Ces deux dernières semaines, Augustin Trapenard et toute l'équipe de "Boomerang" étaient au festival de Cannes. Ils y ont rencontré de nombreux professionnels du cinéma : Antonio Banderas, Tilda Swinton, Claude Lelouch, Gong Li, Adèle Haenel… Ecoutez le best-of de la quinzaine cannoise ici.

FRANCE - CANNES - FILM - FESTIVAL
FRANCE - CANNES - FILM - FESTIVAL © AFP / ANTONIN THUILLIER / AFP

Paul Guillotte a préparé un best-of de Boomerang à partir des entretiens d'Augustin Trapenard de ces deux dernières semaines dans le cadre de la 72e édition du festival de Cannes. 

14 min

Le best of de Boomerang à Cannes

Par France Inter

Antonio Banderas

L'acteur espagnol Antonio Banderas fait son grand retour avec Douleur et gloire de Pedro Almodovar. Il était sur le plateau de Boomerang ce mardi 14 mai :

Le désir de l'artiste de communiquer, le désir du spectateur d'être ce qu'il n'est pas, ce sont des désirs croisés. 

Je suis un fan de Marylin Monroe et j'aime repérer chez elle la façon dont elle utilise ses yeux, sa bouche pour être plus séductrice

Nadine Labaki

La réalisatrice et comédienne Nadine Labaki est revenue en tant que présidente du Jury de la section "Un certain regard" un an après avoir remporté le Prix du jury pour son film "Capharnaüm". Elle s'est confiée pour Boomerang

L'émotion, je la ressens physiquement. Que de fois je me suis sentie changée lorsque je suis sortie du cinéma !

Tilda Swinton

Elle a le don de nous métamorphoser autant qu'elle dans chacun des rôles qu'elle signe, est à l'affiche de The Dead Don't Die de Jim Jarmusch. Elle était au micro d'Augustin Trapenard :

L'art et notamment le cinéma, nous invitent à nous mettre à la place de quelqu'un d'autre dans un grand espace où se trouvent beaucoup d'autres étrangers. C'est pourquoi le cinéma ne disparaîtra jamais car on en aura toujours besoin. Et le cinéma pur c'est le cinéma suite à cette invitation qui vous permet d'être transporté, de transcender son corps, son temps, ses propres souvenirs pour rencontrer autre chose. 

Claude Lelouch

Le réalisateur a présenté au festival Les plus belles années d’une vie où se retrouvent à l'écran Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant. Il racontait aux questions d'Augustin Trapenard :

Tous les grands films que j'ai vus m'ont fait gagner des années et des années […] C'est le plus beau pays du monde quand sur l'écran il y a la plus belle histoire. Par là, je pense que si on veut faire le tour du monde souvent il faut aller au cinéma. 

Tout ce que j'ai appris je l'ai appris dans l'échec. La vraie monnaie de la vie c'est d'abord la souffrance. Tout ce que j'ai réussi je l'ai d'abord raté. L'échec est la plus grande université du monde. 

Gong Li

L'actrice chinoise a reçu le 5e prix Women in Motion. Elle est devenue une figure symbolique du cinéma contestataire chinois. Sur le plateau de Boomerang, Gong Li raconte :

En Chine, le public attache beaucoup d'importance à chaque festival de Cannes et tous les films récompensés sont très vus

Les frères Dardenne

Jean-Pierre et Luc Dardenne sont deux figures incontournables du festival de Cannes, ils sont parmi les très rares à avoir reçu déjà deux palmes. Cette année, ils y ont présenté leur nouveau film : Le jeune Ahmed. Augustin Trapenard les rencontrait au début de cette semaine :

Je suis heureux quand je me dis que l'image palpite et quand le poids du personnage est présent

Adèle Haenel

L'actrice française Adèle Haenel a présenté trois films dans trois sélections différentes à Cannes ; elle a notamment fait sensation pour son rôle dans _Portrait de la jeune fille en feu_. Réécoutez le Boomerang d'Adèle Haenel :

Quand on me raconte des histoires, je suis vraiment bon public, je préfère même qu'on me raconte des films

La beauté est un point qui part à l'infini, elle est potentiellement en présence dans une image mais en responsabilité dans un spectateur

Alain Cavalier

Le cinéaste atypique a présenté son dernier film, Être vivant et le savoir, en séance spéciale. Alain Cavalier était l'invité de Boomerang ce jeudi :

Je me lève le matin, je regarde la vie et quand ça m'intéresse je sors ma caméra, je filme et je l'enregistre

Bong Joon-ho a remporté la Palme d'or !

Deux ans après son célèbre film Okja, il est devenu l'un des maîtres du cinéma sud-coréen. Il présentait à Cannes son dernier film, _Parasite_, une satire politico sociale qui a fait sensation en cherchant à faire vivre le creusement des inégalités en Corée du Sud : 

Il s'agit d'une tragédie qui est vraiment explosive. Chacun d'entre nous a cette flamme qui peut exploser à tout moment. Je pense que ce sont les douleurs des choses qui existent réellement comme la pauvreté. C'est ce genre de choses qu'on n'a pas envie de voir, aussi bien chez les riches que chez les pauvres […] La différence entre les deux classes n'arrive pas à être rapprochée

Je pense qu'exprimer les émotions des être humains, c'est ça qui fait une belle image du cinéma

En attendant, (ré)écoutez-le dans Boomerang… 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.