Auteur-compositeur-interprète, multi-intrumentiste et producteur indépendant, le "kid de Minneapolis" a construit une carrière riche et protéiforme, à la mesure de son talent

Prince - American Idol - Hollywood - 2006
Prince - American Idol - Hollywood - 2006 © Reuters

C'estdans ses mythiques studios de Paisley Park (Minnesota), qu'il avait fait construire après le succès de Purple Rain , que Prince a été retrouvé mort jeudi, selon une information du site people américain TMZ confirmée par l'agent de la star. Tout un symbole pour celui dont la carrière a été marquée par une farouche volonté d'indépendance, tant dans l'écriture que dans la production et la distribution de sa musique. Souffrant depuis plusieurs semaines, l'artiste avait annulé plusieurs concerts de sa tournée en cours, "Piano and A Microphone" , et était rentré chez lui vendredi après une brève hospitalisation il y a quelques jours.

ECOUTER-Le reportage de Frédéric Carbonne devant Paisley Park, où les fans se sont rassemblés après l'annonce de la mort de Prince

Né Prince Rogers Nelson, l'artiste américain a connu le succès avec la bande-originale du film Purple Rain (1984), qui s'est vendu à plus de 20 millions d'exemplaires dans le monde.

Il est également l'auteur de l'album Sign "☮" the Times , de la musique du film Batman de 1989, des tubes Kiss , Cream ou encore Sexy M.F .

Multi-instrumentiste, il s'est forgé au fil de son œuvre une aura de créateur ambitieux, avant-gardiste, et, via ses concerts, une réputation d'artiste scénique hors-pair, multipliant les solos, les danses ainsi qu'en valorisant les musiciens qui l'entourent. Souvent présenté comme rival de Michael Jackson, il partageait avec le "King of Pop" une énergie puissante et une rapport très physique à la scène.

Regardez-les ensemble sur scène en 1983, aux côtés de James Brown :

► ÉCOUTEZ | Une interview de Prince en 1985 (version originale)

J'ai grandi dans un monde en noir et blanc. Noir et blanc, nuit et jour, riche ou pauvre... J'écoutais toutes sortes de musique quand j'étais jeune. Et à l'époque, je disais toujours qu'un jour, je jouerai toutes sortes de musiques. Et que je ne serai pas jugé pour la couleur de ma peau, mais pour la qualité de mon travail.

Prolifique et indépendant

Dans les années 1990, il abandonne son pseudonyme au profit de l'imprononçable pictogramme "Love Symbol" en protestation du contrat qui le liait avec la maison de disques Warner Bros.“The artist formerly known as Prince” a recouvré son nom de scène original en 2000. Défenseur acharné de l'auto-production, il fut l'un des premiers à expérimenter la diffusion de sa musique via internet. Récemment converti au streaming, il avait pris l'habitude de diffuser titres inédits et vidéos gratuitement, n'hésitant pas à retravailler les titres ensuite.

Prince avait aussi souvent une bonne dose d'auto-dérision, comme ici en 2014 dans la série New Girl, où il jouait son propre rôle.

En 37 ans de carrière, Prince aura sorti pas moins de 39 albums studio et vendu près de 100 millions de disques.

Pour aller + loin

► Very Good Trip : Prince, rocker psychédélique et visionnaire
► Very Good Trip : Prince et le funk des années 80
Tubes and Co

Émotion mondiale

Musiciens, artistes, politiques ont rapidement réagi à la mort de Prince, "génie créatif" pour Manuel Valls, capable de faire de la musique "une expérience religieuse" pour l'acteur James Woods. Quant au Target Field, le grand stade de Minneapolis, il a été illuminé en violet en l'honneur de son "kid".

Réaction émue également de la fille de Michael Jackson, mort six ans plus tôt...

En France, la mort de Prince a également touché de nombreux artistes, dont certains ont réagi sur Twitter.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.