Après l'annonce du décès du philosophe Michel Serres, figure intellectuelle familière du grand public, voici quelques citations qu'il laisse derrière lui. A garder en tête pour y voir plus clair au quotidien.

Michel Serres
Michel Serres © Radio France / Anne Audigier

Ecrivain et historien des sciences, Michel Serres était membre de l'Académie française et s'était  intéressé à toutes les formes du savoir, scientifique comme littéraire, anticipant les bouleversements liés aux nouvelles technologies de la communication.  

1. "Ce Michel, il ne verra jamais le réel"

Invité de Questions Politiques sur France Inter, quelques jours avant de s'éteindre paisiblement, il racontait notamment l'étonnement de sa grand-mère, pour relativiser les critiques que l'on adresse aujourd'hui aux nouveaux moyens de communication. 

"Quand j'étais petit, ma grand-mère levait déjà les bras au ciel en disant : ce Michel, il verra jamais le réel, il est tout le temps dans les bouquins !"

2. "Apprendre lance l'errance"

Le réel, Michel Serres a su le voir différemment, avec sa singularité. Qu'est-ce que regarder le monde justement ? Voici sa réponse : 

Pars : sors du ventre de ta mère, du berceau, de l’ombre portée par la maison du père et des paysages juvéniles. Le voyage des enfants, voilà le sens nu du mot grec 'pédagogique'. Apprendre lance l’errance.

En parlant de pédagogie, de transmission du savoir, voilà sa vision des choses  : 

La science c’est ce que le père enseigne à son fils. La technologie c’est ce que le fils enseigne à son papa.

3. "Petit miracle matinal"

L'errance, pour sortir des sentiers battus, et cultiver une capacité d'étonnement : 

Nous sommes si nombreux à nous contenter d’avancer un pied devant l’autre, sans même nous étonner de ce petit miracle matinal.

4. "La violence ne cesse de baisser"

Infatigable optimiste, Michel Serres savait voir le positif, scientifiquement, et nous rappeler les angles morts de nos raisonnements. 

Si vous regardez globalement ce qui se passe depuis 10, 20, 100 ans, la violence ne cesse de baisser : c'est presque contre-intuitif, personne ne le croit !

5. "L'homme est un pou pour l'homme"

Comment se fait-il que nous ne voyons donc pas toujours les mêmes choses que Michel Serres ? Peut-être parce que

Notre sénilité endormie se trouve à l’aise dans l’absurde.

On ne se vexera pas pour cette petite phrase, à méditer

L’homme est un pou pour l’homme 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.