Gallica lance une nouvelle version de son application mobile ! Pour vous guider dans les millions de documents numérisés par la Bibliothèque nationale de France, on vous refait une petite sélection guidée par les humeurs du moment, avec des sapins de Noël, des bandes dessinées, de l'art, et même des fonds d'écran.

En l'an 2000, l'avenue de l'Opéra à Paris, vue par Jean-Marc Côté en 1910
En l'an 2000, l'avenue de l'Opéra à Paris, vue par Jean-Marc Côté en 1910 © Gallica/BnF

2020 se termine, et voilà qu'on me réclame un best of de Gallica. Voilà qu'on oublie de me demander les tubes de l'été qu'on a raté, les meilleures scores sur Youtube, les 2020 images de l'année. Non, on me demande un best of de Gallica. Les temps changent non ?  Voici une sélection subjective qui rassemble des documents qui font écho à l'air du temps, c'est à dire à Noël, à l'année de la bande dessinée, au télétravail, à la vie culturelle, et garantie sans épidémie. 

Sapin de Noël

Avant d'en finir avec les sapins de Noël, intéressons-nous à l'origine de cette tradition. Elle remonte au XIe siècle, où l'on parlait d'arbre du paradis, sapin orné de pommes rouges, mais s'est véritablement répandu à partir du XVIe siècle, suivant une habitude prise dans la ville de Sélestat (aujourd'hui en Alsace, mais appartenant alors au Saint-Empire Romain Germanique). Le théologien Martin Luther aurait été le premier à illuminer un sapin chez lui. Rappelons d'ailleurs que Noël est une fête de la lumière, puisque c'est la période de l'année à partir de laquelle les journées recommencent à gagner du temps d'ensoleillement.  

Enfin vous saurez aussi que si l'on met des boules et non des pommes désormais sur nos sapins, c'est parce qu'en 1858 une sécheresse provoqua une pénurie de fruits et qu'un verrier mosellan eut l'idée de les remplacer par des boules de verre. 

Paradisi en sole, paradisus terrestris : l'ancêtre du sapin de Noël, ETH-Bibliothek Zürich. Illustration de 1629
Paradisi en sole, paradisus terrestris : l'ancêtre du sapin de Noël, ETH-Bibliothek Zürich. Illustration de 1629 / Domaine Public

Les fonds d'écran

Si vous en avez assez de planter des draps blancs pour masquer le linge étendu, le lit des enfants, et les vieilleries kitsch de vos coloc pendant les réunions Zoom, Teams, Meet, et autres visioconférences, Gallica propose des fonds d'écran et là c'est la grande classe. N'allez pas croire qu'il s'agit de look archi-vieux, préhistoriques. Ce qui est étonnant c'est que même avec 100 ans d'âge certaines de ces images pourraient sortir de nos albums jeunesse et jeux vidéo d'aujourd'hui. Exemple : La nature luxuriante qui illustre un voyage pittoresque et historique au Brésil, Jean-Baptiste Debret, de 1834-1839, les illustrations pour l'Odyssée d'Homère, par François-Louis Schmied, en 1930-1933. On adore par ailleurs découvrir comment Jean-Marc Côté a imaginé l'an 2000 en 1920 et on mettrait bien un guerrier armé d'une arbalète pour un jeu vidéo dans ce décor d'escalier de pierre prévu par Giambattista Piranesi pour un opéra. 

Esquisse pour un décor d'opéra par Giambattista Piranese, XVIIIe siècle
Esquisse pour un décor d'opéra par Giambattista Piranese, XVIIIe siècle / Gallica/BnF

Les héros de bande dessinés oubliés

Topsy, la Cavalière du Texas, les enfants de Sherlock Holmes, ça vous rappelle quelque chose ? Vous allez répondre non et c'est normal. Gallica est allé puiser dans ses fonds les prédécesseurs de Tintin, Astérix, et du Chat du rabbin. 

Chris Ware s’inspira de certaines des planches Naughty Pete, éphémère bande dessinée de 1913 signée Charles Forbell pour le New York Herald. On retrouvera aussi, sans nostalgie aucune, cette époque vacharde à l'égard de nos voisins allemands, qu'on appelait les boches, Les Malicieux Ketjes, dans la revue patriotique La jeune France, publiés entre 1915 et 1916. Ces deux gamins espiègles de Bruxelles préfigurent le duo Quick et Flupke de Hergé. Bien plus espiègles ont été les cases publiées en 1949, dans le journal Coq Hardi, par Zan-Zan alias Tar-Zan. Ce parodique Tarzan évolue dans une jungle pleine de farces et dans des bulles pleines de jeux de mots. Quant à la Cavalière du Texas d'Étienne le Rallic, c'est Lucky Lucke au féminin, conductrice de caravane mettant en déroute les bandits et devenue cheffe des Navajos. 

 La Cavalière du Texas est un album d’Etienne Le Rallic publié au début des années 1940
La Cavalière du Texas est un album d’Etienne Le Rallic publié au début des années 1940 / Gallica/BnF

Le métro parisien a 120 ans

Tout occupés à nous confiner, déconfiner, reconfiner, semi déconfiner que nous étions, nous n'avons même pas remarquer que le métro parisien avait 120 ans cette année. Avec sa poussière, ses lumières blafardes, ses odeurs de rance, ses heures de pointe, ses interruptions, lui aurions-nous souffler au moins une seule bougie si on n'avait pu enlever nos masques ? Gallica l'a fait, et elle a même fait un live sur Facebook pour rappeler les gigantesques travaux qui ont précédé l'ouverture de la première ligne le 19 juillet 1900 lors de l'Exposition universelle.

Pour creuser les tunnels du métro parisien, on a beaucoup utiliser la force des ouvriers, mais aussi des boucliers géants, des grues à système hydraulique, et il a même été question de congeler le sol avec du chlorure de calcaire.

Vous avez raté le live de Gallica pour fêter cet anniversaire ? Pas grave. Voici une séance de rattrapage.  

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Clin d'œil à l'Olympia

Alors que les salles de spectacles et professionnels de la culture restent privés de public, clin d'œil à l'Olympia. Gallica vous rappelle qu'elle a été inaugurée en 1893 avec 2000 places. Le 11 avril 1893 s'y sont produit pour l'ouverture la danseuse de cancan La Goulue, la danseuse américaine Loïe Fuller et le transformiste et ventriloque italien Fregoli. On trouve dans Gallica cette affiche qui annonce Régiane, Leprince, Mary Perret et Lise Fleuron. C'est la "La revue joyeuse" qui se produisait le 14 mars 1908 dont l'affiche est reproduite ici. 

Affiche de "La revue joyeuse" à l'Olympia en 1908
Affiche de "La revue joyeuse" à l'Olympia en 1908 / Gallica/BnF

Rembrandt merveilleux

Voici la clé vers d'immenses trésors, un ensemble des gravures de Rembrandt numérisées dans Gallica. 700 épreuves sont conservées au département des Estampes et de la photographie de la BnF, et visibles en ligne.  Rembrandt a été un maitre de la gravure, un artiste en perpétuelle recherche technique, dont le maniement des jeux d'ombre et de lumière est reconnaissable entre tous . Outre ses portraits si célèbres, on pourra faire un détour vers d'autres scènes moins habituelles mais largement aussi magistrales. Par exemple son plus grand paysage gravé, Les Trois Arbres, sur lesquels un violent orage menace de s'abattre.  

Paysage aux trois arbres, gravure de Rembrandt, 1643
Paysage aux trois arbres, gravure de Rembrandt, 1643 / Gallica/BnF