R. Dhordain
R. Dhordain © Radio France

Imaginez France Inter sans le point route de Christian Magdeleine ou Michel Berga, sans le Pop Club de José Artur ou l'Oreille en coin .

Imaginez France Inter sans des décentralisations, des programmes jeunesse ou un rendez-vous ouvert sur l’Europe.

Un exercice difficile, voire impossible.

Et – grâce à Roland Dhordain – inutile.

Entré à la radio à la fin des années 50, il y aura occupé tous les postes et lui aura tout donné. Journaliste, reporter, directeur des programmes… le Général de Gaulle lui confie en 1962 la réforme de la radio au sein de l’ORTF.

Trois nouvelles stations voient le jour : France Culture, France Musique… et France Inter qui doit être « la chaîne de l’information, de la gaité et des conseils pratiques ».

En 1968, Roland Dhordain explique au micro de Jacques Chancel, comment il conçoit la radio :

Mon écriture radiophonique, c’est de faire des titres, des surtitres, des illustrations, des encadrés

Une écriture de la radio qui parle aux jeunes, auxquels Roland Dhordain veut s’adresser. Il crée dès 1966 le service « Inter service jeunes », une émission pour défricher de nouveaux talents (présentée par un tout jeune homme de 22 ans… Gérard Klein ) et le hit-parade :

Une radio qui se veut être « l’auxiliaire précieux de la vie quotidienne des auditeurs ». C’est 10 ans avant la création de France Inter, que Roland Dhordain invente (en 1952) **Inter service route :** > Allô, Bagatelle 33 33 ? Concurrences, projets, vie professionnelle, vie privée… en 1970, c’est en jogging et avec une franchise et un humour assez rares que Dhordain, alors directeur de la radiodiffusion, répond aux questions de **Claude Lelouch** : > La personne à qui je mens le plus ? Mon administrateur. Et à qui je mens le moins ? Ma secrétaire En 1983, Roland Dhordain couche sur le papier ses souvenirs et sa passion de la radio dans « [Le roman de la radio ](http://www.amazon.fr/Roman-radio-T-S-F-radios-libres/dp/2710301644)» (éd. la Table Ronde). Un ouvrage préfacé par l’Académicien Alain Decaux : « _Roland Dhordain n'a pas seulement fait de la radio toute sa vie, il est la radio. Je l'ai toujours connu débordant d'enthousiasme, épanoui dès qu'il entrait dans un studio, dans une régie, dès qu'il se penchait vers un micro ou invitait quelqu'un à y parler._ » Les voix qui firent et font l'histoire de France Inter ont éclos sous sa direction et ses directives : **Pierre Bouteiller** : > Grâce à Roland Dhordain, j'ai toujours eu une liberté totale sur France Inter tant dans mes choix musicaux qu'éditoriaux **José Artur** : > Après certaines émissions, il m'engueulait et voulait me virer pour avoir tapé sur des membres du gouvernement. Et une heure après il me rappelait pour me demander qui j'avais dans mon émission le lendemain Avec toujours le souci de penser à la radio de demain, il lance en 1991 il, avec Noëlle Bréham, "_les Enfants d'Inter_ ", un radio-crochet des talents radiophoniques. Dont sont issus - pour ne citer qu'eux - **Sophie Loubière** ou **Hervé Pauchon** . Le 22 décembre 2010, Roland Dhordain a disparu, mais vit toujours dans les couloirs et sur les ondes de France Inter.
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.