France Inter au festival :

  • Enregistrement : vendredi 14 juin, 17h-18h30, « L’Afrique enchantée » V.Cagnolari + S.Solo (diffusion le 16 juin).- Direct : Samedi 15 juin, 20h – 23h, Soirée spéciale avec les Concerts de the Lions, Tego Calderon et la création Cuba, USA, présentation V.Cagnolari + S.Solo

Antillas 2013, un paradis sur Mer

Cosmopolite et pluridisciplinaire, Rio Loco est un rendez-vous incontournable des festivals d’été en France. Chaque année, il parvient à créer des affinités, à susciter des projets culturels inédits à travers la musique, les arts visuels, le cinéma, la gastronomie et l’artisanat dans toute la ville, ainsi qu’à rassemblerles grands noms de la scène internationale ....En 2013, la 19e édition du Festival Rio Loco – Antillas – est une immersion inédite dans les cultures et musiques caribéennes . Sur cet archipel aux airs de paradis sur Terre, foisonnent des mélodies aussi précieuses que les épices qui y poussent.Elles rythment le quotidien, les émotions et convoquent les esprits des anciens. Une palette de sons quasi infinie qui traverse les générations et finit par les rassembler. La musique occupera donc une place importante pour initier ce voyage dans l’histoire passée et contemporaine des Caraïbes. Du 12 au 16 juin, le coeur de fête sur la Prairie des Filtres sera le théâtre d’un sound system à ciel ouvert qui accueillera des monuments de la musique populaire comme des bidouilleurs modernes, artisans de métissages improbables. Parmi plus de 200 artistes invités , de nouvelles étoiles brilleront, comme la divine chanteuse trinidadienne Calypso Rose , l’impressionnantEddie Palmieri , l’icône jamaïquaine Jimmy Cliff ou encore les légendaires Kassav '.

Mais Rio Loco, c’est aussi un grand mix entre le passé et le présent. Ainsi, chaque année, le festival permet au public de découvrir de nouvelles générations d’artistes, venus chambouler les codes et exprimer tout leur talent sur la scène toulousaine. C’est ainsi sur la Prairie des Filtres que Buika , la nouvelle grande voix du flamenco, a donné son premier concert hexagonal en 2007, que la délicieuse Hindi Zahra a offert aux festivaliers son premier “Beautiful Tango” français en 2009.Dans un site mis en scène par de nombreux artistes plasticiens, le festival prolonge le voyage à travers des créations visuelles contemporaines , des spectacles jeune public et un cinéma de minuit ! Un parcours d’accompagnement des publics ponctué de nombreuses rencontres, grâce à la Valise Rio Loco , mobilise des milliers de Toulousains tout au long de l’année.Dès le mois de mars, Rio Loco fait tourner la tête des Toulousains grâce aux Barrio Loco : une programmation dédiée aux cultures caribéennes dans les centres culturels de Toulouse associés au festival (musique, théâtre, danse, arts visuels, cinéma, littérature, conférences…).Après le succès de son édition 2012 qui a rassemblé plus de 113 500 festivaliers à Toulouse (un record !), le festival Rio Loco embarque en 2013 pour les îles Caraïbes, au royaume des Petites (Bahamas, Îles Vierges, Guadeloupe, Martinique, Trinité et Tobago…) et Grandes Antilles (Cuba, Haïti, La République Dominicaine, la Jamaïque et Porto Rico), pour une éditiondéfinitivement exotique, festive et carnavalesque.

Un festival au carrefour des cultures du monde

Depuis sa création en 1995, le Festival Rio Loco s’est installé en bords de Garonne, pour finalement ne plus lever l’ancre. Avec l’idée que ce fleuve fou emmènerait chaque année les Toulousains à explorer et découvrir des contrées lointaines bordant d’autres fleuves du monde. Pour les guider dans leur exploration, les mélodies, les mots, les créations et les images venues d’ailleurs ont donné à Rio Loco sa véritable identité : un festival cosmopolite, pluridisciplinaire, convivial, voyageur et définitivement bien dans sa ville. Au carrefour des cultures, des mers et des continents, Toulouse porte en elle cet incroyable métissage des populations auquel nous invite le festival depuis ses débuts. Une belle histoire qui coule de source et continue de s’écrire depuis 18 ans. [...]

