Personnalité fascinante par l’étendue de ses connaissances et son approche novatrice, Roberto Longhi a renouvelé la critique d’art au XXe siècle. Proches des artistes de son temps, Roberto Longhi s’est imprégné de la modernité de son époque pour (re)découvrir les peintres qu’il a étudiés, quelle que soit leur place dans la chronologie artistique. Doté d'une mémoire visuelle étonnante, Longhi a posé un oeil nouveau sur la peinture italienne et tissé des liens inédits entre artistes anciens et modernes. Il a ainsi proposé une lecture originale de leurs oeuvres et donné de nouvelles perspectives à l’histoire de l’art. Nicolas Sainte Fare Garnot, l'un des commissaires de l'exposition est formel : l'apport de Longhi est fondamental.

Grâce à ses découvertes, Roberto Longhi a offert à des artistes comme Giotto, Piero della Francesca et surtout Caravage une renommée qui ne s’est pas démentie depuis.Roberto Longhi n’était pas seulement un savant, c’était aussi un ardent collectionneur, qui a rassemblé dès 1916 des peintures uniques de Caravage, mais aussi de ses suivants. Sa collection, qui réunit plus d’une soixantaine d’oeuvres à Florence révèle tout le goût de ce passionné d’art : autour du célèbre Garçon mordu par un lézard de Caravage, se côtoient les fonds d’or des primitifs italiens et les clair-obscur des plus grands caravagesques européens.

de Giotto à Caravage
de Giotto à Caravage ©

L’exposition présente les grands noms de la peinture italienne, du XIVe au XVIIe siècle, redécouverts par Roberto Longhi (1889/1890-1970). Giotto, Masaccio, Masolino, Piero della Francesca, Ribera, Caravage… autant d’artistes de premier plan qui sont ainsi mis en lumière.

Aux oeuvres issues de la Fondation Roberto Longhi, présentées pour la première fois en France, répondront les oeuvres prêtées par les plus grands musées français et italiens.

Musée Jacquemart-André du 27 mars au 20 juillet 2015

> en savoir +

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.