1er programme du 25 au 25 octobre - dimanche 26 octobre 15h & 20h30

For MG The Movie 1991 / Homemade 1966 / Newark (Niweweorce) 1987

2ème programme du 28 octobre au 1er novembre

Foray forêt 1990 / If you couldn

Le jeu des formes

Un florilège de l’extraordinaire « précis de liberté » légué par Trisha brown, alors qu’elle a décidé de cesser de chorégraphier.

Homemade -1989
Homemade -1989 © Vincent - P

Avec Trisha brown, la chorégraphie est devenue précis de liberté, en un flot insaisissable de courses suspendues, de chutes inattendues, d’élans joueurs, de prises esquivées . La danse, « répartition démocratique du mouvement dans le corps tout entier », comme l’a dit un jour la chorégraphe à Yvonne Rainer, autre figure de proue de la « post modern dance », semble y couler de source, telle une onde de vie gorgée d’une extraordinaire fluidité, en activité constante. Mais l’art de Trisha Brown, en contrepoint de cette essentielle force organique du mouvement, est d’une rare rigueur dans le jeu des formes, dans la construction et la mise en abîme des structures de composition. À plus de 75 ans, Trisha a décidé de cesser de chorégraphier. Les pièces « historiques » que sa compagnie présentera au Théâtre de la Ville sont de véritables diamants, qui portent le témoignage unique d’une oeuvre au long cours, que l’on peut revoir sans jamais se lasser, ou découvrir comme si elles venaient d’être créées.Jean-marc adolphe

Extraits de l'entretien avec les deux directrices artistiques associées que la chorégraphe a choisies pour assurer sa relève.

Diane Madden – danseuse de la Trisha Brown Dance Company, de 1980 à ce jour, et directrice des répétitions à partir de 1984 – se lance adolescente dans la danse classique pour corriger sa gaucherie, mais elle ne décroche jamais le rôle du cygne. Installée à New York, elle passe à côté de « l’explosion de créativité » qui caractérise la danse américaine des années 1970. C’est au Hampshire College qu’elle découvre ensuite le monde qui devient le sien. Après avoir fait un stage avec la compagnie, elleécrit à Trisha Brown.Carolyn Lucas – danseuse de la Trisha Brown Dance Company, 1984-1994, puis assistante à la chorégraphie, 1993-2011 – se lance à 3 ans dans la danse indienne, avant de passer au ballet. À 15 ans, elle veut être ballerine ; c’est ensuite à la North Carolina School of the Arts qu’elle découvre la modern dance et la composition. Elle entre à SUNY Purchase. À 19 ans, elle entend parler de Trisha Brown, en allant la voir à la Brooklyn Academy of Music. « Sidérée »: jamais elle n’avait vu personne danser ainsi.

Trisha brown a longtemps évolué par cycles, correspondant à des questionnements précis. les deux programmes recouvrent des époques différentes.

Diane Madden : Ils mettent en lumière et en relation des oeuvres et des périodes. Entre Homemade (1966) et la plus récente, If you couldn’t see me (1994), les autres appartiennent aux cycles Valiant [héroïque] et Back to Zero [Retour à zéro].

Foray forêt 1990
Foray forêt 1990 © Julieta Cervantes

Newark et Astral convertible font partie du cycle héroïque. Quelle était la recherche de Trisha brown?Carolyn Lucas : Elle voulait changer après le cycle Unstable Molecular Structures. De Newark, elle dit : « J’ai commencé à chercher du vocabulaire en déplaçant des meubles dans le studio. De là une résolution à nous projeter, moi et les danseurs, dans des mouvements puissants et des géométries soigneusement dessinées par le corps, en forme de mobilier au départ. »Elle voulait aussi étudier le mouvement masculin et un type de danse à deux qui déjoue les stéréotypes des genres. Trisha nous donnait des images… délirantes – comme: « Jette Carolyn comme une porte battante. » Puis elle nous laissait essayer. Elle appréciait autant les propositions inattendues que les réponses à ce qu’elle avait en tête.D. M . : J’aime la relation entre Homemade, qui est hors cycle, et For MG The Movie, la deuxième pièce de Back to Zero : Homemade utilise un film, tandis que For MG évolue comme un film. Le solo de Trisha dans For MG comporte des mouvements excentriques qui renvoient à ceux de Homemade. Dans ces deux pièces, Trisha utilise des gestes personnels décalés, apparemment abstraits, qui ont un sens précis pour elle. Elle dit : « Ce qui m’intéresse, c’est d’amorcer un geste reconnaissable et de le modifier immédiatement. »Enfin, For MG comporte un des plus beaux solos que Trisha ne se soit jamais écrit.

