À l’occasion de la diffusion de la fiction « Frida Kahlo et Léon Trotsky » de Gérard de Cortanze, dans l'émission Autant en emporte l'Histoire, ce dimanche 25 février 2018, France Inter vous propose le portrait de sa réalisatrice, Sophie-Aude Picon, pour découvrir aussi un métier de radio trop méconnu.

Sophie-Aude Picon, réalisatrice pour les Fictions de Radio France
Sophie-Aude Picon, réalisatrice pour les Fictions de Radio France © Sophie-Aude Picon

Riche d’un parcours littéraire, musical et théâtral, la réalisatrice Sophie-Aude Picon œuvre avec conviction et exigence pour France Inter et France Culture depuis 2014. 

Cette jeune femme passionnée aime la musique, le piano en particulier (elle est elle-même pianiste) et par-dessus tout les concertos pour piano de Sergueï Rachmaninov, le compositeur russe romantique par excellence.

Littéraire avant tout

Issue de l'École normale supérieure et agrégée de lettres modernes, Sophie-Aude Picon a enseigné quelque temps à l'université de Paris III-Sorbonne Nouvelle. Cette lauréate de la Villa Médicis Hors les Murs a également commenté plusieurs textes classiques ou pièces de théâtre pour la collection Folioplus classiques aux Éditions Gallimard.

En février 2010, elle publie une biographie de Sarah Bernhardt, où, au-delà du mythe, est mise en évidence la quête insatiable de liberté de la comédienne, à l’époque où ce métier était associé au libertinage.

Sarah Bernhardt

Nous autres, les vibrants, nous avons besoin de croire pour faire croire. Notre vraie vie, c’est là-bas, dans le foyer incandescent de toutes les passions vécues ou rêvées.

Pour l’émission Autant en emporte l’Histoire, la productrice Stéphanie Duncan a proposé à Sophie-Aude Picon d'aborder l'histoire d'une autre femme exceptionnelle, et de réaliser la fiction Frida Kahlo et Léon Trotsky de Gérard de Cortanze. La réalisatrice a accepté. Il s'agit donc d'un engagement artistique complet !

Pour Sophie-Aude Picon, l’étape inaugurale de la découverte du texte est un véritable embarquement pour tous les possibles ! 

On lit, et on commence à rêver, à songer à des voix, des énergies, des couleurs, des musiques, des espaces…

Musicienne et artiste du son

Deuxième Prix de piano au Concours National des Conservatoires en 1995, Sophie-Aude Picon a également suivi une rigoureuse formation en chant ; c’est donc en qualité de musicienne, pianiste et chanteuse, que la réalisatrice jongle avec le don d’harmoniser ce qui passe par sa sensibilité. 

Avec son assistante, Léa Racine, la réalisatrice élabore un plan de travail, notant toutes les recherches de musiques, d’ambiances, d’idées de couleurs ou d’enchaînements, ainsi que l'utilisation possible d'archives.

Le choix des comédiens incombe également à la réalisatrice, la distribution des rôles est un élément essentiel pour donner vie au texte. La voix de Frida Kahlo sera incarnée par la remarquable comédienne et chanteuse Odja Llorca, celle de Diego Rivera par Carles Romero Vidal, et celle de Léon Trotsky par Stefo Linard.

Une metteur en scène attentive

Ayant été elle-même dirigée par des metteurs en scène de théâtre et ayant été quelque temps assistante, Sophie-Aude Picon se sent à l’aise dans la direction de comédiens-voix pour la radio. 

Avant de devenir réalisatrice pour Radio France, elle avait été engagée comme comédienne par Jacques Taroni et Christine Bernard-Sugy, grands réalisateurs des fictions, lorsque Patrick Liegibel était le producteur des Fictions de France Inter avec Nuits Noires, Nuits Blanches et Au Fil de l'Histoire.

Pour la fiction, Frida Kahlo et Léon Trotsky, dix-sept scènes ont été nécessaires pour transcrire radiophoniquement le texte de Gérard de Cortanze.

Toutes ces dix-sept petites scènes existent dans des espaces différents. À ces scènes se rajoutent la voix intérieure de Frida Kahlo, et celle, bien sûr, de la narratrice, la voix de Stéphanie Duncan.

