En septembre 2010 alors qu’avec le conseil scientifique des Rendez-vous de l’histoire __ nous choisissions le thème « l’Orient » comme fil rouge pour un grand nombre de débats et conférences de cette quatorzième édition, nous étions loin d’imaginer que nous serions, quelques mois plus tard, rattrapés par une actualité aussi riche. Depuis décembre dernier, le monde arabe vit des bouleversements majeurs qui, indéniablement, vont changer la marche du monde. Cette aspiration à plus de liberté et de dignité, ce nouveau printemps des peuples doivent être analysés et compris, encouragés et soutenus car ils vont dans le sens du progrès de l’humanité.

France Inter est en direct et en public à l’auditorium de la bibliothèque Abbé-Grégoire :

Elle plonge au cœur de l’actualité et de l’Histoire avec la 14e édition des Rendez-vous de l’histoire de Blois consacrée à l’Orient. Pendant 4 jours, la chaîne installe trois de ses émissions, au sein du plus grand festival d’histoire en France, pour offrir à ses auditeurs un regard nouveau sur les grandes thématiques historiques anciennes et contemporaines.

LA MARCHE DE L’HISTOIRE de Jean LEBRUN le jeudi 13 et vendredi 14 octobre, à 13h30

PARTOUT AILLEURS de Pierre WEILL le vendredi 14 octobre, à 19h20 (Entrée à partir de 19h)

LES FEMMES, TOUTE UNE HISTOIRE de Stéphanie DUNCAN enregistrement le samedi 15 octobre, à 12h. Diffusion sur France Inter le dimanche 16 octobre, à 16h.

Port Salonique
Port Salonique © ECPAD

Une fois encore, nous nous attacherons à Blois à resituer les événements du monde en mouvement dans la longue durée afin de mieux en saisir les enjeux. Plus de 800 savants nous livreront, à la lumière de leurs connaissances historiques, leurs lectures des différentes facettes de l’Orient, qu’il soit proche ou lointain, rêvé ou bien réel. Leur présence fait des Rendez-vous de l’histoire__ l’un des temps forts de la vie intellectuelle française. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés. En effet, au travers de plus de 300 débats et conférences nous sommes heureux de vous offrir un témoignage exceptionnel de la vitalité de l’historiographie française et du dynamisme de l’édition en histoire ainsi que de la diversité des sujets qu’elles couvrent.

Je désire également rendre cette année un hommage appuyé à des institutions qui ont fait le choix de renforcer leur présence à Blois en enrichissant considérablement notre programmation par leurs propositions. Je pense en particulier à la DMPA (Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du Ministère de la défense) qui présente au château de Blois une superbe exposition originale sur la Compagnie des Indes en lien avec le musée de la Compagnie à Lorient, exposition qui sera accompagnée de nombreux débats et tables rondes. [….] Je vous souhaite à toutes et à tous un très bon festival. Francis Chevrier, Créateur et directeur des Rendez-vous de l’histoire.

Jonque
Jonque © ECPAD

L’orient

L’Orient est le meilleur des repères puisque que c’est là où le soleil se lève. Jadis les cartes le prenaient comme « orientation ». Le terme Orient devient courant à l’époque romaine, mais c’est avant tout un Orient hellénisé. Pour les esprits conservateurs romains, est oriental ce qui est différent, voire contraire, à la religion et aux moeurs romaines traditionnelles. La division de l’Empire romain en Occident et Orient à partir de Constantin s’est faite essentiellement entre parties de langue latine et parties de langue grecque. Au Moyen-Âge, la théologie et la mystique chrétienne fondent la confusion entre oriens, origo (origine) et oratio (prière). L’Orient est le siège du paradis, le témoin de la vie du Christ, le lieu où débute le cosmos avec le mouvement du ciel, l’axe du monde et de l’Église.

Au XIIIe siècle, l’Orient devient le lieu de l’enfer avec l’arrivée des effrayants Mongols d’où la confusion volontaire et durable entre Tatars et Tartares (le fleuve des Enfers). À partir du XVIIe siècle, l’Orient renvoie aux pays d’ au-delà de la Méditerranée, dont la partie Est est devenue le Levant, mais les langues orientales sont l’arabe, le turc et le persan.

On accède ensuite aux autres Orients que sont l’Inde, la Chine et le Japon. Avec les premiers orientalistes, on se donne les moyens d’avoir une littérature puis une histoire universelle. Le XIXe siècle s’arroge un sentiment de supériorité sur les Orients voués à la colonisation et à la domination, mais en même temps l’archéologie et la philologie refondent la perspective des origines orientales de l’Europe.

