Il y a près de 50 ans, le 8 septembre 1966 exactement, un équipage incroyablement métissé embarquait à bord du vaisseau interstellaire "Enterprise", commandé par le Capitaine Kirk…

James T Kirk dans la série originale Star Trek en 1966
James T Kirk dans la série originale Star Trek en 1966 © Sipa / RONALDGRANT/MARY EVANS

Le 8 septembre 1966, pour la première fois, on a entendu :

"Space, the final frontier. These are the voyages of the Starship Enterprise. Its continuing mission to explore strange new worlds, to seek out new life and new civilization, to boldly go where no one has gone before…"

Ou, en français :

"[To] go where no one has gone before" : pour beaucoup, cette phrase est aujourd'hui devenu culte. Depuis 1966, la franchise s'est développée largement : cinq séries télévisées, treize films au cinéma (y compris, Star Trek No Limits, actuellement sur les écrans), des centaines de romans et de bandes dessinées… Et même, le 9 septembre, une soirée spéciale sur Arte.

Qu'est-ce qui explique le succès de la série ?
Comment une série qui rassemblait, dans les années 1960, une femme noire (Uhura, aux communications), un Russe (Tchekov, aux commandes), un Japonais (Lieutenant Sulu), un Américain (Kirk le capitaine) a pu devenir un tel phénomène ?
Pourquoi, étrangement, en France, le phénomène Star Trek n'a pas pris (ou, du moins, pas avec l'ampleur attendue)

Romain Nigita, chroniqueur dans l'Instant M de Sonia Devillers et spécialiste séries, s’est penché sur cette série, la toute première série de Science-Fiction destinée aux adultes

► CINE : Faut-il aller voir le film au cinéma ? L'avis du Masque et la Plume

► ALLER PLUS LOIN : Les effets spéciaux, de James Bond à Star Trek

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.