blogcs a l etude
blogcs a l etude © Radio France / C Siméone

Un seul billet de blog sur « Prisu » ce n’est pas suffisant. Quelle frustration ! Si artistes et designers y ont prix une place de choix, Prisu est aussi associé à l'ère du plastique, et il a à ce titre également inspiré Jean Ferrat.

Le chanteur a signé une chanson dans laquelle il retient l’aspect plastique, synthétique, artificiel et celluloïd. Avec ses néons, son aluminium et son nylon, Prisunic, vu par Jean Ferrat est un univers qui engendrera "des enfants à l’âme triphasée" et qui annonce une disparition sur le "bûcher des vanités" de l’époque.

Je flâne en vos jardins d'ustensiles étranges

Prisunic Prisunic en passant je souris

Aux petites vendeuses couleur de pschitt orange

....

Prenez mon plasti-cœur et mes plasti-baisers

Puis nous nous coucherons dans l'herbe synthétique

Nous ferons des enfants à l'âme triphasée

...

Sur des arbres en carton y a de la plasti-mousse

Et des plasti-nuages accrochés aux néons

Oh le celluloïd comme il a la peau douce

La machine à laver où l'as-tu vue Léon

Arman, Box of smiles, détail, 1964, avec l'aimable autorisation des Editions de la Différence
Arman, Box of smiles, détail, 1964, avec l'aimable autorisation des Editions de la Différence © Arman

Les femmes vues comme actrices et objets de consommation, le concept existe depuis l'avènement du Bon Marché à la fin du XIXeme siècle. Des décennies plus tard, on libère la femme des contraintes de la maternité, et son rôle dans le système de la consommation s'accentue. Prisunic en est le marqueur, Jean Ferrat a sa propre lecture. Je note qu'à l'ère du plastique triomphant correspond l'époque de la plastique des femmes mise en avant comme valeur de première importance, et source également d'une multitude d'objets à consommer et de recherches cosmétiques. D'autres hommes, comme Arman, qui fût un grand amoureux des femmes, les a, comme Prisu, mises sous celluloid ou plastique, et a joué de son propre fantasme avec l'image des femmes. Une manière pour lui de faire de ses bouches luisantes et attirantes un simple matériau d'accumulation,de mettre en série par exemple dans "Réflection in desire" les images érotiques de femmes. Comme si les femmes ne pouvaient être que des corps morcellés.

Je reviendrai plus tard sur le thème des bustes de femmes qu'Arman a beaucoup utilisé.

__

Les paroles de "Prisunic" par Jean Ferrat>

Les Editions de la Différence qui m'ont autorisée à publier la photo de "Box of Smiles">

blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone

Remerciements à

Valeria Emanuele, au web de France Inter twitter.com/valeriae

Annelise Signoret, du service documentation de Radio France __

Sophie Raimbault, assistance du service Culture de la rédaction de France Inter

Ghislaine Delubac et son équipe de l'agence Apocope

Guillaume Ducongé

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.