'Egypte jusqu'à présent. Parmi les 5 000 objets retrouvés intacts (c'est la seule tombe d'un pharaon qui ait été retrouvée encore jamais ouverte), les 150 présentés sont des meubles, des bijoux, des objets de la vie quotidienne de Toutânkhamon ou des objets funéraires.

C'est surtout une occasion ultime de découvrir ces objets : s'ils sont partis en "tournée" hors d'Egypte, c'est parce que le musée qui les accueillait jusqu'ici, situé place Tahrir au Caire, a fermé et va être remplacé par un tout nouveau musée, près des pyramides de Gizeh. Les entrées de l'exposition participeront aussi au financement du musée - mais pour une proportion "dérisoire" du financement complet, le chantier étant estimé à environ un milliard de dollars. 

Il y a un hic ? Il y en a un. Un seul. 

Le seul élément qui joue en défaveur du succès de l'exposition, c'est l'absence de deux pièces absolument maîtresses dans le trésor de Toutânkhamon. D'une part, la momie du pharaon, beaucoup trop fragile pour être déplacée. Et d'autre part, le très célèbre masque funéraire, 111 kilos d'or emblématiques à eux seuls de la culture antique égyptienne. En raison d'une loi égyptienne, il ne peut pas quitter le pays, et est donc le grand absent de cette exposition itinérante - mais sera présent sous la forme d'une réplique.

En échange, d'autres pièces rares, comme les statues qui gardaient l'entrée de la chambre funéraire, encore jamais montrées hors d'Egypte, font partie de l'exposition. Restera à savoir si cela convaincra le public de pré-réserver sa place et de venir en masse à la Villette. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.