Le cinéaste américain Francis Ford Coppola, Michel Jonasz pour son nouvel album, Camille Lellouche en vrai et en tournée, l'historien spécialiste des couleurs Michel Pastoureau, Jean-Yves Ferri et Didier Conrad pour le dernier "Astérix et Obélix" en BD : les grands moment de Boomerang cette semaine !

"Une bonne histoire, c'est un récit qui nous embarque dans un voyage"
"Une bonne histoire, c'est un récit qui nous embarque dans un voyage" © Getty / Natalia Crespo

Joséphine Dumoulin vous propose le Best-of de Boomerang de cette semaine, à partir des entretiens d'Augustin Trapenard :

9 min

Le Best-of de Boomerang du vendredi 25 octobre 2019

Par Joséphine Dumoulin

Francis Ford Coppola

Le réalisateur des grands classiques du cinéma américain que sont "Le Parrain" ou encore "Apocalypse Now" a reçu le 11e Prix Lumière, pour l’ensemble de son œuvre et de sa brillante carrière. Il s'est entretenu avec Augustin Trapenard

FFC : "Une bonne histoire, c'est un récit qui nous concerne, qui nous entraîne, qui nous embarque dans un voyage, qui a peut-être un début, un milieu et une fin, c'est l'expression condensée de notre histoire à nous, de notre vie.

Et si on changeait d'objectif, si on passait de la production à l'éducation, qu'en serait le résultat ? Les gens seraient-ils pareils ou seraient-ils plus fraternels ?"

Michel Jonasz

C'est son groove bien singulier qui en a sans doute fait l'un des plus grands compositeurs-interprète français. À l'occasion de la sortie de son nouvel album "Le Méouge, le Rhône, la Durance", Michel Jonasz est venu se confier dans Boomerang

MJ : "Petit déjà j'entendais de la musque française, ça a toujours été là dans ma famille depuis que je suis enfant, c'est pour ça que je me dis que chaque chose qui s'est passée dans ma vie n'a pas été là par hasard. 

J'ai souvent du mal à exprimer mes émotions à travers la parole, c'est pour ça que c'est très utile d'écrire et de chanter

Camille Lellouche

L'humoriste et Youtubeuse qui s'était révélée en 2015 dans le cadre de "The Voice" est actuellement en tournée avec son spectacle "Camille en vrai". Au micro d'Augustin Trapenard, elle raconte comment elle est parvenue à réaliser son rêve en mêlant la chanson, l'humour et la scène : 

CL : Dans chaque personnage, il y a un peu de moi : quand je travaillais en restauration, je servais plein de gens aux milieux sociaux différents, que ce soit la bourgeoise, la routière, la bobo, la femme du Nord... J'ai vraiment un humour d'observation, j'adore observer les gens, leurs manières. 

J'essaie de tout reproduire, j'aurais voulu être mille personnes, j'essaie de toutes les incarner ! 

Pour traiter du thème de la violence, la scène est le meilleur endroit pour en parler, car je suis sûre qu'il y a des femmes présentes, à qui cela arrive tous les jours... 

📖 LIRE - Camille Lellouche : "C'est sur scène que je me dévoile le plus"

Michel Pastoureau

Augustin Trapenard recevait l'historien et spécialiste de la période médiévale pour parler notamment des représentations des couleurs pour l'époque dont le "jaune" qui fait l'objet de son dernier ouvrage : 

MP : "Je pense que cette attirance pour la couleur remonte à très haut chez moi : depuis les ateliers des peintres, la pharmacie de ma mère et les emballages de médicaments qui obéissent à des codes couleurs tacites. 

Vous pouvez ouvrir un dictionnaire au mot "couleur" vous verrez que les auteurs auront un mal fou à dire ce que c'est ! Et que peuvent faire les sciences humaines d'une telle définition ? Absolument rien ! C'est indéfinissable". 

📖 LIRE - "Le cochon, notre cousin mal-aimé" : Michel Pastoureau sur la condition animale

Jean-Yves Ferri et Didier Conrad

Cela fait quatre albums qu'ils honorent l’héritage d’Uderzo et de Goscinny, Jean-Yves Ferri et Didier Conrad étaient les invités de Boomerang à l'occasion de la sortie du 38e volume "La fille de Vercingétorix" : 

Didier Conrad : "Quand vous découvriez l'Astérix des origines, ça n'avait qu'une petite audience et justement, pour nous la BD c'est resté le truc qu'on fait dans son atelier !" 

Jean-Yves Ferri : "Concernant la représentation de la fille de Vercingétorix, on voulait une fille qui trace elle-même sa propre route, et ça ce n'était pas possible avant". 

📖 LIRE - "La fille de Vercingétorix", une aventure sous le signe des femmes et de l'écologie

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.