Une biographie sensuelle, une vision de Venise post-apocalyptique, un racisme hollywoodien, un excellent polar new-yorkais, un cerveau baladeur, un pseudo-accident de chasse, des enfants-loups pendant la Guerre froide… : le 9e art s’offre une rentrée éclectique de qualité. Sélection des 12 BD à ne pas manquer.

Couvertures des 12 BD de la rentrée
Couvertures des 12 BD de la rentrée © Futuropolis, Sarbacane, Casterman, Gallimard BD, Atrabile, Dargaud, Glénat...

"Black-out" : tout le racisme d'Hollywood

Maximus Wyld résume à lui seul l’intolérance du cinéma américain pendant un siècle. Métis d’ascendance noire, chinoise et amérindienne, on lui fait tout jouer - enfin, surtout des rôles ethniques. 

L'invention de ce personnage et cette relecture subtile de l’histoire d’Hollywood, préparées il y a quelque temps, revêtent un autre sens en plein renouveau du mouvement Black Lives Matter. Le propos savant et militant est servi par le dessin d’Hugues Micol dont on avait beaucoup apprécié le Saccage. Le grand moment BD de la rentrée.

Black-out de Loo Hui Phang et Hugues Micol chez Futuropolis 

"Anais Nin sur la mer des mensonges", biographie sensuelle et foisonnante 

Détail d'une planche d'Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff
Détail d'une planche d'Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff / Casterman

De l’écrivaine américaine d’origine cubaine, on connait surtout ses journaux et ses écrits érotiques. La dessinatrice Léonie Bischoff nous invite à découvrir à travers une partie de sa vie en France, sa volonté de reconnaissance comme artiste, et l’évolution de ses désirs vers plus de liberté. A découvrir absolument. 

Comment j’ai dessiné Anais Nin sur la mer des mensonges  :

Anais Nin sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff est paru chez Casterman 

"L'Accident de chasse" : passé secret

Détail de la couverture de "L'Accident de chasse" de David L. Carlson et Landis Blair
Détail de la couverture de "L'Accident de chasse" de David L. Carlson et Landis Blair © Corbis / Sonatine

L'un des chefs-d'oeuvre de la rentrée. Chicago, fin des années 1950. Matt Rizzo, aveugle suite à un accident de chasse, vit seul avec son fils Charlie. Un jour, alors que Charlie est envoyé en prison, son père se voit obligé de révéler la vérité sur l'origine de sa cécité. L'histoire très fine aux multiples circonvolutions, hésite entre fait divers et drame familial sur la transmission, avant de se concentrer sur la vie carcérale, la mafia et l'amitié. Basée sur un fait réel, elle est sublimée par un dessin à la plume exceptionnel signé Landis Blair inspiré par le grand Edward Gorey.

L'Accident de chasse de David L. Carlson et Landis Blair chez Sonatine

Détail d'un planche de L'accident de chasse de David L Carlson et Landis blair
Détail d'un planche de L'accident de chasse de David L Carlson et Landis blair / Sonatine

"Célestia" : aventures sur fond de Venise futuriste 

Détail d'une planche de "Celestia" de Manuele Fior
Détail d'une planche de "Celestia" de Manuele Fior © Corbis / Atrabile

Après "La Grande invasion", un événement un peu obscur qui a vidé une sorte de Venise, nommée Celestia, quelques habitants y survivent. Deux d’entre eux, parmi les plus jeunes, Dora et Pierrot, vont s’échapper. On suit leur fuite aventureuse. Ce livre au dessin magnifique à l’aquarelle, et au trait ultra-maîtrisé est un OVNI. On pense lire un ouvrage de SF, et on se retrouve avec une sorte de polar mêlé de paranormal. Manuele Fior y glisse ses réflexions sur le conflit entre les générations, l’avenir de l’humanité. Très beau.

Celestia de Manuele Fior est paru chez Atrabile 

"New York Cannibals" : suite très réussie de "Little Tulip"  

On avait laissés Paul le tatoueur venu du goulag sibérien avec Azami, la fille de Yoko, sa maîtresse qui avait réglé son compte à la violente organisation criminelle la Kolyma au prix de sa vie. La jeune fille, devenue flic, a pris du muscle. Lors d’une arrestation, elle récupère un bébé dans une poubelle… Six ans après l'excellente bande dessinée Little Tulip, le duo Jérôme Charyn/François Boucq récidive avec autant de brio. Les ingrédients du polar sont là (méchants, poursuites, bagarres, enquêtes…), auxquels se mêlent un passé chargé, le retour d’un fantôme et un peu d’ésotérisme. Le trait de François Boucq, qui sera l’un des dessinateurs officiels du procès des attentats de Charlie Hebdo, évolue vers encore plus d’efficacité. Palpitant et brillant.

New York Cannibals de Boucq et Charyn est publié au Lombard 

"Mon père cet enfer" : défaillance paternelle et chaos familial 

Travis Dandro a appris, enfant, que le type sympa qui s’occupait de lui parfois le dimanche était son père. Sa mère le lui a annoncé en mangeant une pizza. Une fois le secret révélé, Dave, va s’occuper de lui encore plus souvent. 

Problème : il est héroïnomane et violent. Dans ce roman graphique mené tambour battant, le dessinateur arrive à rendre avec une justesse incroyable l’état d’angoisse et d’incompréhension dans lequel est plongé un enfant quand l’adulte est trop fragile. Un ouvrage au dessin faussement simpliste. Emouvant et puissant. 

