Il est le fils de Jor-El, l'Homme d'Acier, l'Homme de Demain, l'un des dernier Kryptoniens et le seul homme à savoir porter élégamment le slip par dessus le pantalon en lycra. Mais Superman a aussi été bien d'autres choses, parfois surprenantes, depuis sa création en juin 1938 : en voici sept.

Le costume de Christopher Reeve de 'Superman' est vu lors d'une vente aux enchères à la maison de vente aux enchères de Christie le 16 décembre 2003 à Londres
Le costume de Christopher Reeve de 'Superman' est vu lors d'une vente aux enchères à la maison de vente aux enchères de Christie le 16 décembre 2003 à Londres © Getty / Ian Walton

Il est mort et ressuscité

C'est sans doute l'une des anecdotes les plus connues sur le célèbre super-héros : en 1993, la maison d'édition DC décide de le tuer. Et ce n'est même pas son pire ennemi habituel, Lex Luthor, qui finit par avoir sa peau, mais une créature monstrueuse créée spécialement pour l'occasion, appelée Doomsday (personnage vaguement repris dans le film Batman V Superman, avec une issue similaire).

Pourquoi une telle décision ? Pour des raisons commerciales, en grande partie. Les ventes des comics consacrés au héros étaient alors en berne, et le fameux numéro 75 (où Superman meurt) atteint bien ses objectifs : six millions d'exemplaires vendus, soit le record de l'année. Le même mois, l'action de DC double de valeur en bourse.

Sans grande surprise pour les fans, Superman finit par ressusciter, après une période de transition où pas moins de quatre nouveaux héros revendiquent son héritage (trois prétendant même être sa réincarnation). Le vrai Superman est d'ailleurs sauvé par l'un d'eux, qui transporte son cadavre dans une chambre de jouvence. Pratique.

La maison concurrente Marvel tentera de réitérer le tour de passe-passe en 2007, en faisant mine de tuer un autre héros emblématique, Captain America. Mais on ne peut pas tromper deux fois six millions de personnes.

Une cinquantaine d'acteurs l'ont incarné

Un score impressionnant qu'on obtient évidemment en prenant en compte tous les formats sur lesquels les aventures de Superman ont été déclinés : des feuilletons radiophoniques dans les années 40 aux films au cinéma, en passant par les séries télévisées et les dessins animés... Si l'on se limite au cinéma, ils ne sont que cinq : Kirk Alyn (en 1948 et 1950), George Reeves (en 1951), le célèbre Christopher Reeve qui le jouera quatre fois (en 1978, 1980, 1983 et 1987) Brandon Routh (dans le mal-aimé Superman Returns en 2006) et Henry Cavill (dans Man of Steel en 2013 puis Batman V Superman et Justice League).

Mais pas Nicolas Cage (pour l'instant)

À la fin des années 90, l'acteur s'est retrouvé embarqué dans le projet maudit Superman Lives, film écrit par le scénariste Kevin Smith et qui devait être réalisé par Tim Burton. Un long-métrage qui va finalement être abandonné après des mois de rebondissements (racontés eux-mêmes dans un film documentaire), empêchant Nicolas Cage de devenir la quatrième incarnation au cinéma du super-héros, et de lui offrir sa luxuriante chevelure de l'époque.

Il pourra toutefois se consoler l'été prochain puisqu'il double le personnage dans le film d'animation Teen Titans GO!, mais dans un rôle secondaire. Et ce, sans obligation de porter le costume en latex (qui semble assez inconfortable).

Il est le cauchemar des rasoirs

C'est une des questions qui a longtemps fait gamberger les lecteurs de Superman : puisque notre Soleil le rend indestructible, sa barbe peut-elle être coupée ? On imagine mal un héros dont la peau peut arrêter les balles, se raser avec une simple lame en métal. D'ailleurs, la barbe de Clark Kent (presque toujours parfaitement rasée) a droit à sa propre page dans l'encyclopédie en ligne autour du personnage. Et la marque Gillette s'en est même amusé dans une campagne publicitaire.

Une idée amusante, mais qui arrive un peu tard, puisque les fans savent déjà comment se rase Superman : il concentre tout simplement sa vision laser à travers un miroir pour venir à bout de tous ses poils rebelles.

Il a été l'incarnation du communisme international

On voit souvent Superman comme une incarnation du rêve (voire de l'impérialisme) américain, un symbole de la vocation de sauveur du monde que se prêtent parfois les États-Unis. Mais après tout, l'arrivée du bébé kryptonien au Kansas, où il est adopté par les Kent, est un pur hasard.

Dans Superman: Red Son, un comics publié en 2003, le scénariste Mark Millar imagine un monde alternatif où Kal-El aurait atterri dans un kolkhoze en pleine Russie soviétique

Ses super-pouvoirs en font un glorieux héros de la révolution prolétarienne, dont le pire ennemi est un scientifique américain, Lex Luthor. Quant à Batman, il affronte ce Superman "rouge" pour venger la mort de ses parents, assassinés par le KGB.

Il a aussi été dictateur

Autre version alternative du personnage plutôt inattendue, celle décrite dans Injustice: Gods Among Us, un jeu vidéo sorti en 2013, suivi d'une série de comics jusqu'en 2016 et d'un deuxième jeu vidéo en 2017. Le scénario fait de Superman le "vrai méchant de l'histoire" : après la mort de sa femme Loïs Lane, Superman tue le Joker dans un accès de colère, et décide qu'il est temps pour lui de diriger le monde d'une main de fer pour mettre fin à toute criminalité. De son côté, Batman mène la résistance, fidèle à sa politique d'une justice... sans peine de mort. Ça ne vous rappelle pas un débat américain assez classique ?

Batman lui a flanqué plusieurs raclées

Justement, bien que globalement dans le même camp, les deux héros emblématiques de la maison d'édition DC en sont déjà venus aux mains. Assez souvent, même. En 2016, le Hollywood Reporter s'est ainsi amusé à compter le nombre de combats organisés par les dessinateurs et scénaristes sur papier : 16 fois au total.

Bien que dépourvu de pouvoirs, Batman a toutefois vaincu son invincible ami sept fois (et perdu sept fois également). La victoire la plus éclatante du Chevalier Noir étant sans doute celle qu'il parvient à arracher, vieillissant, face à un Kal-El toujours aussi jeune et puissant dans l'excellent comics Dark Knight Returns (également adapté en film d'animation). 

Articles liés
Culture
Clafoutis aux cerises et amandes
17 juillet 2018
Culture
Flan cassis
17 juillet 2018
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.