L'exposition "David Bowie Is", consacrée à David Bowie et présentée à la Philharmonie de Paris en 2015, connaît à partir de ce mardi une seconde vie... sous la forme d'une application pour smartphone. Dans un décor en réalité augmentée, vous pouvez visiter l'exposition et consulter les documents d'archive.

Sur l'écran du smartphone, votre bureau devient un musée miniature consacré à David Bowie.
Sur l'écran du smartphone, votre bureau devient un musée miniature consacré à David Bowie. © Radio France / Stéphane Jourdain

Pour les fans, c'était un incontournable ; pour les novices, l'occasion de découvrir la carrière et le travail de l'un des artistes majeurs de la pop music : David Bowie. En 2015, quelques mois seulement avant la sortie de son ultime album et sa disparition, la Philharmonie de Paris accueillait une exposition événement, "David Bowie Is", qui retraçait le parcours de cet artiste aux mille facettes.

On y découvrait, guidé par un casque sans fil retransmettant la musique de Bowie ou le son des documents d'archive, comment l'artiste avait débuté à Londres, comment après son premier succès, "Space Oddity", il avait créé ses différents personnages, ou encore comment il avait été influencé par tous les autres domaines des arts, de la mode au cinéma en passant par la poésie. 

Ce mardi 8 janvier, date anniversaire de l'artiste, cette exposition fait son retour... mais sous le format d'une application mobile. "David Bowie Is" est disponible sur l'App Store d'Apple et le Play Store de Google, et elle est payante (9€, soit un peu moins que le prix d'un billet d'entrée à l'époque). Selon le communiqué de presse annonçant la sortie de l'application, celle-ci "offre un accès à des centaines de costumes, de vidéos, de manuscrits, d’œuvres d'art originales et plus encore, aux millions de fans de Bowie qui n'ont pas pu visiter l'exposition".

L'adaptation en réalité augmentée de 'David Bowie Is' permettra au visiteur de passer autant de temps qu'il le souhaite sur chaque objet, et de passer au suivant. 

Sur une surface plane, l'exposition apparaît sur l'écran du smartphone sous la forme de salles miniatures à explorer
Sur une surface plane, l'exposition apparaît sur l'écran du smartphone sous la forme de salles miniatures à explorer / Capture d'écran / David Bowie Is

La promesse est tenue : l'exposition est fidèlement reconstituée dans l'application, qui suit son parcours et l'enrichit même de quelques pièces en plus, relatives notamment à la préparation du dernier album, Blackstar. Pour s'immerger dans l'exposition, il suffit de pointer une surface plane (une table ou un bureau) avec son appareil photo, et les différentes pièces se déploient sur l'écran du smartphone, un peu à la manière d'un livre animé. En se déplaçant avec le téléphone à la main, on peut donc explorer chaque pièce, lire les manuscrits, faire pivoter les costumes reproduits en 3D.

L'une des vitrines de l'exposition virtuelle, à consulter sur son téléphone. En cliquant sur un document, on provoque un zoom dessus.
L'une des vitrines de l'exposition virtuelle, à consulter sur son téléphone. En cliquant sur un document, on provoque un zoom dessus. / Capture d'écran / "David Bowie Is".

On retrouve grâce à une bande sonore immersive le plaisir de l'exposition, qui plongeait les visiteurs dans la musique de Bowie de bout en bout. Et l'on redécouvre les images qui l'ont inspirée, les premiers jets de certaines chansons devenues mythiques, ou les artistes qui l'ont entouré - où l'on découvre par exemple que l'un des costumes utilisés pour une prestation de The Man Who Sold The World au Saturday Night Live était directement inspiré des dadaïstes français, dont Tristan Tzara. Ou encore, comment le texte de Life on Mars avait, à l'origine, été pensé pour une version en anglais de Comme d'Habitude.

Le plaisir de se plonger en immersion dans cette exposition se trouve toutefois contraint par la réalité augmentée : l'application - gourmande en batterie - est faite pour être utilisée idéalement dans un lieu calme où vous pouvez bouger et tourner autour de la surface que vous aurez choisie. Pas question de l'utiliser, par exemple, dans les transports en commun. Si vous ajoutez le récit oral, vous aurez droit à la voix de l'acteur Gary Oldman contant les propos introductifs de chaque salle. Point noir : c'est en anglais, comme tout le reste des textes explicatifs de l'exposition, car celle-ci a été conçue par le Victoria & Albert Museum de Londres, qui a produit l'exposition et l'a fait voyager dans le monde entier.

Mais même en laissant de côté les commentaires, les fans et les amateurs de David Bowie s'y retrouveront avec plaisir, et l'exploration des documents d'archives, très nombreux, vaut le détour. En bonus, l'application inclut une "salle" (virtuelle) dans laquelle vous pouvez revoir les clips majeurs de l'artiste, et une autre, transcription miniature de la salle finale de la "vraie" exposition, qui présente de nombreux extraits de concerts.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.