Jusqu’au 30 mars, Benoît Lagane vous propose de vous plonger dans l’univers impitoyable des séries télé. Aujourd’hui, à 100 % sur "Dix pour cent", la série sur les agents d’artistes qui fait les beaux jours de France 2 depuis 2015.

Grégory Montel et Monica Bellucci
Grégory Montel et Monica Bellucci © Christophe Brachet - Monvoisin Productions / Mother Productions/FTV

Et pourtant, sur le papier, ce n'était pas gagné. 

Il faut reconnaître que raconter les coulisses du cinéma ou de la télévision, ce n’est pas une habitude très française (contrairement aux anglo-saxons) et demander à une comédienne de cinéma de jouer une version fictive de son propre rôle, il fallait oser !

Construite à partir des souvenirs et des anecdotes de Dominique Besnehard, la série a été, pendant trois années, portée et défendue à l’écriture par Fanny Herrero. 

Dix pour cent fonctionne bien à l’étranger sous le titre Call my agent et invente une nouvelle forme à la comédie ou "dramédie de bureau". 

Les dramédies de bureau sont souvent des séries judiciaires, et il y a quelque chose de ce genre dans la série Dix pour cent, où l’on suit ces nounous d’artistes, à la fois bon copain, gestionnaire et avocat de comédiens et comédiennes borderline.

Alors que les membres de l'équipe sont à Lille pour une rencontre avec le public (jeudi 28 mars à 14 à l'UGC Ciné-Cité), retrouvons-les dans les émissions de France Inter lors de la diffusion de la saison 3, à l'automne dernier.

Fanny Herrero, the showrunner*

Comment renouveler la promesse d’une comédie dont les leviers – vie de bureau et vedettes invitées – sont, eux, toujours les mêmes ? 

"Le scénario de la comédie est beaucoup plus contraint que le scénario dramatique" explique Fanny Herrero, "et la recette de Dix pour cent est particulièrement contrainte. 

Cela oblige l'équipe des auteurs à être particulièrement inventive. 

Sur un canevas relationnel assez étroit et un canevas géographique aussi. Il faut à l’intérieur de ça naviguer sans que ça devienne totalement farfelu. ça nous pousse à être toujours surprenant, toujours inventifs."

Agent d'artistes, un métier bien singulier

La série Dix pour cent a levé le voile sur un métier peu connu et bien singulier, le métier d'agent d'artiste. Le retour de la série sur France 2 est l'occasion pour Laurent Goumarre de revenir sur cette profession.

Quels sont les enjeux auxquels l’agent doit faire face dans un milieu cinématographique qui n’a jamais autant consommé d’acteurs, d’actrices mais aussi d’auteurs, de scénaristes ou de réalisateurs ? 

À leur niveau, que voient-ils de l’évolution du monde économique de la culture ? Et la série Dix pour cent montre-t-elle avec justesse l’évolution et les tensions de leur métier ?

Ça ne sert pas à grand chose de décrire un monde artificiel. Ce qui est intéressant, c'est que ça s'appuie sur des situations qui sont effectivement mises au paroxysme pour qu'elles soient drôles, mais qui sont réalistes dans l'absolu.

Quelques réponses et beaucoup de second degré dans Le Nouveau Rendez-Vous :

44 min

Le nouveau rendez-vou : Dans les secrets des agents d'artistes

Par France Inter

Stefi Celma et Thibault de Montalembert dans La Bande Originale

"Il y a un truc qui est assez nouveau, c'est que maintenant les guests ont confiance en la série", confie Thibault de Montalembert. "Ils se lâchent dans l'auto-dérision." 

Invités de Nagui à la veille de la diffusion, les comédiens et l'équipe tentent de ne pas spoiler cette saison 3.

29 min

Stefi Celma et Thibault de Montalembert dans la Bande Originale

Par France Inter

* Showrunner : c'est le capitaine. C'est un véritable homme/femme-orchestre qui a la main mise sur tout le processus de production : de la salle d'écriture, au plateau de tournage, jusqu'au montage final si nécessaire. ► en savoir plus

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.