1. Olivier Py
    Olivier Py © Radio France / V Josse
    En 1995, quand le chorégraphe Angelin Preljocaj, après la victoire électorale du FN à Toulon, décide, avec le ballet national contemporain, de ne pas rester à Chateauvallon, il est applaudi de toutes parts. En 2014, quand Olivier Py s'interroge sur les chances de s'entendre avec une mairie Front National, on le fustige. On lui donne des leçons de courage. Sans doute le directeur du Festival a-t-il eu tort de réagir trop vite. Mais qu'il pose la question de l'avenir du Festival, qu'il s'interroge sur la politique culturelle d'un mouvement politique qui nie la modernité, revendique le folklore régional, dénonce la décadence de l'art, boute toute culture considérée comme "étrangère" hors des villes, décide de ce qu'il faut lire ou pas, est utile et urgent.
  2. Py n'a jamais envisagé la culture que sous un angle poétique et politique. Il tient à la parole du poète, il tient à ce que tous les publics puissent accéder à cette parole. Il a la foi, en Dieu, certes mais aussi foi en la politique culturelle qui n'est pas un vain mot. Engagé auprès du public du temps de sa direction de l'Odéon, il faut lui faire confiance pour se battre sur le terrain, comme directeur du Festival d'Avignon. N'a-t-il pas commencé sa conférence de presse, la semaine dernière, en évoquant le travail mené dans la banlieue d'Avignon entre des artistes et des lycéens? Leur travail sera visible cet été dans le lieu situé à Monfavet, "la Fabrica". Quant aux collégiens et les lycéens, des places moins chères leur seront destinées. Libre à nous, ensuite, cet été, d'aimer ou pas sa programmation artistique. Sur certaines chaînes, entendre des commentateurs affirmer, sans la moindre opposition : "Oh, mais le FN a changé. Il est temps de le dédiaboliser!", fait prendre conscience du danger.Non, le Front National n'a pas changé. Il a modifié sa stratégie et son image, c'est tout. Il serait bon d'entendre des intellectuels de gauche reprendre la parole et la plume...
  3. En attendant, voici ce qu'Olivier Py déclarait hier au Nouvel Observateur, sur le site du journal:
  4. "Depuis le début de la semaine, je reçois par paquets des lettres d’insulte homophobes au bureau du Festival d’Avignon, et les coups de téléphone orduriers affluent au standard. Du genre ? "Va donc faire le travelo en Corée du Nord".
  5. À dimanche.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.