Raymond Depardon, le célèbre photographe, réalisateur, journaliste et scénariste français était l’invité de Daphné Roulier, ce samedi 07 mars, dans La vie est un je .

Raymond Depardon
Raymond Depardon © corbis

La vie est un "Je", oui, mais elle a besoin des autres pour se conjuguer. Les autres, il a passé sa vie à les photographier, à les filmer, à les raconter, à se raconter aussi à travers eux. Il lui a fallu trouver la bonne distance entre sa caméra et son sujet, à hauteur d’homme toujours, dans une recherche obsessionnelle du point. De la guerre d’Algérie au Biafra en passant par le Vietnam et le Rwanda, il aura couvert 30 ans de conflits, avant de continuer à capter la souffrance, ailleurs, autrement, à immortaliser les grands de ce monde, la misère ordinaire et la disparition. Sa boîte noire aura fixé les sourires comme la famine. On retiendra l’Afrique, le désert, les fous, les paysans, la justice… mais surtout l’effacement, la douleur et les temps morts, là où tout se joue finalement…

Daphné Roulier.

Raymond Depardon, maître de l'approche :

Le fait que je sois photographe, et non pas journaliste ou rédacteur, fait que lorsque je filme quelqu’un, que ce soit au Palais de justice ou un otage quelque part, j’ai le démarrage de la pensée. Et ça c’est primordial : si je vous pose une question trop précise, vous n’avez pas le démarrage…

"La photo m’a sauvé la vie"

Je pense que j’ai passé les 10 première années de ma vie à être mauvais photographe mais ce n’était pas grave… Je n’attends rien des autres. (…) Cela veut aussi dire ne pas reprocher aux autres ses propres problèmes.

Fils de cultivateur du Beaujolais, il réalise des portraits de paysans dans "La Vie moderne"

Quand vous êtes dans une cuisine avec une toile cirée, dans une vieille ferme, et que vous avez en face de vous un paysan, vous ne posez pas de question. C'est lui qui vous en pose.

Raymond Depardon en quelques sons…

►►► Réécoutez l'intégralité de l'émission

►►► La vie est un Je avec Raymond Depardon - épisode 2, à suivre samedi prochain

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.