Inaugurée cette semaine, L'Arche du Photojournalisme ouvre avec un reportage de l'Américaine Stephanie Sinclair intitulé "Too Young To Wed/Mariées trop jeunes".

Yémen. Nujoud Ali (12 ans), 2 ans après son divorce. Son mari était son aîné de plus de vingt ans. L’histoire de Nujoud a fait l’effet d’une bombe dans le pays et a forcé le parlement à examiner un projet de loi fixant un âge minimum pour le mariage
Yémen. Nujoud Ali (12 ans), 2 ans après son divorce. Son mari était son aîné de plus de vingt ans. L’histoire de Nujoud a fait l’effet d’une bombe dans le pays et a forcé le parlement à examiner un projet de loi fixant un âge minimum pour le mariage © Stephanie Sinclair / Too Young to Wed

Perché à 110 mètres de hauteur à la Défense, L'Arche du Photojournalisme, a ouvert cette semaine à Paris, offrant un lieu s'étalant sur 1200 m2. La direction artistique est assurée par Jean-François Leroy, aussi fondateur du festival international Visa pour l'Image. Il a choisi d'ouvrir ce lieu unique à Paris avec un reportage bouleversant de Stephanie Sinclair sur les mariages prématurés.

Inde, Yémen, Ethiopie, Afghanistan, Népal... La photojournaliste américaine travaille depuis presque 15 ans sur les mariages forcés pratiqués dans plusieurs pays du monde, pour des raisons sociales, spirituelles ou économiques. Elle livre aussi des témoignages poignants d'enfants et adolescents, comme Aracely, 15 ans, qui fait partie des 500 000 jeunes filles guatémaltèques mariées avant d'être adultes.

Autre exemple, Tahani avait 6 ans et son mari 25 ans lorsqu'ils se sont mariés :

Dès que je le voyais, je courais me cacher. Je le détestais.

Ses souvenirs sont rapportés par Stephanie Sinclair qui l'a photographiée ici (en rose) dans son village avec une autre petite mariée, Ghada, son ancienne camarade de classe :

Environs de Hajjah, Yémen.
Environs de Hajjah, Yémen. © Aucun(e)

Stephanie Sinclair a couvert la guerre en Irak depuis ses débuts et aussi le conflit en Afghanistan. C'est là-bas qu'elle découvre que certaines fillettes préfèrent s'immoler plutôt que d'être mariées de force dès 9 ans à des hommes beaucoup plus âgés. Très engagée, Sinclair crée en 2012 l'ONG Too Young To Wed, qui vise à protéger les droits des petites filles et empêcher ces mariages d'enfants.

Selon UNICEF, le mariage précoce a de nombreuses conséquences : une fois mariées, les filles ne vont plus à l'école ; elles ont souvent des problèmes de santé liés à des grossesses prématurées, élevant le taux de mortalité maternelle et infantile ; les adolescentes sont plus vulnérables aux infections sexuellement transmissibles dont le VIH/SIDA. D'autre part, il est fréquent que les mariages d'enfants entraînent de la maltraitance.

► "Too Young to Wed – Mariées trop jeunes" de Stephanie Sinclair. Exposition ouverte tous les jours de 9h30 à 18h30 du jeudi 1er juin au dimanche 24 septembre 2017. Plus d'infos sur le site la Grande Arche.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.