Le chanteur Rachid Taha est mort à l'âge de 59 ans. Le rock, la musique traditionnelle algérienne, l'électro... Ce touche-à-tout musical avait toujours à cœur de mélanger les musiques et de brasser les genres.

Rachid Taha sur la scène du Zénith en octobre 2014
Rachid Taha sur la scène du Zénith en octobre 2014 © AFP / JOEL SAGET

Plus besoin de "Carte de séjour" désormais. Le chanteur Rachid Taha, est mort ce mercredi à l'âge de 59 ans. Sa maison de disque a annoncé le décès de l'artiste né en Algérie.

Arrivé en France à l'âge de 10 ans, il grandit en Alsace avant de rejoindre une cité lyonnaise. En 1981, il forme le groupe "Carte de Séjour". Dans son émission "Mégahertz", Alain Maneval, présente le groupe et Rachid Taha, "qui a des choses à dire". 

Dans leurs chansons, sur un rythme reggae, pour la première fois on chante en arabe pour évoquer autre chose que des recettes de cuisine ou le soleil d'Algérie. Le chanteur évoque le racisme, le chômage et les discriminations que vivent "les jeunes issus de l'immigration", comme on les appelle encore en 2018. Leur premier tube "RoRomanie", demande sur un rythme funk et en arabe "Qui a dit qui a dit les noirs, c'est louche ? Qui a dit qui a dit, les Roros (les arabes), il y en a trop ?"

Cette langue et ces rythmes, Taha les mélange au français et même, outrage pour certains, au patrimoine français. En 1986, ils reprennent la célèbre chanson "Douce France" de Charles Trenet.  Sur les images du clip, des jeunes, des vieux, français et arabes dansent et s'embrassent pour raconter cette France du métissage à laquelle tout le monde à l'époque, un an après "la marche des Beurs", veut encore croire.

Après "Carte de séjour", le chanteur trace sa route en solo et réapparaît sur le devant de la scène avec la reprise d'une vieille chanson arabe "Ya Raya", qui deviendra l'hymne de l'immigré venu en France.

C'est aussi à la fin des années 90 qu'il entamera une tournée aux côtés de Faudel et Cheb Khaled, "1,2,3 Soleils". Ils remettront alors au goût du jour une vieille chanson traditionnelle algérienne, "Abdelkader".

Rachid Taha était en ce moment en tournée et comme un dernier pied de nez à cette histoire de France et d'Algérie sans happy end, il avait appelé sa dernière formation musicale aux côtés de Rodolphe Burger "CousCous Clan".

Ce mercredi soir, France Inter rediffusera de 21h à 22h, le Radio Vinyle qui lui avait été consacré le 20 mars 2013.

ALLER PLUS LOIN

Notre playlist Rachid Taha 

• (Ré)écoutez Cosmopolitaine. Paula Jacques recevait Rachid Taha pour la sortie de sa biographie Rock la casbah

20 min

Cosmopolitaine avec Rachid Taha

Par France Inter

• Toute la musique d'Inter ►► Le Jukebox mental de Rachid Taha

• Radio Vinyle ►► Rachid Taha

• L'hommage d'Edouard Baer dans Popopop d'Antoine de Caunes

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.