Antillas, un paradis des musiques du monde Ces Grandes (Cuba, Haïti, La République Dominicaine, la Jamaïque et Porto Rico) et Petites Antilles (Guadeloupe, Martinique, Trinité et Tobago…) s’inscrivent ainsi à merveille dans la démarche du festival, à savoir un savant équilibre entre la mémoire, les rythmes traditionnels et les musiques actuelles des pays visités. Dans ce grand bain de musiques du monde, sont nés certains des plus importants courants de l’histoire de la musique. Il en va ainsi du reggae en Jamaïque, du zouk en Guadeloupe et Martinique et du latin jazz né entre les États-Unis et Porto Rico. Pour ces trois styles, nous déroulerons le tapis rouge à ces mythiques pionniers : le Jamaïquain Jimmy Cliff , les Antillais Kassav et le pianiste américano-portoricain Eddie Palmieri . Trois légendes parmi d’autres, parfois moins connues mais toutes aussi inscrites légendaires, figures des musiques traditionnelles : le kompa de Tabou Combo, la bachata des Bachata Legends, Ti-Coca et l’âme des troubadours haïtiens ou le gwoka carnavalesque d’Akiyo .Enfin, fidèle à sa tradition de défricheur, le festival déniche chaque année des croisements improbables et modernes, ouvrant de nouveaux horizons musicaux. Autant de perles rares des Caraïbes, de trésors à partager par tous les publics, des plus petits aux plus grands. Les rugissants The Lions donneront un coup de fouet jazz-soul au reggae roots, Mala le Londonien cuisine le dubstep à la sauce cubaine, Fimber Bravo invente l’électro calypso tandis que Tego Calderón impose le son reggaeton latino.

Des résidences de création et de rencontres Le Festival Rio Loco tient à offrir aux artistes invités les conditions nécessaires à la création d’oeuvres inédites et rares, afin d’enrichir sa programmation. Incontournables objets de curiosité ou de joyeux détournements, les oeuvres plasticiennes qui habillent le site font l’objet d’une vraie réflexion sur l’espace public. C’est ainsi que les graffeurs portoricains de La Pandilla réaliseront à Toulouse entre le 21 mai et le 8 juin, des peintures murales peuplées d’animaux mutants et fantastiques, mis en scène sur une tour permettant au public de pouvoir les observer sous tous les angles, à l’entrée de la Prairie des Filtres. Du nouveau également avec la participation de La Grainerie au festival. La Fabrique des arts du cirque de Balma accueille, pour la première fois cette année, en résidence la création de l’étonnant spectacle jeune public En fuyant le paradis, entre danse et cirque contemporains. Du côté de la musique, le batteur guadeloupéen Sonny Troupé a proposé à Rio Loco une création inédite dans l’histoire du gwoka, qui prendra forme lors d’une résidence toulousaine.

Un festival pour voyager toute l’année La force du festival Rio Loco, c’est aussi un programme annuel d’accompagnement des publics dans la découverte des cultures. Tel est le rôle de la Valise Rio Loco , qui accompagne dès le mois de janvier 93 structures de la ville (CLAE, accueil de loisirs, centres sociaux, classes du parcours culturel…) pour une immersion ludique et pédagogique dans la culture caribéenne pour la plupart des 3 900 enfants et pédagogues participant aux actions de sensibilisation et au parcours de la Valise. Parmi ces actions, la participation à l’exposition “Guerreros” de Yoël Jimenez ou la découverte des instruments fils rouge du festival le tambour Ka et le steel drum. À l’initiative du festival, deux repas caribéens – l’un haïtien, l’autre antillais - seront servis les 29 mai et 13 juin prochains aux 29 000 écoliers de la ville sous la houlette des chefs Natacha Augustin et Mathias Lucrèce !

Une ville en fête

Le festival Rio Loco déborde également depuis quelques années du seul cadre de la Prairie des Filtres pour s’installer dans la ville et s’associer aux différents acteurs culturels dans tous les quartiers et toutes les disciplines, en nouant notamment des partenariats forts avec le Museum de Toulouse, le Musée des Abattoirs, Cinelatino La Grainerie Le Mandala, les librairies Ombres Blanches, Terra Nova et les Bars Bar ...Des rendez-vous d’exception dont le concert d’Admiral T à Empalot ou la rencontre musicale Mario Canonge et Michel Alibo à l’Espace Bonnefoy, les bibliothèques de Toulouse s’installent durablement dans le festival avec une très riche sélection d’ouvrages et documents sur les Caraïbes ainsi qu’une programmation-événement de projections, rencontres, expositions, contes et spectacles jeune public. Autant de lieux qui portent et transportent les messages d’ouverture du festival tout au long de l’année. Plus que jamais, le festival Rio Loco est ouvert à tous les publics, grâce à des tarifs abordables et une gratuité pour les moins de 12 ans. Une politique d’accès à la culture pour le plus grand nombre, dans une démarche découverte à d’autres mondes, d’autres cultures et d’autres valeurs que celles qui animent les Toulousains. Ce moment unique de partage prendra forme du 12 au 16 juin sur le Prairie des Filtres, où la fête battra son plein, entre mélodies envoûtantes, odeurs et saveurs d’ailleurs, vibrations en tous genres, un voyage des sens qui draine chaque année de plus en plus de festivaliers. L’an passé, Rio Loco a enregistré un nouveau record. Plus de 10 000 enfants ont répondu présents, au lieu des 3 000 habituellement enregistrés. Une vraie satisfaction et fierté pour le festival, devenu un conteur d’histoires au long cours, qui traverse les générations et finit par les rassembler. Soyez au rendez-vous dès le mois de mars, le soleil des Caraïbes débarque à Toulouse !

Ambiance au festival
Ambiance au festival © Marie-Pierre Cravedi
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.