Nicole Kidman retrouve le créateur de "Big Little Lies", pour une mini-série diffusée sur OCS. Les critiques d'Une Heure en Série se sont laissés séduire par l'écriture de David E. Kelley et la performance du couple Nicole Kidman - Hugh Grant.

Nicolas Kidman et Hugh Grant dans The Undoing
Nicolas Kidman et Hugh Grant dans The Undoing © HBO

The Undoing que l'on pourrait traduire par L'effondrement est une mini-série américaine en six épisodes, diffusée sur OCS depuis le 26 octobre, à raison d'un épisode par semaine, au lendemain de la diffusion américaine. 

L'intrigue, par Xavier Leherpeur

"L'histoire se déroule dans le milieu chic et huppé de New York, où la vie des femmes et épouses se déroule sans accroc entre le dépôt, le matin, des enfants à l'école, le boulot et les soirées mondaines dans lesquelles tout ce beau monde se retrouve pour parler robes de soirée et charité. Tel est le quotidien de Grace, psy le jour et épouse modèle le reste du temps. Au début de la série, Grace fait la connaissance d'une autre mère dont le fils est dans la même école que celui de notre héroïne. Mais cette jeune femme semble totalement étrangère à ce monde hyper friqué. Elle est retrouvée assassinée quelques jours plus tard. Très vite, la police concentre ses recherches autour de Grace, et en particulier autour de son mari, qui a subitement disparu au lendemain du crime. 

The Undoing est écrite et produite par David E. Kelley le créateur d'Ally McBeal, mais également récemment de Mr. Mercedes. La série est mise en scène par Susanne Bier, une cinéaste d'origine danoise à laquelle on doit dernièrement Bird Box, toujours disponible sur Netflix. 

Dans les rôles principaux de ce thriller marital, Hugh Grant, qui a plutôt bien vieilli, Donald Sutherland qui est toujours la classe incarnée. Lily Rabe, que j'adore qui est une actrice que l'on voit trop rarement et Nicole Kidman qui retrouve David E. Kelley, avec lequel elle avait travaillé sur Big Little Lies". 

Ava Cahen : "L'atout majeur de cette série, c'est Nicole Kidman"

"Comme on dit dans le jargon sériephile, moi, j'ai bingé* les cinq épisodes de cette série qui en compte six et j'ai définitivement envie de savoir comment la série va se conclure. Parce que même s'il y a des twists** qu'on voit venir à des kilomètres, on est quand même pris par l'enquête, davantage que par l'intrigue conjugale, d'ailleurs. 

En tout cas, pour ma part, rien n'est vraiment original dans cette série. On connaît bien le milieu qu'elle décrit, celui de la bourgeoisie de l'Upper East Side qui fait dans le caritatif pour se donner bonne conscience. On sait d'avance que cette vie bien ordonnée va être bouleversée par une série d'événements plus ou moins prévisibles. 

Toute la question que pose cette série, c'est : connaît-on vraiment ses proches ? 

Chacun des protagonistes a ses petits secrets, son lot de linge sale qui va finir par être lavé en public, devant une cour, devant un jury. L'atout majeur de cette série, pour moi, c'est Nicole Kidman. Elle est passionnante à regarder. On voit une actrice qui joue. Mais vraiment, une actrice qui joue. Et c'est fascinant de la voir faire. 

Nicole Kidman
Nicole Kidman / HBO

Elle est tantôt glaçante, tantôt émouvante, tantôt elle s'habille comme Carrie Bradshaw dans Sex and the City, tantôt on retrouve son profil plus glacé et plus glaçant de Big Little Lies

C'est une série qui m'intéresse peu en réalité, vous l'aurez compris, mais ce qui m'intéresse, c'est Kidman. C'est la manière dont elle compose ce personnage opaque, évanescent, ténébreux.

Après si c'est pas très surprenant parce qu'on a vu plus d'une série de ce genre et qu'on a lu plusieurs polars et donc que les récits à tiroirs, ça nous connaît. Je dois dire que la réalisation est assez léchée. On est dans des tons de saison un brun, bleu, des couleurs fauves, et ça colle assez bien avec l'humeur des personnages, avec ce qu'ils sont aussi. Parce que ce qu'on voit, ce sont des fauves dans une belle cage dorée qui va se transformer en cellules grises". 

