A Paris, le graffeur toulousain Tilt, pose ses valises à la galerie Wallworks. Une exposition consacrée aux objets. Etonnant retour en vogue de la pince-monseigneur et de l'extincteur que ce blog ne pouvait pas laisser passer sans rien faire. Que font les objets dans le travail d'un homme de lettres comme l'est Tilt? Les lettres sont chez lui des formes et du sens, et il joue des objets pour leurs formes, leurs fonctions et leur sens. Il brouille les pistes de toute signification. Ces accumulations de lettres en forme pour en faire des objets, dans des espaces délimités, cela fait écho de manière inattendue à Arman, point départ réflexif de ce blog.

blogcs interview automatique (ok)
blogcs interview automatique (ok) © Radio France

Tilt travaille dans les rues et en atelier, à partir de lettres. Serait-il un lettriste d'un nouveau genre. Ce n'est pas tant le sens qui l'intéresse, mais plutôt les formes avec des lettres tout en rondeurs de bulle qualifiées de “throw-up”.

Il a accepté de se prêter à l'exercice de l'interview automatique... ou pas! Il le fut vraiment. Je l'en remercie. Il ressort un intérêt pour les objets qui interviennent dans le travail de graf.

On vous savait passionné de couleurs, de lettres, de murs, de skate, de Bubble Girls, et l’on vous retrouve avec des outils ? Que viennent-ils faire dans votre travail ?

Til, Extincteur
Til, Extincteur © Til, Benjamin Roudet

Tilt: J'avais envie de faire une exposition autour d'objets qui n'ont pas vraiment bonne réputation et qui ont une connexion directe avec le graffiti. Pour la majorité des gens ces objets ne sont que des outils, mais pour les graffeurs ce sont des objets complètement liés à leur pratique, comme la pince-monseigneur qui sert à découper des grillages… Pour 99 % des gens, un extincteur ça sert à éteindre le feu, pour le 1 % restant d'initiés, c'est un objet qui, rempli de peinture, sert à faire des tags géants. C'est ce côté schizophrène des objets qui m'intéresse .

Qu’est ce qu’un objet pour vous ? un souvenir ? un usage ? une arme ? un déchet ? un poème ? autre chose ?

Tilt: Ca peut être tout ça à la fois. Les objets qui m'attirent ont tous plusieurs sens de lecture . Dans une de mes toiles, intitulée “Beetljuice”, on peut tout de suite identifier la cagoule comme un vêtement qui sert à se dissimuler ou encore repérer la citation faite à l'univers de Tim Burton. Pour moi, c'est aussi le souvenir d'avoir acheté une cagoule comme celle-là avec Mist à Tokyo. Sur une autre toile, “Bleu pétrole”, on voit une grenade avec des lettres et un drapeau américain sur un joli fond de couleur : mon propos n'est pas de délivrer un message, je préfère laisser chacun se questionner…

Tilt, Beetlojuice
Tilt, Beetlojuice © Tilt

tilt monseigneur
tilt monseigneur © benjamin roudet

Un objet fait de lettres, c’est quoi ?

Tilt: C'est une grande part de mon travail aujourd'hui : j'utilise la lettre comme un pixel , et je peins des objets en les détournant de leur fonction première. Tout le monde sait ce qu'est une grenade , mais en l'enjolivant sur une toile, je lui donne une autre lecture, une autre finalité que la guerre ou la mort. C'est une traduction du figuratif pour amener le public à se poser la question de ce qu'il comprend ou pas. C'est l'essence même du graffiti : on ne comprend pas toujours ce qu'il y a d'écrit, est-ce qu'il faut aimer ou détester…

Tilt, Bleu Pétrole
Tilt, Bleu Pétrole © Til, Benjamin Roudet

Villeglé, Hains, cela vous dit quoi ? (c’est pour un sondage)

Tilt: J'accroche sur ce travail, surtout les grands formats d'affiches lacérées de Villeglé. Au-delà des couleurs et des formes, c'est la notion du temps capté qui me parle : combien d'affiches politiques ou de concerts sur les murs de la ville…

Vos projets en ce moment ?

Tilt: Je viens de passer six mois dans mon atelier pour préparer cette exposition chez Wallworks et j'ai réellement besoin de repartir voyager. J'ai quatre grands projets de fresques murales à venir : à Beyrouth au Liban, à Bogota en Colombie, à Calgary au Canada et à Detroit aux Etats-Unis.

Tilt / Magic & Destroy Du 5 avril au 27 juillet 2013 à la galerie Wallworks, 4 rue Martel 75010 Paris http://www.galerie-wallworks.com/

blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.