Pour tout savoir sur les séries TV du moment - les bonnes et les moins bonnes...

 Ransom © CBS / Crashing © Channel 4 / Glow © Erica Parise/Netflix
Ransom © CBS / Crashing © Channel 4 / Glow © Erica Parise/Netflix

Ransom : une nouvelle série policière pas si nouvelle que ça

A partir de mercredi 21 juin, à 21h, sur TF1.

Ransom raconte les exploits d'Eric Beaumont, un expert en négociation. Il n'est pas là pour négocier un rabais sur une voiture d'occasion mais plutôt pour s'occuper des prises d'otages. Avec des techniques bien à lui, comme par exemple raccrocher au nez des kidnappeurs. Et tout cela s'inspire très librement du travail d'un véritable négociateur français, un certain Laurent Combalbert.

Ransom est une nouvelle tentative de la part de TF1 de lancer une véritable co-production internationale, chose qu'elle avait déjà tenté avec Crossing Lines et Taxi Brooklyn, deux semi échecs.

Ransom est donc tournée en anglais, au Canada, sous la supervision du scénariste et producteur américain Frank Spotnitz, ancien de X-Files. Mais il faut bien avouer qu'on l'a quand même connu plus inspiré sur Medici ou même sur la sublime The Man in the High Castle.

À voir seulement si vous cherchez une nouvelle série policière pas si nouvelle que ça.

Crashing : un « Friends britannique »

A partir de lundi 19 juin sur Canal + Séries.

L'histoire des habitants d'une colocation londonienne un peu particulière puisque la bande de copains habite dans un hôpital désaffecté.

C'est en fait la nouvelle série de LA révélation de la télé anglaise de ces quelques dernières années : l'actrice et scénariste Phoebe Waller-Bridge. Elle avait déjà surpris son monde avec la série Fleabag. Cette nouvelle création est peut-être un peu plus conventionnelle mais elle tout aussi attachante.

Parler d'un « Friends britannique » ne serait pour une fois pas usurpé.

Glow : une belle galerie de personnages

A partir du vendredi 23 juin, sur Netflix

Nous sommes cette fois aux Etats-Unis, dans les années 1980. L'histoire d'un groupe de jeunes femmes qui s'entraînent pour devenir les vedettes d'une émission de télé de catch féminin, le tout sous la houlette d'un réalisateur de séries Z.

Des héroïnes qui sont actrice au chômage, mère de famille ou étudiante en médecine, et évidemment pas des professionnelles de la corde à linge ou du marteau pilon.

Au final, c'est une belle galerie de personnages qui rappellent plutôt Orange is the New Black, avec ces prisonnières. Et ça n'est pas un hasard puisqu'on retrouve la même productrice derrière les deux séries.

C'est ce qu'on appelle avoir une patte.

► Retrouvez Romain Nigita chaque semaine dans l'Instant M de Sonia Devillers

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.