Pousse pousse
Pousse pousse © ECPAD

La mondialisation coloniale repose la question de l’universel reprise ensuite par les exigences d’authenticité des peuples libérés. On sait qu’au XXe siècle, on affirmera que l’Orient n’est qu’une pure création de l’Occident, un fait de discours, de représentation et de domination, mais l’Occident alors n’aura-t-il pas le même statut ? Ces « questions d’Orient » reposent sur les relations entre les Européens/Occidentaux et les autres. Elles conduisent à s’interroger sur la validité de l’idée de grandes aires culturelles appelées « civilisation ». À la question philosophique de l’universalité s’opposent les processus historiques concrets et complexes que sont l’impérialisme, la mondialisation et l’universalisation dans leur emboîtement permanent.Henry Laurens, Professeur au Collège de France Membre du Conseil scientifique des Rendez-vous de l’histoire 2011

Pour illustrer le thème de l’édition 2011 l’Orient de nombreuses conférences et débats sont organisées pendant ces trois jours. D’autres sujet sont abordés comme La guerre des mondes : Organisations internationales et gouvernance mondiale, Vème république : La crise permanente, écrire et enseigner l’histoire à l’ère numérique : quels changements ?, la gauche et le temps libre …

Exposition Carnets d'Orient
Exposition Carnets d'Orient © radio-france

Zoom sur …

La Bibliothèque nationale de France sera cette année au cœur du festival, en présentant au public une grande variété d’animations autour des trésors venus d’Orient qu’elle conserve et étudie. Ainsi les aventures de la transmission des Mille et une nuits à l’Occident seront l’objet des regards croisés Orient-Occident qu’ Annie Vernay-Noury et Anne Zali, respectivement spécialiste des manuscrits arabes et responsable pédagogique à la BnF, échangeront lors d’une table ronde.

Des présentations des fonds de l’Empire ottoman , de l’Indochine coloniale ou de la Chine à la Bibliothèque Abbé-Grégoire (fonds ancien) s’ajouteront aux présentations des collections numérisées sur l’espace multimédia du salon du livre.

Présentes au Salon du livre d’histoire, les éditions de la BnF exposeront leurs publications, en particulier leurs dernières parutions, sur les manuscrits enluminés en terre d’Islam ou les manuscrits de la mer Morte par exemple. Enfin la programmation de cinq documentaires complètera ce partenariat très riche et stimilant.

Du vendredi 14 au dimanche 16 octobre, le salon du livre accueille quelques 300 auteurs et près de 200 exposants . Retrouvez l’actualité du livre d’histoire au travers de présentations d’ouvrages, de discussions au Café littéraire ou de cartes blanches proposées par les éditeurs.

Les amateurs de beaux livres peuvent se rendre à la 4ème édition du salon du livre ancien .

Espace multimédia

Articulé autour d’un espace de projection, d’un pôle de démonstration d’outils interactifs de haute technologie et d’un pôle de vente de supports historiques (DVD, CD…), cet espace permet de consulter une sélection de sites liés à l’histoire, de ressources pédagogiques en ligne et de rencontrer des acteurs du « Web historique » ainsi que des réalisateurs de films documentaires. L’espace multimédia est parrainé par l’Établissement de Communication et de Production audiovisuelle de la Défense (ECPAD). Rencontres sur l’espace de projection.

Cinéma

En soirée d’ouverture parrainée par la région Centre le film tunisien Plus jamais peur avec la présence de son réalisateur Mourad Ben Cheikh . Projection le 13 octobre à 20h30 au cinéma LesLobis suivie d’un débat avec le réalisateur et Nadia Nasraoui , militante des droits de l’homme avec le concours de l’historienne Sophie Bessis .

En prélude, remises du Prix du projet de documentaire historique et du prix du documentaire des Rendez-vous de l’histoire.

Mosquée
Mosquée © ECPAD

Les Rendez-vous de l’Histoire vous proposent quatre avant-premières en présence des réalisateurs. Au programme - Mystères d’archives avec, 1974, les fastes du Shah d’Iran à Persépolis, la capitulation du Japon, les combattants de l’ombre, Noirs de France et La pluie et le beau temps.

L’histoire autrement

Les Rendez-vous de l’Histoire organisent des expositions . Vous pourrez découvrir Une vie chinoise d’après la bande dessinée de P. Oté et Li Kunwu, une exposition du photographe Ferrante Ferranti sur son voyage en transsibérien, Carnets d’Orient un témoignage des relations tumultueuses entre la France et l’Algérie et bien d’autres expos.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.