Manger dans le noir, rire dans le noir ? En quoi ces expériences modifient-elles notre vécu sensoriel et émotionnel ? France Inter vous invite à éteindre la lumière pour partager une aventure insolite et dérider vos zygomatiques…

Dans le noir le quatrième mur disparaît-il?
Dans le noir le quatrième mur disparaît-il? © Maxppp / PHOTOPQR/LA PROVENCE/VALérie Vrel

Que se passe-t-il quand le noir se fait ?

Plongés dans l’obscurité d’une salle de spectacle, on fait soudain corps. Lorsque le noir se fait, le silence s’impose, on retient son souffle, abandonnant derrière nous l’agitation de nos pensées et la tyrannie des apparences. Dans ce noir qui nous unit, on est tout entier concentré vers ce qui va surgir sur scène. C’est une attente chargée de désir... Oui mais voilà… que se passe-t-il quand la lumière ne s'allume pas ? France Inter invite ses auditeurs à partager l’émotion des spectateurs.

Comme à la radio...

Arrivée en France en 2017, l’expérience Noir nous vient tout droit du Canada.  Il s’agit de réunir plusieurs humoristes sur scène, dans le noir. Oui mais pourquoi se déplacer face à une scène plongée dans l’obscurité ? Pour partager une expérience rare. Privés d’image nous sommes invités à écouter différemment les propos des humoristes et les réactions de la salle… toutes ces émotions imprévisibles qui font la magie du spectacle vivant. Le pouvoir de la voix, les effets de rupture, les rires, le silence qui surgit, tout est alors vécu avec une intensité redoublée, un peu comme lorsque l'on écoute la radio en voiture, au casque ou dans la nuit. Et dans le noir qu’advient-il du quatrième mur, cette frontière invisible située sur le devant de la scène pour séparer les acteurs et les spectateurs ? 

Fanny Ruwet, l'une des quatre humoristes de la soirée Noir diffusée sur France Inter (► à écouter pendant 8 jours ici), résume avec humour :

C'est mignon d'être venus pour un podcast ! 

Du noir à l'humour noir

Plongés ensemble dans un même bain d’obscurité on découvre alors une intimité peu commune entre la salle et la scène... Fanny Ruwet joue sur la gêne liée à cette situation inédite pour explorer le thème du malaise. Elle imagine alors comment convertir le malaise en arme... harassée par les transports publics bondés, la jeune femme dispose d'une technique infaillible pour faire le vide autour d'elle, simuler une conversation téléphonique électrochoc :

Consentement ou pas, j'avais 11 ans papa...  RIRES

Sous la direction artistique de Bruno Muschio  (ancien auteur de Bref et complice de Kyan Khojandi), quatre humoristes de France Inter se succèdent sur scène : Fanny Ruwet, Aymeric Lompret, Alex Vizorek et Thomas VDB

Et si l'on éteignait la lumière en mangeant ?

Manger dans le noir est une autre manière de réveiller ses papilles et de se libérer des a priori. Plusieurs restaurants proposent cette expérience insolite : guidé par un personnel non voyant, on est invité à s’abandonner à l'inconnu. Téléphone mobile éteint (toute source lumineuse proscrite) on découvre le repas sans savoir ce qu'il contient. 

C'est un véritable réveil des sens, stimulés par cette expérience : le goût bien entendu mais aussi l'odorat... Enfin, l'espace d'un repas, le rapport s'inverse puisque les non voyants sont nos guides... On touche du doigt un peu de ce que vivent les personnes déficientes visuelles et l'on imagine très concrètement qu'il n'est pas aisé de se frayer un chemin parmi les voyants !

Et la lumière disparût
Et la lumière disparût © Maxppp / Philippe Ughetto
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.