La sélection est la synthèse du choix d'une cinquantaine de critiques littéraires. Découvrez les dix romans sélectionnés pour le respecté et très convoité Prix du Livre Inter.

La sélection 2019
La sélection 2019 © Getty

Emmanuelle Bayamack-Tam - Arcadie (P.O.L.)

La jeune Farah, qui pense être une fille, découvre qu’elle n’a pas tous les attributs attendus, et que son corps tend à se viriliser insensiblement. Syndrome pathologique ? Mutation ou métamorphose fantastique ? Elle se lance dans une grande enquête troublante et hilarante : qu’est-ce qu’être une femme ? Un homme ? Et découvre que personne n’en sait trop rien. Elle et ses parents ont trouvé refuge dans une communauté libertaire qui rassemble des gens fragiles, inadaptés au nouveau monde, celui des nouvelles technologies et des réseaux sociaux.

D'une manière générale, toutes les utopies m'intéressent, qu'elle réussissent ou qu'elles échouent.

LIRE | Arcadie d'Emmanuelle Bayamack-Tam : "le" roman transgenre de la rentrée selon Le Masque & la Plume.

ECOUTER | L'entretien avec Emmanuelle Bayamack-Tam par Eva Bettan

Franck Bouysse - Né d'aucune femme (La Manufacture de Livres)

" Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
— Et alors, qu’y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
— Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
— De quoi parlez-vous ?
— Les cahiers… Ceux de Rose."
Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.

J'ai pris le parti de creuser l'obscurité, évidemment, il y a quelques cadavres sur le parcours.

ECOUTER | L'entretien avec Franck Bouysse par Eva Bettan

Sarah Chiche - "Les Enténébrés" (Seuil)

Automne 2015. Alors qu’une chaleur inhabituelle s’attarde sur l’Europe, une femme se rend en Autriche pour écrire un article sur les conditions d’accueil des réfugiés. À Vienne, elle rencontre Richard, un musicien mondialement célébré. Ils se voient. Ils s’aiment. Elle le fuit puis lui écrit, de retour en France. Il vient la retrouver. Pour Sarah, c’est l’épreuve du secret, de deux vies tout aussi intenses menées de front, qui se répondent et s’opposent, jusqu’au point de rupture intérieur : à l’occasion d’une autre enquête, sur une extermination d'enfants dans un hôpital psychiatrique autrichien, ses fantômes vont resurgir.

Est-ce qu'on ment toujours par médiocrité ? Est-ce que, aimer l'autre, c'est tout lui dire, tout lui révéler en permanence de ce qui nous traverse ?

ECOUTER | L'entretien avec Sarak Chiche par Eva Bettan

Maylis de Kerangal - "Un monde à portée de main" (Verticales)

Paula s’avance lentement vers les plaques de marbre, pose sa paume à plat sur la paroi, mais au lieu du froid glacial de la pierre, c’est le grain de la peinture qu’elle éprouve. Elle s’approche tout près, regarde : c’est bien une image. Étonnée, elle se tourne vers les boiseries et recommence, recule puis avance, touche, comme si elle jouait à faire disparaître puis à faire revenir l’illusion initiale, progresse le long du mur, de plus en plus troublée tandis qu’elle passe les colonnes de pierre, les arches sculptées, les chapiteaux et les moulures, les stucs, atteint la fenêtre, prête à se pencher au-dehors, certaine qu’un autre monde se tient là, juste derrière, à portée de main, et partout son tâtonnement lui renvoie de la peinture. Une fois parvenue devant la mésange arrêtée sur sa branche, elle s’immobilise, allonge le bras dans l’aube rose, glisse ses doigts entre les plumes de l’oiseau, et tend l’oreille dans le feuillage.

Je suis souvent présentée comme un auteur du réel. J'ai voulu écrire une fiction qui exhausse totalement l'imagination.

(RÉ)ÉCOUTER | L'Heure Bleue : Autoportrait avec Maylis de Kerangal

ECOUTER | L'entretien avec Maylis de Kerangal par Eva Bettan

Les 10 romans sélectionnés
Les 10 romans sélectionnés

"Léonor de Récondo - Manifesto" (Sabine Wespieser)

Proche de son dernier souffle, le corps de Félix repose sur son lit d'hôpital. À son chevet, sa fille Léonor se souvient de leur pas de deux artistique – les traits dessinés par Félix, peintre et sculpteur, venaient épouser les notes de la jeune apprentie violoniste, au milieu de l'atelier. L'art, la beauté et la quête de lumière pour conjurer les fantômes d'une enfance tôt interrompue.

Pour mourir libre, il faut vivre libre.

ECOUTER | L'entretien avec Léonor de Récondo par Eva Bettan

Elisabeth Filhol - "Doggerland" (P.O.L.)

