"Gold Star Mothers", une BD de Catherine Grive et Fred Bernard retrace l’incroyable voyage de femmes, sœurs ou mères de soldats morts par idéal pendant la Première Guerre mondiale.

Détail de la couverture de "Gold Star mothers" de Catherine Grive et Fred Bernard
Détail de la couverture de "Gold Star mothers" de Catherine Grive et Fred Bernard © Delcourt

Un périple pour venir sur les tombes de leur disparu.

C’est une histoire méconnue

Dans les années 1930, le gouvernement américain organisait des voyages en Europe pour les veuves de la Première Guerre mondiale. Pour celles, dont la dépouille du disparu n’avait pas été rapatriée, c’était la possibilité d’aller se recueillir sur sa tombe. Dix expéditions entièrement financées par l’Etat américain eurent lieu à partir de 1930. Au moment de leur embarquement sur le paquebot, ces femmes recevaient une médaille qu’elles conservaient jusqu’à leur retour. Tout leur était payé dans l’idée d’accompagner au mieux ces femmes endeuillées. Une forme de reconnaissance de la dette du pays envers ces familles.

La BD suit l’une de ces traversées en jetant un coup de projecteur sur quelques personnages

Détail d'une planche de "Gold star mothers" de Catherine Grive et Fred Bernard
Détail d'une planche de "Gold star mothers" de Catherine Grive et Fred Bernard © Corbis / Delcourt

Loin d’être un moment austère ou glauque, c’est un émouvant exemple de solidarité féminine qui se joue, souligné par les jolies couleurs lumineuses choisies du dessinateur Fred Bernard. Très touché par ce récit, l’auteur de Jeanne Picquigny a particulièrement soigné les costumes féminins et les décors.

De milieux très différents, ces femmes s’entraident dans ce douloureux moment qui ravive des souvenirs quelques années après l’annonce du décès de leurs proches. On est ici frappé d’apprendre que certains de ces soldats morts au front étaient des volontaires engagés dans le conflit par idéalisme, avant même l’entrée en guerre des Etats-Unis en 1917.

Etonnée par la différence de traitement fait aux morts à la vision des cimetières américains, anglais, allemands ou français, Catherine Grive est devenue spécialiste de ces lieux de souvenirs. Et c’est dans l’un d’eux qu’elle a trouvé mention de ces traversées du souvenir. Un unique livre existe sur le sujet. « Merveilleusement raté », dit-elle : composé de quelques lettres de ces femmes à leur retour, et de quelques documents administratifs, l’ouvrage laissait le chant libre à son imagination…

Comme souvent aux Etats-Unis, c’est une initiative privée, celle de Grace Darling Seibold qui est à l’origine des American Gold Star mothers. Les voyages ont cessé assez rapidement, mais l’organisation existe encore aujourd’hui. Au signe de reconnaissance, la médaille, s’est ajouté une jupe et une chemise blanche. Le dernier dimanche de septembre est le « Gold star mothers and families day ». Il rend hommage à toutes les familles endeuillées par la perte d’un soldat dans l’un des nombreux conflits dans lesquels les Etats-Unis se sont engagés.

La présentation de Gold Star mothers par Jacqueline Petroz

La leçon de dessin de Fred Bernard

Comment j'ai dessiné Gold Star mothers :

Planche de "Gold Star mothers" de Catherine Grive et Fred Bernard
Planche de "Gold Star mothers" de Catherine Grive et Fred Bernard / Delcourt

Gold star mothers de Catherine Grive et Fred Bernard est publié chez Delcourt

► Lire aussi : Reste le chagrin de Catherine Grive, le roman sur les mêmes périples.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.