Léonard de Vinci est aussi connu que Mickey Mouse dans le monde. Mais qui est-il vraiment ? Il a laissé des milliers de dessins, de plans pour fabriquer des machines, des croquis de plantes à foison, des plans préparatoires pour le château de Chambord,mais il y a encore des milliers d'autres choses à découvrir.

 Détail d'un portrait de Léonard de Vinci par Francesco Melzi (vers 1510)
Détail d'un portrait de Léonard de Vinci par Francesco Melzi (vers 1510) © Domaine Public

éonard de Vinci s’est éteint le 2 mai 1519  au Clos Lucé près d’Amboise, après y avoir travaillé les dernières années de sa vie. À l'occasion des 500 ans de sa mort, de nombreux événements auront lieu cette année. L’exposition la plus attendue est celle du Louvre à l’automne avec toutes les peintures du maître.

Les Beaux-Arts de Paris ont d’ores et déjà ouvert le bal avec la présentation de 30 dessins de lui et ses contemporains. La tapisserie de la Cène commandée par François Ier d'après le chef-d’œuvre de Léonard de Vinci, l’Ultima Cena, sera exposée pour la première fois depuis le XVIe siècle, en dehors des Musées du Vatican à partir du 6 juin au Clos Lucé.

Qui est vraiment ce barbu, génie du dessin, chercheur invétéré, peintre et amoureux de la nature ? De la lecture de ses lettres de motivation pour se faire embaucher, aux secrets de fabrication de son sfumato, vous serez surpris.

Un CV d'ingénieur militaire

Etude pour un canon par Léonard de Vinci
Etude pour un canon par Léonard de Vinci / Domaine Public

Peintre ? Dessinateur ? Architecte ? Génie ? Comment se présenter quand on s'appelle Leonardo da Vinci à la fin du XVe siècle ? Vinci a beau sortir de l'atelier du peintre Verrochio, c'est en ingénieur qu'il commence par se faire reconnaître. Léonard de Vinci se présente comme ingénieur militaire dès la première ligne de sa lettre 'de motivation' adressée au duc de Milan, Ludovic Sforza en 1482, alors que ce dernier est en pleine guerre contre Venise. Ce n'est qu'en fin de texte qu'il signale son talent artistique, talent qui pourrait servir à un projet de monument équestre à la gloire du duc. Milan est alors une ville puissante, plus importante que Florence et la cour des Sforza dépense une grande part de sa fortune en dépenses militaires. Les premiers projets de Léonard une fois embauchés seront des machines de guerre nautiques. Il fera désormais partie des ingénieurs militaires de la cour. 

"Sa seule maîtresse est la nature"

Dessin d'un étoile de Bethléem par Léonard de Vinci
Dessin d'un étoile de Bethléem par Léonard de Vinci / Domaine public

Pour la déléguée générale du Clos Lucé Catherine Simon-Marion, il reste encore beaucoup d'incertitudes sur la personnalité même du maître de la Renaissance italienne. 

Il était bel homme, avec une belle prestance. L’esprit de fête qu’on lui connait est surtout dû au fait qu’il a été l’organisateur des fêtes du duc de Milan et de François 1er, pour lesquelles il a conçu costumes et mécanismes de scène. Il y a avait là un enjeu de pouvoir pour le roi de France auquel Léonard a prêté son génie. En tant qu'ingénieur, il semblerait qu'il ait pu être perçu comme instable, et enclin à ne pas finir ce qu'il entreprenait.

Mais que sait-on de sa vie personnelle et intime ? Quasiment rien. Il n'a eu ni femme ni enfants. À Milan, entre 1493 et 1495, Léonard a noté dans ses carnets les dépenses à sa charge pour une femme appelée Caterina, qui pourrait être sa mère.

S'il est fils d'un notaire et d’une servante, c'est son grand-père qui lui a donné le gout de la nature. "Léonard disait 'tout est là', et je pense que la maîtresse de Léonard c’était la nature", estime Catherine Simon-Marion.

En 1476, les archives judiciaires font état de son passage en prison à Florence, durant deux mois. Le temps de mener une enquête alors qu'il est accusé avec trois autres personnes de sodomie. Finalement les quatre hommes ont été relâchés, aucune charge n'a été retenue.

