Si le marché du livre numérique a augmenté de 9% en 2017, sa progression concerne uniquement certains secteurs de l'édition, en l’occurrence l'autoédition. Ce qui ne peut que satisfaire les éditeurs, qui découvrent un vivier d'auteurs dont ils peuvent mesurer le potentiel.

Albin Michel développe une collection de livres hybrides, combinant support papier et numérique. Ce n'est qu'un exemple de forme de livres pour l'avenir
Albin Michel développe une collection de livres hybrides, combinant support papier et numérique. Ce n'est qu'un exemple de forme de livres pour l'avenir © Albin Michel

Le marché du livre numérique ne fait plus figure d'épouvantail pour les éditeurs traditionnels. Au moment du Salon du livre de Paris, ils notent que la version numérique de leurs publications ne concurrence pas le papier de manière significative. 

Mais il faut regarder en détail la structure de ce marché, où les titres de bande dessinée sont sous-représentés et la littérature étrangère sur-représentée. Le marché enregistre une croissance de 9 % en 2017 avec 100 000 utilisateurs supplémentaires

Le marché du livre numérique est mouvant, et une réussite sur un titre ne présage pas de l’avenir. 

L'autoédition, futur vivier de l'édition traditionnelle ? 

Le dépôt légal comprend désormais 1 livre sur 5 enregistré en autoédition. Amazon, avec sa plateforme KDP, déclare vendre 1,5 million de livres autoédités sur 6 millions de titres au total. Ce qui ne veut pas dire que ce sont des livres numériques. Pas tous. Mais avec Wattpad, la plateforme américaine Amazon occupe une grande part du marché. Le géant américain édite 1 000 auteurs francophones, ceux qui n'ont pas tenté leur chance auprès des éditeurs traditionnels, ou qui ont été refusés. 

"Pour nous c’est un outil de travail, de repérage, que ce soir sur Amazon ou Wattpad, explique Mickaël Palvin", reconnaît le directeur du marketing chez Albin Michel.

Les éditeurs traditionnels peuvent donc repérer des talents, leur communauté et le public qui les suit. Toutes les maisons l’utilisent.

Il ne faut pas tout mélanger, quand on dit que le marché du livre numérique augmente c'est surtout pour les auteurs autoédités et non pas les auteurs qui ont déjà une "vie de papier" bien installée. 

Albin Michel fait partie de ces éditeurs qui tentent de nouvelles forment d'écriture et de relation avec les lecteurs. Après avoir inventé la collection des Histoires animées, pour les enfants, où la lecture papier s'anime avec l'utilisation d'un écran numérique, Albin Michel organise l'écriture d'un roman participatif entre la booktubeuse Nine Gorman et ses lecteurs, à partir d'un road-trip aux Etats-Unis. 

On est au début de quelque chose. Les jeunes générations naissent avec des écrans et connaissent le papier, l’hybridation va s’amplifier. Ça va continuer. 

Dans le nouveau livre numérique tout change, le statut de l’auteur, le rôle du lecteur, le choix de l’éditeur. Les histoires font du bien, ou versent dans la fantaisie et la dystopie. De nouveaux genres sont en route qui attendent leurs grandes dames. 

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.