Mon père cet enfer de Travis Dandro est paru chez Gallimard BD 

"La Fuite du cerveau" : à la poursuite de l’intelligence d’Einstein 

1955 : le génie des mathématiques, Albert Einstein s’éteint. Son cerveau est pesé et autopsié par Thomas Stoltz Harvey… On cherche à trouver une particularité pour expliquer l'intelligence du père de la théorie de la relativité. A partir de ce fait réel, Pierre-Henry Gomont (Pereira Prétend, Malaterre) tricote une fantaisie avec vol de cerveau et savant trépané… C’est vif, plein de rebondissements souvent teintés d’humour… Le dessin plein de petits détails vivants est adapté au récit joyeux. Un très bon moment 

La Fuite du cerveau de Pierre-Henry Gomont chez Dargaud 

"Kent State quatre morts dans l’Ohio" : violences policières à l’université 

Détail d'une planche de "Kent State quatre morts dans l'Ohio" de Derf Backderf
Détail d'une planche de "Kent State quatre morts dans l'Ohio" de Derf Backderf / Ça et là

Au printemps 1970, des étudiants de l’Université de Kent State (Ohio) américains manifestent pacifiquement contre la guerre au Vietnam. Après quelques jours de tensions et de provocations, les forces de l’ordre massées en masse autour de l’établissement interviennent et tuent quatre jeunes. Originaire du lieu, le dessinateur américain refait l’enquête. Il livre un roman graphique au dessin ultra-documenté et vivant.  

Kent State quatre morts dans l’Ohio de Derf backderf paru chez Editions Ca et là 

"La Patrie des frères Werner" : plongée footballistique dans la guerre froide 

Détail de la couverture de La Patrie des frères Werner de Philippe Collin et Sébastien Goethals
Détail de la couverture de La Patrie des frères Werner de Philippe Collin et Sébastien Goethals © Corbis / Futuropolis

Après le succès du Voyage de Marcel Grob, Philippe Collin et Sébastien Goethals imaginent le destin tourmenté de deux orphelins de guerre allemands. À l’occasion d’un match de football entre la RFA et la RDA, un espion de la Stasi revoit son frère aîné infiltré à l’Ouest depuis 12 ans et lui confie ses doutes et son désir de fuir. Une fresque européenne des trente années d’après-guerre en Allemagne, de l’entrée des troupes soviétiques dans un Berlin détruit à la Coupe du monde de football de 1974 en Allemagne de l'Ouest. 

La Patrie des frères Werner de Philippe Collin et Sébastien Goethals chez Futuropolis

"La dernière rose de l’été" : polar acidulé  

Léo, jeune chômeur nonchalant prêt à se laisser porter par la vie, se trouve embarqué malgré lui dans une intrigue policière. Son job de vacances estivales le conduit dans le Sud où de jeunes hommes disparaissent. On avait apprécié L''Aimant, première BD labyrinthique parue en 2017. Lucas Harari confirme l’essai avec ce polar aux couleurs acidulées mené de main de maître. 

La dernière rose de l’été de Lucas Harari est paru chez Sarbacane

"Radium Girls" : combat dramatique d'ouvrières contaminées

Détail d'une planche de "Radium girls" de Cy
Détail d'une planche de "Radium girls" de Cy / Glénat

Aux Etats-Unis dans les années 1920, des ouvrières peignent des aiguilles et des cadrans de montres. Mollie, Albina, Quinta et les autres apprennent la technique du "lip" "dip" "paint" : lisser le pinceau en le pinçant entre ses lèvres, le tremper dans la peinture, et peindre. 

Problème : cette peinture contient du radium. Les travailleuses vont d'abord trouver drôle d'être phosphorescentes, avant de commencer à perdre leurs dents, à tomber malades et à mourir les unes après les autres... 

Elles vont se battre pour faire reconnaître leur maladie, et obtenir des dédommagements. Cette aventure collective féminine est servie par un dessin simple et lumineux aux crayons de couleurs qui rend hommage à cette histoire triste. Un bel hommage.

Radium Girls de Cy est paru chez Glénat

"Americana" : trek américain 

Sur la couverture, des montagnes aux reflets roses, et un ciel bleu azur. Au milieu, le titre : Americana. Luke Healy, jeune Irlandais rêve du Pacific Crest Trail (PCT), un trek de 4 280 km qui longe la côte ouest des États-Unis, de la frontière mexicaine jusqu'à celle du Canada. On va le suivre dans son périple, au rythme de 50 km par jour, il souffre, il doute… Mais on sourit aussi de voir ce gamin de 25 ans inexpérimenté bouffer de cette Amérique dont il a tant rêvé. 

Américana de Luke Healy est publié chez Casterman 

Et aussi :  

  • Carbone 6 et Silicium 14 de Mathieu Bablet : C'est un voyage dans le temps, mais pas à la manière d'Orwell qui avec sa machine remontait le temps, ni à la manière de Nolan qui, avec son film Tenet, remonte dans le temps avec l'aide du futur. Carbone et Silicium est un voyage dans notre temps, celui des Intelligences Artificielles. (Ankama)
  • Citéville : le dessin minimaliste et géométrique de Jérome Dubois nous emmene très loin dans des histoires absurdes et grincantes. Très malin ! (Cornélius)
  • Visa transit : la suite réussie du fabuleux périple européen de Nicolas de Crécy. (Gallimard BD)
  • Un peu d’amour : une nouvelle aventure de Lapinot par Lewis Trondheim, cela ne se refuse pas, surtout quand il est question d’amitié, de compagne d'ami, et de vacances. (L'Association)
  • J’perds pas la boule de Vikash Dhorasoo et Emilie Gleason (Ed Revival) : Cette Emile Gleason, dont on avait beaucoup apprécié son Ted, drôle de coco nous ferait aimer n’importe quoi. Même un footballeur ! Vikash Dhorasoo, raconté avec ce trait sautillant est irresistible ! 
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.