Naissance et mystère du sfumato 

Portrait de musicien par Léonard de Vinci (vers 1485)
Portrait de musicien par Léonard de Vinci (vers 1485) / Domaine public

On n'a de cesse de commenter la Joconde, son sourire, son regard et le paysage en arrière-plan. Le tableau est célèbre aussi pour son sfumato. Le sfumato est ce qui donne au sujet des contours imprécis. La technique de Léonard de Vinci est reconnue comme étant unique, et la recette en est mystérieuse. Certains ont remarqué que les multiples couches de peinture ne présentent aucune trace de pinceau. Léonard aurait-il peint avec le gras des doigts ? Ou bien estompé avec un solvant les traces de pinceaux ? Des traces de micro-touches, recouvertes ou non de minces couches translucides, s'observent dans la Joconde du Prado. Ce portrait aurait permis à Léonard de surmonter "les anciennes conventions de la représentation de la vertu féminine", selon Frank Zöllner, l'un des grands spécialistes de Vinci.

Mais selon lui, il faut aller chercher un tableau dont la signature de Léonard n’est pas tout à faire certaine pour voir apparaître le premier sfumato. Un Portrait de musicien vers 1485 (probablement oeuvre de Giovanni Antonio Boltraffio et de Léonard). Les contours de la chevelure du musicien s’effacent et se fondent dans l’obscurité de l'arrière plan. Cela créée une atmosphère en contrepoint du caractère dégagé par le visage lui-même.

Sexe, coït et procréation

Dessin d'un coît par Leonard de Vinci (vers 1492)
Dessin d'un coît par Leonard de Vinci (vers 1492) / Domaine public

Pour Léonard, l’étude de l’anatomie était essentielle et préalable au travail du peintre.  

On doit à Léonard de Vinci, chercheur insatiable, l'un des premiers dessins scientifiques d'un fœtus dans l'utérus, et il a étudié l'anatomie avec tant d'application qu'il a projeté de réunir ses recherches dans un traité. 

Toutefois le génial Léonard s'est parfois trompé. Il a imaginé des liens entre tous les organes internes du corps humain. Si on le suit bien, le cœur, le foie, les poumons et les reins, les vaisseaux sont tous reliés à un système général, un tuyau pour relier les seins et l’utérus.

Pour lui, au début de ses études, le pénis est relié aux testicules, aux poumons à la moelle épinière et au cerveau. Le pénis présente un canal séminal et un canal pour les forces "spirituelles" relié à la moelle épinière, selon Léonard. La procréation était donc, dans son idée, le résultat d’une fécondation par le sperme et également par une substance spirituelle.

Léonard a dû se rendre à l’évidence lorsqu’il a procédé à des dissections de cadavres à partir de 1487. Il aurait procédé à une vingtaine de dissections de cadavres, selon Frank Zöllner et Johannes Nathan. La science validera plus tard certaines de ses constatations, mais pas toutes.

La fake news au sujet de sa mort

La mort de Léonard par Jean Auguste Dominique Ingres - 1818. Musée du Petit Palais, Paris
La mort de Léonard par Jean Auguste Dominique Ingres - 1818. Musée du Petit Palais, Paris / Domaine public

Contrairement à ce qu'a pu laissé penser le tableau d'Ingres représentant la mort de Léonard de Vinci, François Ier n'était pas à ses côtés à ce moment-là. Léonard, arrivé en 1516 sous la protection du roi de France, comme d'autres avant lui, a passé là 3 ans, pour y travailler à quelques uns de ces chefs-d’œuvre, dont l'Enfant Jésus et sainte Anne et La Joconde.

François Ie allait lui rendre visite tous les jours, mais le 2 mai 1519, il était à Saint-Germain-en-Laye. 

De Vinci ou la naissance du marché de l’art ? 

La vierge aux rochers, Léonard de Vinci
La vierge aux rochers, Léonard de Vinci / Domaine public

Première commande réalisée par Léonard en arrivant à Milan, la Vierge aux rochers a une histoire laborieuse et singulière. "Pour la première fois l’œuvre d’art sort de sa dimension cultuelle", explique Zöllner dans sa monumentale monographie de Vinci. Il s'agit d'une commande passée par une confrérie de Franciscains pour un retable.

Le contrat initial prévoyait d’infinies précisions sur le résultat final (style des vêtement, couleurs, dorures, etc.) Lorsqu’il a fallu "passer à la caisse", des divergences de vues se firent jour et pour se faire payer, Léonard a agité la menace d’une vente du tableau à un tiers, au mieux disant. Une première ! La Vierge était devenue un objet d’art sur le marché, avant même d’avoir été payée par ses commanditaires. Finalement, les frères ont pu récupérer leur peinture un siècle plus tard.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.