le théâtre de la Ville présente les artistes et la soirée :

IDYLLE MAMBA CentrafriqueNée à Bangui, République Centrafricaine, benjamine de 16 frères et soeurs, Lydiehérite du nom de Mamba, qui, dans son dialecte, signifie « sourire ». D’un simpleanagramme, elle deviendra Idylle Mamba sur scène. En 2004, à l’Alliance Françaisede Bangui, elle remporte le prix de la Chanson francophone et effectue les premièresparties de Lokua Kanza et Tiken Jah Fakoly. Syncrétisme de rythmes ancestrauxCentrafricains et actuels, issus du jazz ou du blues, sa musique se révèle créative etexotique. Ses textes traitent de sujets universels tels que l’injustice, la guerre, l’exclusion,le racisme ou encore l’excision. Ils soutiennent également la valorisation dugenre féminin et la reconnaissance de la Centrafrique, de sa culture et de ses traditions.Elle vient d’enregistrer avec Youssou N’Dour One Africa, un titre en solidaritéavec la Centrafrique.IDYLLE MAMBA & YOUSSOU N’DOUR sénégalYoussou N’Dour le précise d’emblée: « C’est le chanteur qui parle, pas l’homme politique,conseiller spécial de la Présidence sénégalaise ». Il n’empêche. Comme souventavec lui, engagement et musique sont intimement liés dans son nouveau projet. Lastar africaine vient d’enregistrer une chanson inédite, intitulée One Africa, pour lapaix en Centrafrique. Un duo symbolique. Le musulman Youssou N’Dour l’a enregistré,à Dakar, avec la chrétienne Idylle Mamba, artiste centrafricaine. (Le Parisien,16fév. 2014)YOUSSOU N’DOUR voIx et PIano sénégalDoit-on présenter Youssou N’dour, auteur-compositeur, interprète et musicien sénégalais? En mars 1985, le Théâtre de la Ville l’accueillait pour son premier concert àParis ! « Roi du mbalax » dans son pays, star internationale, il n’a cessé de menerdeux vies parallèles. Il devient patron de presse en 2003. Il s’engage dans le mouvementanti-Wade et devient, au sein du gouvernement de Abdoul Mbaye, ministrede la Culture et du Tourisme du Sénégal à partir d’avril 2012 puis ministre du Tourismeet des Loisirs du 29 octobre 2012 au 2 septembre 2013, avant d’être rattaché auprésident Macky Sall comme ministre-conseiller.RAY LEMA voIx et PIano République démocratique du CongoaveC Ballou Canta voIx, Freddy Massamba voIx & PeRCussIons,Rodrigo Viana GuItaRe aCoustIquePianiste, guitariste, et compositeur, Raymond Lema A’nsi Nzinga, dit Ray Lema, estcongolais (RDC). Il a multiplié les rencontres musicales en jouant notamment avecTony Allen, l’ex-batteur et alter ego de Fela Kuti, ou Francis Lassus, l’ex-batteur deClaude Nougaro. En 2013, il signe la musique de la pièce de théâtre Une nuit à laprésidence de Jean-Louis Martinelli, qui sera mise en scène par l’auteur, en 2014, auThéâtre Nanterre-Amandiers. L’Académie de Musique Charles Cros a remis à cepoly-instrumentiste et rythmicien hors pair un Grand Prix 2013 pour l’ensemble desa carrière et son dernier album le VSNP. Il sera accompagné sur scène de FredyMassamba, du Congo Brazzaville. « J’ai longtemps cherché un frère en Afrique avecqui partager mes voyages musicaux, des musiques traditionnelles à la musiquemoderne, en passant par le jazz, le rock, le hip hop et la soul et je l’ai enfin trouvé, levoici, il s’appelle Fredy Massamba! » C’est en ces termes que Ray Lema présenteson jeune complice sur scène, un des membres fondateurs des tambours de Braz.BONGA voIx (musIque en PLay-baCk) angolaNé en Angola, Bonga Kuenda, de son véritable nom José Adelino Barceló de Carvalho,commence sa carrière de chanteur à 15 ans. Délaissant ses records en athlétismeà partir de 1972, il se consacre à la musique, se faisant rapidement connaîtredans son pays d’origine, ainsi qu’au Portugal. Après la révolution des OEillets en avril1974, il devient un “hit” auprès des immigrants des anciennes colonies portugaises,comme auprès des portugais d’origine européenne ou africaine. Il compte plusd’une trentaine d’albums à son actif, chantant en portugais ou en angolais traditionnel.Ses titres sont un mélange de sons populaires portugais, de semba, kizomba,agrémenté d’éléments d’origine latine. Déjouant les frontières géographiques etmusicales, figure de proue de la musique angolaise, Bonga est le chantre d’une africanitésublimée, la voix d’un Angola moderne et apaisée.LOKUA KANZA voIx et GuItaRe République démocratique du CongoMétis de père congolais et de mère rwandaise, Lokua Kanza est né en RépubliqueDémocratique du Congo. Très vite, la famille Lokua s’installe à Kinshasa, la capitale;une occasion pour le jeune Pascal de fréquenter les chorales chrétiennes mais ausside se laisser gagner par l’ambiance musicale de l’époque, dominée par des “monstressacrés” comme Grand Kalle ou Franco Luambo Makiadi. Initié à la musique par RayLema, avec lequel il collaborera, il s’inscrit au Conservatoire de Kinshasa avant deprendre la tête, à 19 ans, du Ballet national de Kinshasa. Cette opportunité lui permetd’accompagner la star de la musique africaine Abeti Masikini, auprès de laquelle ilacquiert une expérience sans précédent. En 1984, il s’installe en France, s’inscritdans l’une des plus grandes écoles européennes de jazz et collabore avec desartistes de renom tels Ray Lema, Papa Wemba et Manu Dibango.SO KALMERY voIx et GuItaRe République démocratique du CongoSo Kalmery est né en 1955 dans la région de Bukavu en République Démocratiquedu Congo. Poète, chanteur, multi-instrumentiste, compositeur et danseur c’est unadepte du brakka. On dit parfois que le brakka –musique qui puise sa source dansles rites ancestraux tout en y intégrant des influences urbaines – serait l’ancêtre durap. Comme le rap, il est indissociable de la danse. Adepte des échanges culturels,voyageur insatiable à la recherche des racines et des valeurs de l’humanité, So Kalmerynavigue entre l’Europe et la Guadeloupe et métisse son brakka chaque foisqu’il le peut.THÉÂTRE DE

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.