Pierre Bouteiller adorait le tennis et pratiquait ce sport avec, entre autre, Jean-Loup Dabadie, scénariste, notamment d'Un Éléphant, ça Trompe Énormément d'Yves Robert...

La partie de Tennis de Un éléphant, ça trompe énormément
La partie de Tennis de Un éléphant, ça trompe énormément © Gaumont

"C'est le match de tennis le plus drôle de l'histoire du cinéma" raconte Bruno Garay en 2009 lors de la énième rediffusion sur France 3 du film d'Yves Robert, Un éléphant, ça trompe énormément.

Souvenez-vous : Jean Rochefort, Guy Bedos, Victor Lanoux et Claude Brasseur s'affrontent dans un double homérique.

Pour conseiller les acteurs, Yves Robert avait engagé un entraîneur national : Georges Deniau

Mon job était de les faire passer pour des joueurs de club corrects

Yves Robert avait laissé la tache de filmer la partie de tennis à son assistant, un certain Elie Chouraqui.

Sur certaines prises, les comédiens sont doublés. Ainsi, Guy Bedos, qui n'avait jamais touché une raquette de sa vie, pour les plans de loin, est doublé par un figurant affublé d'une perruque.

Pour les dialogues, Jean-Loup Dabadie, scénariste du film propose au réalisateur de s'inspirer des parties de double qu'il dispute régulièrement avec ses copains : Alain Sarde, Gilles Jacob et ... Pïerre Bouteiller.

Jean-Loup Dabadie se souvient :

Yves Robert montait sur une chaise d'arbitre et prenait des notes quand les bêtises fusaient sur le court. Mais il les a retranscrites avec beaucoup plus de talent que nous n'en avions.

Pour aller + loin

Pierre Bouteiller tire sa révérence
Les homages
50 ans de France Inter, 50 ans de musique Jazz ! par Elsa Boublil
La voix à la radio par Caroline Ostermann
Le jazz et Pierre Bouteiller, à suivre à 16h dans "La récréation" de Vincent Josse

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.