Benoit Laganne : "C'est une mécanique bien huilée"

"On retrouve tout le sens de David E. Kelley, ce qu'il sait faire dans ses séries depuis très longtemps, donc Ali McBeal entre autres, c'est-à-dire la description de la confrontation de ces familles face à la machine criminelle et judiciaire. Ça, il sait très bien l'écrire et c'est parfait. Notamment dès qu'on arrive dans les épisodes de Cour de justice. Là, tout le sens de l'écriture de David E. Kelley prend de l'ampleur. C'est une mécanique bien huilée. 

Je rejoins Ava même si, pour moi, ce n'est pas forcément Kidman qui fait tenir vraiment la série. J'aime beaucoup le jeu de Hugh Grant, que je trouve tout en finesse et à la fois, il peut être terrifiant et adorable dans le même plan. 

Côté réalisation : trop d'effets de style tue l'effet de style, et je préfère me concentrer sur l'écriture et cette mécanique où finalement tout le monde peut être, jusqu'à elle-même, suspect. Et je suis comme Ava. J'ai vraiment envie de savoir la fin. 

Hugh Grant
Hugh Grant / HBO

Xavier Leherpeur est peu convaincu par Nicole Kidman 

"Je dois avouer que j'étais un peu comme vous. Sur le papier, je me suis dit encore un drame bourgeois, new yorkais, de suspicion, madame, monsieur, et je me suis laissé prendre, tant par l'écriture, que par la mise en scène. Je trouve qu'elle apporte un glaçage supplémentaire dans ce gâteau qui aurait pu être un petit écœurant.

Je suis plus circonspect sur l'interprétation un peu exagéré (mais il faut dire qu'elle n'a plus beaucoup d'expressions) de Nicole Kidman, qui est obligée quand même de beaucoup écarquiller les yeux, de beaucoup arrondir la bouche pour faire passer ses émotions et du coup, la mise en scène est un petit peu entravée par cela". 

Ariane Allard : "Kidman magnétise la caméra"

"Je partage l'opinion de d'Ava sur Nicole Kidman. C'est vrai qu'au départ, j'étais gênée par ce visage figé, glacé, etc. En fin de compte, je trouve que ça ajoute quelque chose de supplémentaire au personnage. C'est un personnage qui est au bord du précipice, au bord de l'effondrement. L'effondrement, c'est celui de sa famille, mais c'est le sien intérieur aussi. Je trouve ça assez pertinent. 

L'autre chose que j'aime beaucoup, c'est qu'elle magnétise totalement la caméra. Et pourquoi elle la magnétise, c'est qu'il y a aussi tout un travail - c'est idiot à dire - autour de ses cheveux. Elle a une chevelure flamboyante. 

C'est la Nicole Kidman telle qu'on l'a connue à ses tous débuts, quand elle avait 20 ans. C'est vraiment incroyable.

Et ça se passe dans une ville qui elle-même est rattrapée par l'automne, qui rentre dans l'hiver. Je trouve qu'il y a tout un travail sur les couleurs, la façon dont elle est habillée, souvent avec un long manteau en velours vert pané qui est très beau d'ailleurs. Elle est au centre de tout. Elle est quasiment de tous les plans, mais je trouve ça très pertinent le travail qui est fait autour d'elle et avec elle. 

Matilda De Angelis, la victime
Matilda De Angelis, la victime / HBO

La série décortique la mécanique des classes. Vous avez tous parler de la haute bourgeoisie, mais la jeune femme qui est assassinée, c'est quand même une jeune femme qui n'était pas dans sa classe. Son petit garçon est dans cette école parce qu'elle a eu une bourse, parce que c'est une artiste. Encore une fois, je trouve toujours intéressant dans une mécanique aussi bien huilée qu'il y ait quelqu'un qui n'est pas à sa place, qui est inapproprié. Alors bien sûr, ce n'est pas du Ken Loach, on n'est pas dans la lutte des classes, mais ça raconte ça quand même aussi. 

Ça reste un thriller psychologique classique, mais moi aussi, je suis tombée dedans et je l'ai bingée". 

Xavier Leherpeur : "Mis à part cette petite réserve sur le jeu, malheureusement, maintenant "unique", de Nicole Kidman, 

La série fonctionne, sur un registre déjà très fréquenté, mais c'est une vraie réussite. 

Hugh Grant est assez impressionnant". 

Ariane Allard : "Lui fait son âge et il le porte très bien".

  • *Binger : regarder à la suite tous les épisodes d'une série télévisée
  • **Twist : un retournement inattendu

Avec :