William F. Cody alias Buffalo Bill est mort il y a 100 ans. Et si dans notre imaginaire collectif le cowboy porte un Stetson et un bandana, c'est aussi grâce... ou à cause de lui

Buffalo Bill en costume, mais avec son stetson
Buffalo Bill en costume, mais avec son stetson © Getty

Louis XIV, Napoléon, De Gaulle, Proust, Yourcenar... et donc Buffalo Bill. La maison Méert, à Lille, outre le fait d'être l'une des plus vieilles pâtisseries françaises, peut se targuer d'avoir vu passer du beau monde.

En 1905, Buffalo Bill et son Wild West Show est en France pour une tournée. L'Echo du Nord mentionne son passage à Lille et à Roubaix. La maison Méert, à Lille, garde aussi dans ses archives des traces de ce passage : une commande de 80 kilos de thé. Un mélange que la maison fait encore et qui a été baptisé le thé des pionniers.

Le Wild West Show

Les spectateurs de la Belle Epoque se pressent pour assister à des rodéos et des démonstrations de tir. Il est vrai que Bill est une fine gâchette. Rappelons qu’il fournissait en viande de bison (buffalo en anglais) les employés des chemins de fer de la Kansas Pacific Railway et qu’il gagna un duel contre un certain Bill Comstock en tuant 69 bisons contre 48 en une journée. Et c'est donc de là que lui vient son surnom.
Mais ce n'est pas tout.

Carte postale colorisée, diffusée en France lors de la tournée de 1905
Carte postale colorisée, diffusée en France lors de la tournée de 1905 © Getty

Le clou du spectacle, c'est la reconstitution historique. Une histoire extrêmement récente, puisque Buffalo Bill met en scène la bataille de Little Big Horn qui s'est déroulée 30 ans plus tôt. Le spectacle, gigantesque, a pour cadre une grande arène : 30 à 40 000 personnes peuvent y assister.

Ces reconstitutions prennent quelques libertés avec la réalité des faits. On peut dire que Buffalo Bill a inventé le Happy End. Les Américains étant mécontents de la fin de la bataille, il l'a transformée en une victoire américaine.

A la fin de sa vie, Buffalo Bill pensait avoir sauvé le général Custer

Autour de Buffalo Bill, une troupe de 800 personnes qui ont participé "en vrai" à la bataille : des Indiens, rescapés des massacres, des rangers, des soldats de la cavalerie, des éclaireurs et des bisons.

Le cinéma étant encore confidentiel, Buffalo Bill apporte aux spectateurs les images qui leur manquent.
Eric Vuillard a consacré un livre au mythe Buffalo Bill.

Buffalo Bill n'a pas 40 ans quand commence le Show. Mais c'est une légende..... à l'insu de son plein gré

Buffalo Bill cumule tous les clichés du mythe de l'Ouest américain. C'est à la fois un personnage complet, mais aussi un personnage banal de la conquête de l'Ouest.

On a tellement raconté de choses sur moi que je ne sais même plus quelle est la vérité et la fiction

Au delà d'un acteur, Buffalo Bill est un entrepreneur.
Ses premiers pas sur scène sont loin d'être concluants, mais ça rapporte. Alors il va travailler et s'entourer.

En 1873, il croise notamment un personnage haut en couleur John Burke. Il est directeur de théâtre. Bill, à l'époque, se produit sur scène dans Scouts of the Plains. Burke va très vite comprendre qu'il a trouvé une pépite . Ensemble, ils vont développer le grand spectacle et créé le show business.

Et le merchandising qui va avec. A la fin du spectacle, les indiens vendaient les produits dérivés du show. Ainsi que des photos d'eux dédicacées.
Sitting Bull, qui participa la première année au Wild West Show avait réussi à négocier avec John Burke et touchait un pourcentage sur la vente de ses photos.

Sitting Bull et Buffalo Bill
Sitting Bull et Buffalo Bill © Getty

L'aventure du Wild West Show va durer 33 ans.
Le show passera deux fois par la France. En 1889, à Paris, Lyon et Marseille. Puis en 1905, pour une longue tournée qui passera dans plus d'une centaine de ville. A Paris, la troupe se produit sur l'Hippodrome de la place de Clichy, aujourd'hui disparu. Le spectacle sera également donné au pied de la tour Eiffel.

Le show s’arrête en 1912. Bill s'installe alors dans son ranch du Wyoming, à Cody, une ville qu'il a contribué à fonder, non loin du parc naturel de Yellowstone. Il s'éteint le 10 janvier 1917, chez sa sœur, à Denver. Il avait 70 ans

Pour aller + loin

►►► Si l'Amérique m'était contée : Calamity Jane/Buffalo Bill : Comment se sont fabriquées ces deux légendes du Grand Ouest ?
Tristesse de la terre : une histoire de Buffalo Bill Cody, récit écrit par Éric Vuillard (Actes sud, 2014)
La chronique de Thomas Chauvineau

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.