À l'occasion du festival Série Mania, penchons-nous sur les séries pour adolescents (ou "teen show") ! On évoquera donc ici le sexe, le lycée, les angoisses existentielles et les premiers émois amoureux…

Le casting d'une des saisons de "Buffy contre les vampires"
Le casting d'une des saisons de "Buffy contre les vampires" © Getty / 1998 Warner Bros. All Right Reserved

Cette semaine, c'est SérieMania ! Un festival qui propose, pendant toute une semaine, d'étudier les séries, quelques soient leurs origines, quelques soient leurs supports de diffusion, quelque soient leurs sujets. Souvent déconsidérée, rarement évoquée, encore moins analysée, la série adolescente fait l'objet d'une conférence au festival Séries Mania.

Sur France Inter, on vous en parle aussi des "séries"… Voici notamment une sélection de nos contenus évoquant plus particulièrement quelques séries ado : Sex Education, Buffy contre les vampires et Hartley, cœurs à vif.

"Sex Education"

Gros succès de la plateforme Netflix, comme le résume Sonia Devillers :

Passée la classe de cinquième, vos gosses ont tous regardé Sex Education.

Synopsis : Maeve et Otis sont tous deux lycéens. Elle est une jeune adolescente rebelle et populaire, lui est timide et sa mère est sexologue. Maeve convainc Otis de fonder au lycée un cabinet de sexologie pour "aider ses camarades" (entendre : "se faire de l'argent facile"). 

La série campe aussi le portrait d'une génération qui a grandi avec les sites pornographiques et qui se retrouve confrontée à la sexualité "pour de vrai" après l'avoir vue sur écran. Ce qui explique peut être le large succès populaire de la série (la première saison, sortie au début de cette année, a déjà cumulé 40 millions de vues en à peine un mois sur Netflix).

Sonia Devillers a reçu la comédienne franco-britannique Emma Mackey, qui joue Maeve, dans L'Instant M. Réécoutez-la :

Maeve est le personnage le plus féministe que j'ai vu depuis longtemps !

13 min

"Sex Education", la série qui cartonne sur Netflix

Par Sonia Devillers

"Buffy contre les vampires"

Cette série créée par Joss Whedon (devenu depuis le réalisateur de deux films de la franchise Avengers) a également connu un grand succès chez les adolescents - mais cette fois-ci elle parlera plutôt aux trentenaires et quarantenaires puisqu'elle a été diffusée pour la première fois entre 1997 et 2003.

L'histoire est la suivante : à son arrivée à Sunnydale, la jeune et jolie lycéenne Buffy Summers découvre qu'elle est l'élue : elle a été choisie par le destin pour être la "Tueuse de vampires" de sa génération - elle combat donc les forces du Mal (des vampires, mais pas que) entre deux cours, aidée de ses amis. 

La série offrait en réalité bien plus de profondeur que ce que ce résumé peut laisser penser. Joss Whedon voulait retourner les codes du genre : c'était une fille pulpeuse et blonde qui se révélait être l'Élue. Et en plus d'être une héroïne féminine, c'était une fille ordinaire, pas particulièrement brillante à l'école, attachée à ses amis et sa famille. Les dialogues étaient particulièrement soignés (au moins dans la version anglaise).

Frédérick Sigrist parlait de la série dans Blockbusters cet été, réécoutez l'émission :

On a vraiment une approche par les vampires de questions de sexualité qui ne sont pas faciles à mettre en scène dans les séries pour adolescents. Evidemment la morsure du vampire, la transformation physique de l'être humain en vampire sont évidemment des métaphores de l'acte sexuel absolument pas représentables dans une série pour jeunes.

54 min

Buffy contre les vampires, le cousin honteux dont on n'ose pas parler en public

Par Frederick Sigrist

Dans certains épisodes, les créateurs se sont permis quelques libertés conceptuelles comme par exemple Que le spectacle commence, intégralement joué en comédie musicale. Ou bien Hush, un épisode intégralement muet. Ou encore Normal Again, un épisode où Buffy se retrouve en hôpital psychiatrique et s'interroge : est-elle folle et aurait-elle imaginé tout ce qu'il se passe dans la série ?

"Hartley, cœurs à vif"

Cette série nous vient d'Australie ; elle a été créée par Ben Gannon et Michael Jenkins au milieu des années 1990, d'après la pièce de théâtre Heartbreak Kid (qui mettait en scène une histoire d'amour entre un élève et une professeur au lycée de Hartley High). 

La série propose tout simplement de suivre le parcours et les émois d'adolescents issus d'un milieu modeste et d'origines diverses. Pour plus de réalisme, les épisodes ont été tournés dans un lycée désaffecté, avec des horaires de tournage similaires à ceux d'un lycée normal : du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Alexis Demeyer nous en parlait dans sa chronique, réécoutez-le :

3 min

Hartley, cœurs à vif : la fureur de vivre version 90's

Par Alexis Demeyer

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.