Ce roman sur la fracture des êtres, des cœurs et des continents, est né d’un haut-fond situé au milieu de la mer du Nord, le Dogger Bank. Il y a encore 8000 ans, avant d’être englouti, c’était une terre émergée, habitée, une île presque aussi grande que la Sicile. Les archéologues lui ont donné un nom : le Doggerland.
Ce territoire mystérieux, Margaret, géologue, l’a choisi à la fin des années quatre-vingt comme objet d’études, quand elle aurait pu suivre la voie des exploitations pétrolifères. Comme Marc Berthelot, qui a brutalement quitté le département de géologie de St Andrews, et Margaret, pour une vie d’aventure comme ingénieur pétrolier sur les plateformes offshore.

En tant que lectrice, j’aime entrer et circuler dans un texte de fiction sans que le chemin soit entièrement balisé. En tant qu’auteure, la question s’est posée quand, après avoir erré, j’ai pu enfin mettre un mot sur le fonctionnement (ou plutôt le dysfonctionnement) de chacun des deux personnages principaux.

ECOUTER | L'entretien avec Elisabeth Filhol par Eva Bettan

Jean-Claude Grumberg - "La plus précieuse des marchandises" (Seuil)

Il était une fois, dans un grand bois, une pauvre bûcheronne et un pauvre bûcheron.
Non non non non, rassurez-vous, ce n’est pas Le Petit Poucet ! Pas du tout. Moi-même, tout comme vous, je déteste cette histoire ridicule. Où et quand a-t-on vu des parents abandonner leurs enfants faute de pouvoir les nourrir ?

Quand nous avons été pris, ma mère, mon frère et moi, je n'avais pas conscience que ma vie était en jeu. De plus, je me dis 'merde, j'étais à deux doigts' (...) Ce qui m'empêche aujourd'hui d'écrire des bluettes ou des pièces de boulevard.

VOIR | Jean-Claude Grumberg, invité de Léa Salamé

ECOUTER | L'entretien avec Jean-Claude Grumberg par Eva Bettan

Capucine et Simon Johannin - Nino dans la nuit (Allia)

Nino, dix-neuf ans, figure parmi les volontaires d'un groupe d’hommes venus des quatre coins du monde afin de recevoir, coûte que coûte, un solde, pour pouvoir s’en sortir. La Légion, c’est l’apprentissage­­­­­ d’un code d’honneur autant que celui d’une langue. Hélas, Nino ne passera pas l’épreuve puisqu’il échouera brillamment au test de dépistage.

C’est simplement l’envie d’écrire sur ce que l’on connaît. Sur un monde plus urbain, plus ancré dans notre réalité.

(RÉ)ÉCOUTER | Le Nouveau Rendez-Vous avec Simon Johannin

ECOUTER | L'entretien avec Capucine et Simon Johannin par Eva Bettan

Serge Joncour - "Chien-Loup" (Flammarion)

Serge Joncour raconte l’histoire, à un siècle de distance, d’un village du Lot, et c’est tout un passé peuplé de bêtes et anéanti par la guerre qu’il déterre, comme pour mieux éclairer notre monde contemporain. En mettant en scène un couple moderne aux prises avec la nature et confronté à la violence, il nous montre que la sauvagerie est toujours prête à surgir au cœur de nos existences civilisées, comme un chien-loup.

Je propose aux lecteurs une forme d'expérience sensible. J'ai envie qu'ils découvrent des territoires.

(RÉ)ÉCOUTER | Boomerang : Serge Joncour à notre secours

ECOUTER | L'entretien avec Serge Joncour par Eva Bettan

Philippe Vasset - "Une vie en l'air" (Fayard)

C’est une ligne de béton tendue à dix mètres au-dessus de la Beauce, qui barre depuis toujours le paysage de son enfance. Elle devait servir de rampe à un véhicule révolutionnaire, un monorail propulsé à 430 kilomètres à l’heure sur coussin d’air : l’aérotrain, invention futuriste, née de l’imagination de l’ingénieur Jean Bertin, et conçu pour relier, à très grande vitesse, les centres urbains de la France pompidolienne. Si le projet fou de Bertin a fait long feu, cette ruine du futur, elle, est restée debout, absurde, au milieu des champs. Enfant, puis adolescent, le narrateur a fait de ce môle abandonné un domaine, passant des heures, des jours entiers, à scruter le paysage comme s’il s’agissait d’un diorama, à observer la vie alentour et les allées et venues en contrebas.

Si je savais pourquoi je retournais depuis 30 ans sur ces lieux, il n'y aurais pas de livre. C'est absurde quand on a 40 ans de continuer à monter sur une rampe de béton abandonnée. Et en même temps, c'est des lieux, des moments où j'ai été puissamment heureux.

ECOUTER | L'entretien avec Philippe Vasset par Eva Bettan

Aller + loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.