Le temps de l’enregistrement

Huit heures sont nécessaires pour effectuer la prise de son ; celle-ci ne s’effectue pas toujours dans le sens chronologique du récit, mais plutôt selon les nécessités techniques. Pour cette fiction, Sophie Bissantz, la bruiteuse est venue avec son chariot rempli d’objets hétéroclites, tous susceptibles d’émettre des sons et des bruits. 

Il arrive que des atmosphères et des ambiances ne soient pas signifiées dans le texte de la fiction. 

Par exemple, pour la scène qui a lieu entre Frida Kahlo et Diego Rivera dans l’extrait ci-dessous, la réalisatrice a choisi d’enrichir l’action en imaginant une situation spécifique : le couple prendra le petit-déjeuner dans le jardin ! Tout ce qui est nécessaire pour un vrai petit-déjeuner est donc du ressort de la bruiteuse, nourriture comprise ! L’enregistrement est effectué en chambre sourde, pour permettre ensuite l’habillage avec une ambiance de jardin, des pépiements d’oiseaux et un peu de circulation au lointain. 

1 min

Frida Kahlo et Léon Trotsky

Par Gérard de Cortanze

La phase de montage

Tout d’abord, la réalisatrice et son équipe de réalisation replacent les prises de son dans l’ordre initial du texte, elles sont aussi amenées à « rerythmer » les scènes et les dialogues, c’est-à-dire redonner à la prise de son sa qualité rythmique, afin d’encourager l’audition, sans lassitude. 

Des coupes dans le déroulement des scènes sont effectuées pour adapter la fiction au timing de l’émission. Pour ce qui concerne la fiction Frida Kahlo et Léon Trotsky qui, rappelons-le, comporte dix-sept scènes, certaines ont nécessité des coupures, afin qu’elles finissent par s'assembler idéalement.

La phase de mixage

Le mixage audio reste une phase essentielle du travail de perfectionnement du montage par l’équipe de réalisation. Cette opération est exécutée par la réalisatrice avec le chef opérateur, plusieurs sources sonores sont mélangées afin de parvenir à un équilibre cohérent, une homogénéité du son, en intervenant sur le niveau, l'égaliseur, la dynamique et la spatialisation. 

Pendant le mixage, la possibilité d’aérer, de rerythmer, de faire entrer ou sortir les ambiances ou les musiques existe encore.

Le but du mixage est de permettre de comprendre immédiatement tout ce qui se passe dans l’enregistrement et d’établir une continuité dans l’apparition des musiques ou des ambiances.

Par exemple, pour cette fiction qui se passe au Mexique, plusieurs essais de musique ont été effectués pour une scène en extérieur avec ambiance de fête. Le choix final s'est porté sur une musique folklorique mexicaine, mais la réalisatrice a choisi de rajouter des marimbas en début d’ambiance, puis, à la fin du morceau musical, des mariachis. Cette décision a engendré une resynchronisation et une spatialisation du son.

On tresse véritablement les univers sonores, les ambiances et les musiques.

La phase du bounce

Après une réécoute complète et des corrections de dernière minute, le son de la fiction est, à ce stade du processus, réparti sur plusieurs pistes, en général six à neuf. Ces pistes vont être maintenant additionnées en stéréophonie sur une seule, c'est le « bounce ». 

Une ultime réécoute de ce son stéréophonique par plusieurs « oreilles », celles de la réalisatrice mais aussi de toutes celles de son équipe, aboutira à la livraison de la fiction, sur le système de gestion et de partage des sons de Radio France, en prêt-à-diffuser (PAD).

Le moment favori de la réalisatrice

Sophie-Aude Picon préfère le moment de l’enregistrement en studio, elle aime diriger les comédiens, en présence de l’auteur ou pas.

C’est une ambiance un peu électrique, mais c’est le moment où l’on accomplit les choses et où, humainement, tout a lieu.

Pour en savoir plus 

Les Fictions de France Inter regroupent deux émissions, Autant en emporte l'histoire, diffusée le dimanche soir de 21h à 22h et Affaires Sensibles, diffusée le vendredi de 15h à 16h. 

Sophie-Aude Picon est réalisatrice pour ces deux émissions de France Inter. Elle est également réalisatrice pour les Fictions de France Culture.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.