La cadre est insolite, le public tout autant. Quatre chanteurs d’un ensemble polyphonique ont donné un concert fin mars dans une ferme laitière des Hautes-Alpes devant des vaches. Un moyen assez original de sensibiliser sur l’état de la culture en pleine pandémie de Covid-19.

Le concert à quatre voix de l'ensemble l'Albizzia dans une ferme des Hautes-Alpes © Youtube Benoit Dumon
Le concert à quatre voix de l'ensemble l'Albizzia dans une ferme des Hautes-Alpes © Youtube Benoit Dumon

Un concert à guichet fermé en pleine pandémie de Covid-19, l’image nous ramène à une époque où le virus n’existait pas. Quatre musiciens de l’ensemble polyphonique l’Albizzia ont pourtant chanté dimanche 21 mars dans une exploitation fermière à Forest-Saint-Julien dans les Hautes-Alpes. Il n'y avait pas de strapontin ni d’applaudissement puisque le public était composé d’une trentaine de vaches. La vidéo d’une dizaine de minutes publiée début avril sur YouTube dépasse les 4 500 vues. "Puisque nous chantons pour personne autant le faire pour des chèvres, des bovins", raconte Benoit Dumon. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"L’idée de ce concert vient de moments où nous plaisantions", commente le directeur artistique de l’ensemble. Habillés comme pour un concert normal, les quatre chanteurs de l’ensemble ont livré a cappella une prestation de plusieurs heures entre deux traites. "Les vaches étaient très réceptives aux œuvres de la Renaissance. Ce n’est pas forcément perceptible sur la vidéo mais au moment des premières notes, elles arrêtaient de brouter puis elles levaient la tête. C’était un beau moment avec une certaine émotion.", souligne Benoit Dumon.

Se réinventer pour exister 

On dit que la musique adoucit les mœurs. Ce concert a été l’occasion de se retrouver pour les membres de l'ensemble l'Albizzia. "On ne se voit pas puisqu'il n’y a pas de travail en ce moment donc le moral est très variable. Il y a un ras-le-bol et une certaine incompréhension généralisée", reconnaît Benoit Dumon. La vidéo postée sur internet n’est en rien une revendication pour une quelconque réouverture des salles de spectacles : "Nous ne sommes ni des syndicalistes ni des politiques. Ce n’est pas notre boulot. En revanche, nous pouvons alerter, sensibiliser le public sur l’état de la culture en 2021 en pleine pandémie alors que nous sommes, d'un point de vue professionnel, confinés depuis trop longtemps."

Il y a un ras-le-bol et une certaine incompréhension généralisée", Benoit Dumon

Chanter devant un parterre de vaches peut permettre à l’ensemble l’Albizzia de se faire remarquer : "Si la situation continue ou s’éternise, il faudra trouver d’autres moyens d’expression notamment au travers des réseaux sociaux." Le directeur artistique est d’ailleurs très sceptique suite aux annonces d’Emmanuel Macron lors de son allocution de mercredi soir sur la réouverture sous conditions de certains lieux de culture entre la mi-mai et le début de l’été. "Les promesses n’engagent que ceux qui les tiennent", commente Benoit Dumon.

Une naissance en plein concert

L’émotion ressentie au cours de ce concert aura sans doute atteint son apogée lorsque Anne-Claude et Michel, les deux propriétaires de l’exploitation, ont annoncé aux chanteurs la naissance d’un veau pendant leur spectacle. "Il a été baptisé Symphonia par l’éleveur", explique le directeur artistique de l’ensemble. Benoit Dumon veut y voir un symbole puisque l’objectif était aussi d’offrir aux vaches et au public via internet un moment de poésie. Les chanteurs n’ont d’ailleurs pas dérogé à la règle du salut final mais sans demande de rappel de la part du public.