Enfant de la balle, Swann Arlaud a fait un détour par les arts plastiques avant de céder à son désir de jouer. Entrer dans son Grand Atelier, c’est évoquer son métier d’acteur, découvrir ses révoltes et l’attachement qu’il voue à la nature.

Swann Arlaud aux abords du théâtre du Rond Point
Swann Arlaud aux abords du théâtre du Rond Point © Radio France / Vincent Josse

Etre plutôt que jouer 

J’envie les comédiens capables de composer, mon jeu est très réaliste, c’est ma seule porte d’entrée. 

Lorsqu’on interroge Swann Arlaud sur ses films fondateurs, c’est à Loulou de Pialat (1980) qu’il songe immédiatement. Isabelle Huppert y campe une bourgeoise attirée par une petite frappe, Gérard Depardieu. Les deux acteurs portent à l’écran leurs milieux respectifs, épouse du producteur Daniel Toscan Du Plantier pour l'une, ex-loubard pour l'autre.

Seul en scène au théâtre dans Exécuteur 14

Quand on rentre dans le travail du texte, on découvre sa complexité, son rythme, sa musique, il faut se l’approprier, le scander, le jeter.

Actuellement au théâtre (Exécuteur 14,  Théâtre du Rond Point), Swann Arlaud confie à Vincent Josse : "j’avais envie de me mettre en danger, jouer au théâtre, c’est risquer de se tromper, d’oublier son texte, de tomber… On est sans filet par rapport au cinéma, mais c’est aussi très excitant. Je ne suis pas très sportif de nature, le jeu c’est mon sport à moi. J’ai un physique d’adolescent."

Swann Arlaud sur le plateau du Théâtre du Rond Point
Swann Arlaud sur le plateau du Théâtre du Rond Point © Radio France / Vincent Josse

C’est une tare ce petit corps, j’ai plein de complexes, plein de choses à expulser, une énergie qui a besoin de sortir. 

"Exécuteur 14 est un texte dur qui parle de la guerre, des bourreaux et des victimes, quel rapport avez-vous avec ce texte ? interroge Vincent Josse.  "C’est un texte que j’ai découvert à 15 ans avec Jean-Quentin Chatelain et qui m’a bouleversé. Il a toujours été là proche de moi, le jouer c’était comme une évidence, cela fait 25 ans que je chemine avec. Et puis cette écriture, faussement naïve est très précise, elle se scande comme un rap, j’ai pu complètement me l’approprier. "

Sur scène, le comédien est entouré d'un musicien de renom : Dominique Mahut, compositeur, percussionniste et accompagnateur talentueux de Barbara, Jacques Higelin, Bernard Lavilliers… Pour Swann Arlaud, "Mahut enveloppe ce personnage seul en scène, c’est à la fois l’ange, le géant, le très haut… sa musique nous fait basculer dans l’univers du conte". 

Une âme de rappeur

Le rap vient du cœur, il y a un rapport au langage, une forme d’engagement dans lequel je me retrouve.

Ex-adolescent révolté, nourri de culture urbaine, Swann Arlaud est amateur de rap, il en écoute et en écrit, même si cela reste une activité confidentielle, "Ce n’est pas exactement mon endroit" confie-t-il modestement à Vincent Josse. Il échange avec le rappeur toulousain Melan dont il recommande le titre Incompris aux auditeurs. Réalisé en Espagne, le clip "très soigné" de ce titre nous transporte dans un univers cinématographique.

Invitée surprise du Grand Atelier, Isabelle Carré a partagé la scène avec Swann Arlaud dix ans plus tôt (Une femme à Berlin). Elle se souvient avec émotion de son ex-partenaire et souligne sa générosité : "Je suis très touchée d’avoir assisté à ses débuts. Continuer à jouer au théâtre lorsqu’on travaille pour le cinéma, c’est une preuve d’humilité " ajoute-t-elle.

Jouer, c'est trembler et faire trembler

Dans Grâce à dieu (2019) de François Ozon, Swann Arlaud jouait un jeune adulte brisé après avoir été abusé par un prêtre. Le film dénonçait le silence de l’Eglise face aux abus d’enfants par l’ex-père Preynat

Swann Arlaud, cérémonie des Césars :

Si le cinéma a le pouvoir de faire trembler, on peut être fier. 

Swann Arlaud avait campé le désarroi d’un jeune éleveur dans Petit Paysan  (réalisé par Hubert Charuel) et avait obtenu le césar du meilleur acteur pour le rôle en 2018.

Pour une agriculture respectueuse de l'écosystème

Citoyen engagé, Swann Arlaud  a choisi de réunir deux  amoureux de la nature dans son Grand Atelier : Perrine Hervé-Gruyer de la Ferme du Bec Hellouin qui pratique la permaculture en Normandie  et Gaspard d’Allens, journaliste indépendant spécialisé dans l’écologie.

"L’écologie, c’est une manière d’être au monde, c’est retrouver une attention au vivant." Gaspard D’Allens (Reporterre), "La nature pousse à l’humilité, on ne peut pas tricher avec elle."  Perrine Hervé-Gruyer.

"L’agro-industrie pousse à cette chosification des bêtes. Les maladies comme celle de la vache folle ou les pandémies ne viennent pas de nul part, elles ont des causes écologiques. Il faut remettre en cause un certain modèle d’agriculture. Il y a une grande réforme foncière à mener, il faudrait commencer par re-découper les territoires en plus petites parcelles pour inventer un modèle nouveau. " Gaspard d'Allens

"En France, un agriculteur se suicide tous les deux jours " ajoute Perrine Hervé-Gruyer, elle aussi, très sensible à la détresse des agriculteurs. 

Swann Arlaud se dit attaché aux "médias indépendants, loin des médias de masse". Il a souhaité mettre en valeur le journal en ligne Reporterre, un média en libre accès qui vit de dons, sans recourir à aucun annonceur.

Je suis un citoyen concerné et consterné par ce qui se passe. Il faut une putain de grande révolution.

"J’ai envie de m’engager de manière personnelle, cela parait banal, mais le confinement nous a montré nos dysfonctionnements. J’aimerais bien participer à un vaste changement.

P. Hervé-Gruyer :  "La permaculture, ce n'est pas une méthode de jardinage ni une super façon de faire du maraîchage, c’est une manière de réfléchir le monde … "

"La parole d’un acteur a-t-elle une valeur ? c’est discutable… on nous offre une tribune, mais j’ai plutôt envie de m’engager de manière personnelle, en tant que citoyen." S. Arlaud

ALLER PLUS LOIN

Réécouter : Le Grand Atelier de Swann Arlaud

Réécouter : La terre au carré : La permaculture et la ferme du Bec Hellouin

Réécouter : On aura tout vu avec le casting de Grâce à dieu

Découvrir : Reporterre, le quotidien de l'écologie

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.