Il y avait quelque chose d'obscène ce soir, sur le plateau de "Nulle part ailleurs". Histoire de rigoler, l'équipe de Denisot sur Canal plus avait invité, en même temps que Jeanne Moreau venue présenter le nouvel Amos Gitaï, le jeune Steevie, ex-lofteur dont le culot et les propos "bar du commerce" font toujours les délices des plateaux de télévision. Désormais, le gamin (spontané et souvent consternant) fait l'acteur. Il est à l'affiche de "Ma femme est folle", avec Georges Beller. Pourquoi l'inviter? Devinez. Sur le plateau, Denisot lance un reportage sur la pièce (épouvantable), et Ariane Massenet décide de se payer le pauvre gamin. Elle lui demande de jouer quelques unes de ses scènes, devant une Jeanne Moreau visiblement très mal à l'aise. L'actrice semble consciente que l'émission vire au "diner de con". Steevie imite la mouette. On souffre. Massenet s'acharne avec délice. Elle lui demande de lire un texte, la célèbre tirade d'Hamlet, être ou ne pas être. "Oh non !" lâche alors la comédienne, le visage grimaçant de stupeur. Jeanne Moreau sait. Elle sait que les animateurs qui possèdent le pouvoir de ridiculiser sont en train d'aiguiser les couteaux pour une boucherie divertissante. Sublime, dans un réflexe presque maternel, elle se conduit avec élégance. Au jeune homme, elle conseille : "Surtout, ne joue pas, contente toi de lire à plat". Steevie commence, maladroit. "Ne joue pas, mais dis, simplement!" Il comprend, s'applique, évite ainsi le ridicule.Indifférente au malaise, Massenet tend cette fois à l'actrice et au gibier d'un soir, une scène du Cid. A nouveau, Jeanne Moreau conseille celui qui doit jouer Rodrigue. "Oublie les vers, enchaine le texte". La bête de foire échappe au massacre. Dans l'arène, le petit jeu s'arrête avant que le sang ne coule.La télé a échoué. Elle voulait se payer la bétise, mais l'intelligence et le coeur d'une actrice plus forte qu'elle ont eu raison de sa brutalité, de son absence de morale.

Jeanne Moreau dans La baie des anges, de J Demy
Jeanne Moreau dans La baie des anges, de J Demy © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.