Sur le site de France Inter, jusqu’au 30 mars, Benoît Lagane vous propose de plonger dans l’univers impitoyable des séries… Cette année, en pleine actualité "brexit", les séries anglaises sont très présentes au festival pour regarder le monde. Il faut dire que c’est un peu leur spécialité.

Richard Madden et Keeley Hawes,
Richard Madden et Keeley Hawes, © Des Willie/BBC

Avec une télévision qui a une grande tradition documentaire, les séries anglaises ont toujours porté un regard sur leur époque et sur l’actualité. 

Que ce soit dans Coronation Street (Une sorte de Plus Belle la vie) à l’antenne depuis 1960, qui a toujours su rebondir et évoquer la politique (notamment étrangère) de l’empire britannique. Ou Chapeau Melon et bottes de cuir et ses espions vengeurs très swinging London qui dessinent des années de Guerre froide étranges et pop. Ou l’hyper réalisme de House of Cards qui avant d’être une série américaine pour Netflix était une mini-série anglaise diffusée en 1990 sur la BBC.

En attendant de découvrir la production 2019,  coup de projecteur sur quelques incontournables : Doctor Who, Bodyguard, The Office, The Innocents

► Pour ne rien rater de ces rendez-vous et de  l'actualité du festival abonnez vous au podcast "Séries Mania sur écoute" sur Itunes ou via RSS

"Doctor Who"

Doctor Who raconte les aventures d'un extra-terrestre doté d'une machine à voyager dans le temps et dans l'espace. Sa force : il peut changer de peau et de visage. Ce qui est très pratique, pour le héros comme pour la série en elle-même : c'est ce qui lui permet d'exister depuis plus de 50 ans. Et c'est justement l'arrivée d'un nouveau "Doctor" sur la BBC (et la force de persuasion de Benoît Lagane) qui a donné envie à Laurent Goumarre de réaliser un focus sur cette série culte. 

45 min

Le Nouveau RV spécial Dr Who

Par France Inter

"Docteur Who, en Grande Bretagne", explique notre spécialiste série, "c'est un peu comme si on avait encore à l'antenne La Caméra explore le temps d'Alain Decaux qui aurait rencontré Les Voyageurs du Temps de Jacques Martin, voire les Temps X des Bogdanof et que tout ça existerait encore aujourd'hui, mais écrit par un Alexandre Astier ou un Alain Chabat pour que ce soit fun et cool !"

En Grande Bretagne, Doctor Who est tellement culte qu'on peut croiser à Cardiff des fans de la série, comme on trouve des fans des Beatles à Liverpool ou sur Abbey Road. 

C'est la série de science-fiction la plus longue de l'histoire.

À l'origine, Dr Who est une série pédagogique avec un fond de science-fiction. On y trouvait des notions historiques ou scientifiques. Avec le temps, ce côté pédagogique s'est estompé, mais pourrait revenir : le nouveau scénariste de la série en a fait l'annonce.

En 2017, Jodie Whittaker est devenue la première femme à interpréter le Docteur.

"Bodyguard"

Bodyguard suit le sergent de police David Budd, un vétéran de guerre usé et déprimé. Il travaille désormais en tant que spécialiste de la protection pour le compte de la Metropolitan Police Service de Londres. Il est chargé de la protection de l'ambitieuse Julia Montague, Secrétaire d'État à l'intérieur, dont il méprise profondément la politique.

En l’espace de deux semaines, Bodyguard est devenu la série la plus regardée en Grande-Bretagne en 2018. Un succès qui ne s’est pas essoufflé, puisque le sixième et dernier épisode a rassemblé en moyenne 10,4 millions de téléspectateurs, avec un pic à 11 millions lors des cinq dernières minutes. Il faut remonter à Downtown Abbey pour rencontrer un tel audimat.

Jed Mercurio, le créateur de la série, écrit à la fois des séries médicales et des thrillers policiers. Ce sont des registres classiques à la télévision, mais ils ont en commun (outre le grand potentiel dramaturgique) la possibilité d'offrir un regard très critique sur les institutions publiques. Line of Duty, sa précédente série qui se poursuit, portait déjà sur la corruption de la police. 

La recette du suspens : pas de comportements prévisibles.

Les Anglais ont une technique et un savoir faire que l'on ne trouve pas en France : celui de la fiction politique. La télévision s'empare sans tabou des jeux de pouvoir. Impensable chez nous.

"The Office"

Ce faux documentaire sur le morne quotidien d'employés de bureau est un sommet d'humour british. Au début des années 2000, le grand public découvre Ricky Gervais grâce à The Office.

"The Innocents"

Charline Roux est partie à Londres, interviewer Guy Pearce et Percelle Ascott, les comédiens de la nouvelle série originale Netflix :

4 min

The innocents dans Popopop

Par France Inter

Allez plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.