Sonia Devillers, productrice de "l'Instant M" reprécise la position de son émission média : couvrir l’affaire iTélé, pas l'affaire Morandini.

Jean-Marc Morandini a sa conférence de presse en juin 2016
Jean-Marc Morandini a sa conférence de presse en juin 2016 © AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT

Phénomène très rare sur une télévision privée, l’antenne était en grève hier sur iTélé. À 18h, l'antenne a repris par un journal - qui s’est achevé sans “un traître mot sur la grève qui affecte sa chaîne et que soutient pourtant une écrasante majorité de ses camarades”. Puis sur l'émission de Jean-Marc Morandini, qui a eu lieu en direct, avec le concours de techniciens venues en renfort de la maison mère : canal

Bruno Donnet raconte la façon dont Jean-Marc Morandini a conduit sa première émission dans un tel contexte.

Un type mis en examen arrive à l’antenne, mais - présomption d'innocence, admettons.

Bruno Donnet a été sidéré par la manière dont Morandini a débarqué comme si de rien n’était. "Ce n’était plus Morandini mais Moran-dénit : toute une émission sur les médias, le sujet de son émission, sans un mot ni sur son arrivée ni sur la grève".

Après l'intervention du chroniqueur, Sonia Devillers a tenu à donner un petit mot personnel.

Elle tient à repréciser la position de son émission média sur France Inter, l'Instant M : couvrir l’affaire iTélé (ou comment une chaîne info impose avec brutalité cet animateur à sa radio) mais pas l’affaire Morandini.

La journaliste rappelle aussi :

On peut aussi rappeler que Le Grand Direct des médias a été la locomotive de l’audience d’Europe 1 et que tout le PAF, à de rares exceptions près, s’est précipité dans cette émission pendant des années. Les mêmes qui hurlaient hier soir sur les réseaux sociaux au journalisme de merde.

Et la journaliste de conclure : “Le problème, ce sont peut être les pratiques et l’image de Jean-Marc Morandini - c’est surtout ce qu’en fait iTélé

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

► LIRE AUSSI les réactions sur Twitter

► L'émission de Sonia Devillers, l'Instant M