Le 9 mai 1945, Samuel Fuller, fantassin de la célèbre division américaine Big Red One, participe à la libération du camp et de la ville de Falkenau en Tchécoslovaquie .

Vision de l'impossible : Falkenau, Samuel Fuller témoigne

Sur ordre de son capitaine Richmond, il filme tout ce qu’il découvre avec une petite caméra 16mm à manivelle offerte par sa mère : les cadavres retirés des fosses pour être habillés et enterrés dignement « comme des êtres humains » par les notables de la ville – qui prétendent ne rien savoir de la tragédie – et par les gardes nazis du camp.

Quarante ans après, le cinéaste américain revient à Falkenau et, du haut d’un talus, évoque les baraquements qui bordent la route et la découverte du camp par les soldats américains.

Il commente ses premières images de réalisateur : les soldats ahuris qui ouvrent les portes, les yeux hagards qui sortent de l’ombre, l’odeur insupportable des chairs gangrenées, le plan panoramique qui montre la proximité du camp et des maisons des habitants de Falkenau.

Cette situation a inspiré Samuel Fuller pour réaliser son film Big Red One en 1988.

(62’ VOSTF. NB. et Coul. 1988)

Vision de l'impossible : Falkenau, Samuel Fuller témoigne (Extrait 9’29’’)

►►►Nuit et Brouillard , des images pour demain

►►►Des images pour un procès - Nuremberg

►►►La Mémoire Meurtrie, Sidney Bernstein et Alfred Hitchcock

►►►Shoah , de Claude Lanzman : une histoire de l'indicible

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.