Astral Converted
Astral Converted © Stéphanie Berger

Et dans Back to Zero, que cherchait-elle ?C. L : Une danse moins musclée, une énergie autre, un retour au calme qui permette l’émergence de mouvements aberrants, un tissage entre des images, à la fois évocatrices et énigmatiques, et des sons, atmosphériques ou distants.d. m. : Pour elle, dans Foray forêt, la fanfare invisible accomplit une deuxième danse, dans l’espace sonore mais aussi dans la mémoire – tout le monde a un souvenir de fanfare.C. L : Foray forêt, la première pièce de Back to Zero, suggère un récit intangible.D. M . : Qui s’affirme dans le solo de For MG.C. L : Oui. Alors qu’au début de ce solo, elle parle de tenir un sac à main, elle donne rarement des références aussi concrètes en construisant Foray.Elle évoque des gestes « subconscients ».Explique-t-elle ce terme?C. L : « Dénué de toute connotation ». Dans Foray, je danse ce qu’on appelle la « phrase douce », comme une horloge. Tout en ne devant rien évoquer, je dois être totalement présente. Faire l’horloge demande de la régularité, or la chorégraphie s’écrit dans le silence. J’entends la forme et l’élan nécessaires pour danser cet enchaînement, sans à-coups, comme une chanson que je peux chanter et rechanter.D. M .. : Dans le second programme, chaque pièce est une collaboration avec robert rauschenberg, fruit d’un partenariat prolifique. Pour Astral convertible [Cycle Valiant], Trisha rêve d’une oeuvre « portative » qui puisse être dansée sur des places publiques. Décor, lumières… que tout soit gonflable. Bob peu convaincu – et s’il y a du vent ? – propose des tours qui rendent le spectacle autonome en fournissant le son et la lumière. Au grand plaisir de Trisha, car la danse produit ainsi ses propres espaces sonores et visuels.C. L : If you couldn’t see me part d’un désir de « dessins avec les jambes » et de « pas qui voyagent » qui restent ensuite moteurs dans sonexploration du territoire du dos.Propos recueillis par denise luccioni

Newark
Newark © Stéphanie Berger.

La tournée

  • 13,14,15 septembre 2013 são Paulo (brésil) Teatro Alfa - Les Yeux et l’âme, Watermotor, Foray Forêt, Set and Reset- 9,10,11 oct. 2013 londres, dance umbrella, Platform theatre - Astral Convertible, Watermotor, I’m going to toss my arms- if you catch them they’re yours- 15 octobre 2013 Orléans, Maison de la Culture - For M.G. the Movie, Les Yeux et l’âme, Watermotor, Newark- 18 octobre 2013 Metz, Pompidou Metz - programme early works- 19 octobre 2013 Metz, l’Arsenal - Astral Convertible, If you couldn’t see me, I’m going to toss my arms-if you catch them they’re yours- 31 oct., 1, 2, 4, 6, 7, 9, 10, 12, 14 nov. 2013 Paris, ballet de l’Opéra de Paris-Garnier - reprise de GLACIAL DECOY par les danseurs de ballet de l’Opéra de Paris- 5 novembre 2013 saint brieuc, la Passerelle - For M.G. the Movie, Les Yeux et l’âme, Astral Convertible Genève, AdC- 7 nov. 2013 - programme early Works (lieu à confirmer)- 9 nov. 2013 bâtiment des forces motrices - Astral Convertible, If you couldn’t see me, I’m going to toss my arms-if you catch them they’re yours- 12, 13 nov. 2013Marseille, Marseille Objectif danse/la Minoterie programme early Works Bruxelles/Charleroi, biennale Charleroi danse- 16,17 novembre 2013 la raffinerie à bruxelles - programme early Works- 19 novembre 2013 le Palais des beaux Arts à Charleroi - Watermotor, Foray Forêt, For M.G. : the Movie, Newark- 21, 22, 23 fév. 2014 - Hong Kong, ArTs FesTIVAl, lyric théâtre
Mots-clés :
Articles liés
Culture
Initiales DD
19 octobre 2017
Culture
Les flibustières
19 octobre 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.