Creed
Creed © Radio France

Au cinéma ce 13 janvier, Creed , le film qui remet la série des Rocky en piste. Creed est le nom d'Apollo Creed, le champion qui a combattu Rocky, incarné par Sylvester Stallone dans les années 80. Dans ce film, Adonis Johnson n'a jamais connu son père, le célèbre champion du monde poids lourd Apollo Creed décédé avant sa naissance. Pourtant, il a la boxe dans le sang et décide d'être entraîné par le meilleur de sa catégorie. À Philadelphie, il retrouve la trace de Rocky Balboa, que son père avait affronté autrefois, et lui demande de devenir son entraîneur.

Rocky lit au lit
Rocky lit au lit © Radio France

Puisque Rocky est de retour, reprenons-le par le bout du gant pour un tour au millieu des livres . Point de départ : la scène se passe au lit. Adrian écoute religieusement son compagnon Rocky disserter sur son besoin de lecture car selon lui, «Savoir bien lire [lui] permettra d’avoir un emploi de bureau ». Rocky a bien essayé la pub pour monnayer sa gloire naissante depuis son combat contre Apollo Creed, mais c’est un piètre poseur. Songeant à son avenir, il voit dans le livre le compagnon idéal pour poursuivre son ascension sociale, celui avec lequel il va apprendre et comprendre.

Qui es-tu ? Rocky ou Stallone ?

Sylvester Stallone - Biographie
Sylvester Stallone - Biographie © Radio France

Qui de Rocky Balboa ou de Sylvester Stallone a influencé l’autre ? Pour le savoir il faut lire Sylvester Stallone de Christophe L./Guy Braucourt. Rocky ou Stallone, vos deux trajectoires empruntent les mêmes itinéraires, entre vaches maigres et abondance de biens. Vous jaillissez tous deux du néant, goûtez à la gloire, jouissez de votre fortune, devenez un peu mégalo puis redescendez sur terre encaissant quelques pertes et fracas. Ta vie ressemble à celle de ton créateur à tel point que Stallone lui-même te rend un vibrant hommage : « Tout ce que je suis et tout ce que j’ai revient à Rocky Balboa. Je n’ai pas créé Rocky. Il m’a créé ».

Pour aller plus loin dans la réflexion, tu te plongeras dans Ainsi parlait Zarathoustra de Friedrich Nietzsche.

Qui mieux que toi peut caractériser le surhomme ? Tu es l’incarnation du dépassement de soi, de la victoire sur soi-même quand groggy, au tapis, tu te redresses avec ta bravoure et ta seule force morale pour à nouveau défier Apollo. Et puis comment ne pas évoquer la notion d’Eternel retour, toi qui reviens régulièrement à l’affiche alors que l’on t’imaginait à la retraite, sirotant un bon Daïquiri dans une île des caraïbes.

Le rêve américain est-il pour toi ?

Le meilleur
Le meilleur © Radio France

On se pose la question en lisantLe meilleur de Bernard Malamud. Le rêve américain, tu l’as vécu à l’endroit et à l’envers, avec cette même foi de réussir, sans jamais faiblir, ni renoncer.

Un peu comme Roy Hobbs, le héros de Bernard Malamud, nourri d’espérance jusqu’à sa chute.

Lui, génial joueur de Base-ball, grièvement blessé par balles par une femme fatale, et condamné à l’oubli, revient du diable vauvert avec une seule idée en tête : reconquérir son titre de gloire.

Un genou à terre, mais jamais K.O.

Boxeur

Le combat du siècle (rocky)
Le combat du siècle (rocky) © Radio France

Il y a du Mohamed Ali dans Apollo Creed et c'est pourquoi il t'es conseillé de relireLe combat du siècle de Norman Mailer.

Provocateur, charismatique, égotiste, lumineux et arrogant, aussi brutal dans ses coups que dans ses paroles. La boxe, « un dialogue entre les corps » selon Norman Mailer, se dispute également hors du ring, avec des mots et des attitudes.

Le combat du siècle, c’est celui qui opposa George Foreman à Mohamed Ali à Kinshasa dans un décorum extravagant ficelé par Mobutu et le promoteur Don King.

James Brown vint même y donner un concert quelques jours avant l’affrontement, ce dont s’inspira Apollo (Rocky IV). Toi, tu préfères de loin le besogneux Rocky Marciano, moins tape à l’œil et jamais vaincu sur un ring.

Bestial !

Francis Bacon - Michel Leiris . rocky
Francis Bacon - Michel Leiris . rocky © Radio France

Puisque tes combats se transforment souvent en boucherie avec du sang qui gicle, des visages archi-tuméfiés, des pommettes en escalope… tu partages finalement cette idée avec Francis Bacon que l’homme n’est ni plus ni moins qu’un tas de viande et qu’il aurait logiquement sa place sur un étal voire sur un croc.

