LA série feelgood absolue ! Une histoire d’amitiée au long cours servie par des dialogues aux petits oignons. Guillemette Odicino, critique de cinéma à Télérama était invitée de l’émission "Grand bien vous fasse". Elle nous conseille « La Méthode Kominsky » série tragi-comique disponible chez Netflix.

Image de "La Méthode Kominsky" saison 2 avec Alan Arkin, Michael Douglas
Image de "La Méthode Kominsky" saison 2 avec Alan Arkin, Michael Douglas © Michael Yarish/Netflix

Guillemette Odicino : "Mon conseil de série pour se faire du bien, c'est La Méthode Kominsky créée par Chuck Lorr, le réalisateur de Big Bang Théorie. Une série à regarder en V.O. La bande annonce sous-entend que l'on va parler de vieillesse, de problèmes de santé, et de décès. La série débute d’ailleurs par la mort d'une femme, d'une grande lady. Mais cette série est une série feelgood absolue. 

On se sent bien à la regarder :  tout y est tourné en dérision avec une tendresse absolument folle.

C'est l'histoire de deux amis

Sandy Kominsky est merveilleusement incarné par Michael Douglas, que je n'ai jamais vu aussi drôle que dans cette série-là. Il joue un coach d'acteur qui a un cours de théâtre qui s'appelle "La méthode Kominsky". Cela fait penser à la méthode de l'Actor's Studio, à la méthode Stanislavski… C'est un acteur qui n'a jamais eu beaucoup de rôles dans sa vie et qui a monté cette école d'acting. 

Son meilleur ami, Norman, est aussi son agent. Ils ont deux personnalités totalement différentes. 

Quand on annonce à Sandy un cancer de la prostate, il est dans le déni le plus total, continue à draguer, et reste branché avec sa petite veste en jean’s. Tandis qu’en face, Norman incarné par cet acteur génial Alan Arkin (c'est lui qui jouait le grand père dans Little Miss Sunshine) est le cynique de service. Il ne croit en rien. Il a peur de tout. Tout l'attriste. C'est un petit peu un Woody Allen en pire. 

La réunion de ces deux personnages qui ne cessent de s'envoyer des piques, des vannes, mais finalement de se soutenir envers et contre tout avec, en plus, une galerie de personnages secondaires, tous plus humains les uns que les autres, a une patte humaine folle. 

C'est vraiment un petit plaisir. C'est le genre de séries sur lesquelles on ne jette pas forcément sur Netflix parce que tout le monde n'en fait pas des gorges chaudes. Je l'ai découverte alors que la saison 2 arrivait déjà lorsque Michael Douglas a reçu un prix d'interprétation pour cette série. Je me suis félicitée de ne pas être à l’heure, d'être un peu en retard. Et les dialogues sont exceptionnels."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.