Lis donc l'ouvrage que Michel Leiris lui consacre.

Lui a posé avec des quartiers de bœuf et les a peint ; Toi tu t’en aies servi comme sac d’entraînement, transcendant la symbolique de l’être désincarné par une démarche figurative.

N’oublions pas non plus que tu as travaillé avec ton beau-frère Paulie à l’abattoir. La distance est donc ténue entre l’art – qu’il soit noble ou non – et la chair animale. Ce n’est pas Lady Gaga avec sa robe de steaks qui te contredira.

La baston est un jeu d'enfants

Bastien Vives
Bastien Vives © radio-france / Christine Siméone

Voilà une évasion dans les pages de la BD française la plus talentueuse. La sérieLastman , et particulièrement le personnage de Richard, champion de boxe. Comme tu vois sur la photo, Bastien Vivès, l'un des trois auteurs de cette série phare, t'adore. C'est sous la photo de ton geste triomphant qu'il écrit et dessine. Il y a donc un peu de toi dans les héros deLastman . On dit que Lastman est le manga à la française, en tout cas un manga fait par des mecs que les filles peuvent enfin lire. Bientôt en série tv, mais déjà en jeu vidéo, version jeu de "baston", tout pour toi.

Rocky, tu as aussi un côté un peu kitsch

Arnold pour Rocky
Arnold pour Rocky © Radio France

La boxe nécessite du muscle et un gainage particulier pour encaisser les coups.

Il y a certes l’entraînement technique dans ces salles mal éclairées et peu ventilés où les remugles de transpiration vous encombrent les narines. Pour le physique, il te fallait les conseils d’un pro de la fonte pour te bâtir un coffrage modèle Berliet.

Et c’est Monsieur Univers,Arnold Schwarzenegger en personne, qui te guide dans Ma méthode pour une forme d’athlète : échauffement, exercices, aérobic, stretching, nutrition… tout y est pour les gros bras.

Le destin des peuples ne t'es pas indifférent

L’archipel du goulag d'Alexandre Soljenitsyne est tout indiqué pour toi.

Ton voyage en URSS pour y affronter le terrible Ivan Drago (Rocky IV) a été l’occasion de découvrir un peuple privé de liberté et parfaitement hostile aux américains. Interpellé par tant d’abjection, tu t’es plongé dans cet ouvrage majeur de Soljenitsyne, marqué par les horreurs du goulag et l’impitoyable dictature soviétique.

Certes, tu étais là pour venger ton ami Apollo Creed, mais ta motivation s’est décuplée sur le ring en pensant à ces hommes et ces femmes victimes du totalitarisme. Tu es même parvenu à retourner le public en ta faveur. En lui lançant « Tout le monde peut changer », tu venais de fissurer le rideau de fer.

Entre deux eaux

Larousse Aquarium  (Rocky)
Larousse Aquarium (Rocky) © Radio France

Sous cette carcasse de muscles se cache un cœur d’artichaut, une âme sensible et délicate, attendrie à la simple vue des animaux. Chez toi, tu parles aux tortues, aux poissons. Ta femme Adrian a travaillé dans l’animalerie de quartier où tu te ravitaillais en nourriture pour tes compagnons d’eau douce.

Il y a des connections qui ne trompent pas. Avec les victoires et la fortune amassée tu as pu agrandir le format de ton aquarium pour donner un peu plus d’espace vital à Moby Dick , ton poisson rouge.

Le Larousse des poissons et aquariums : tout sur les aquariums d'eau douce et d'eau de mer,te passionnera sûrement. __

L'homme qui fait rapper tes poings

Garde avec toi la bande originale françaisede Creed, c'est Nekfeu qui l'a composé et il n'est pas peu fier de cette aventure. Le petit gars du 15e arrondissement de Paris, fait des cartons sur Youtube avec Des Astres, Feu, ou On verra. Nekfeu aime les livres comme toi, et quand il boxe, c'est avec les mots comme il le dit dans Time B.o.m.b. "Te la raconte pas quand t'es nul, j'aime qu'on parle des livres Le combat continue,aucun temps mort Tant qu'on est jeunes, coupables et libres Pour être les princes de la ville, on boxe avec les mots Un peu-Ra punchingball comme Oxmo, Opéra Puccino Te la raconte pas quand t'es nul, j'aime qu'on parle des livres Le combat continue, aucun temps mort Tant qu'on est jeunes, coupables et libres Pour le vice mes scars-la courent N'embrasse pas la mauvaise langue Quelques gouttes suffisent pour donner la vie, jusqu'à l'amour"

►►► POUR ALLER + LOIN

> Retrouvez la bibliothèque conçue pour Dark Vador >

> Lire avec Lucky Luke , de Tarentino à Proust >

Quand Mickey lit Sénèque et se prend pour Alain Delon >

Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.