Avec son cliché de Patti Smith, pris après un concert de 1978 à Paris, le photographe Franck Vieljeux nous replonge dans l’ambiance punk de cette époque. Il n'avait que 20 ans et ne savait pas encore qu'une carrière de reporter de guerre l'attendait.

Jay Dee Daugherty (batteur),Patti Smith, Wehfeh, Lenny Kaye (guitariste) à l’Hôtel Sheraton de Paris, le 26 mars 1978
Jay Dee Daugherty (batteur),Patti Smith, Wehfeh, Lenny Kaye (guitariste) à l’Hôtel Sheraton de Paris, le 26 mars 1978 © Franck Vieljeux

C’est la découverte d’une photographie, jusqu’ici inconnue, représentant l’icône rock des années 70 : Patti Smith. Réalisé à l’Hôtel Sheraton de Paris, juste après son concert au Pavillon de Paris , le 26 mars 1978, le cliché restitue l’ambiance de l’époque : Patti, floue et vêtue de noir avec son chapeau feutré ; ses musiciens, dans leur monde ; et son amie Wehfeh, elle aussi un peu ailleurs…

L’auteur de cette image est plus connu pour ses photos de conflits, que pour ses portraits de stars du rock. L’ancien reporter de guerre, Franck Vieljeux, a travaillé pour les agences Sipa et Sygma pendant 25 ans . Il se remémore l’ambiance de ce moment privilégié pour un jeune photographe timide, qui n'avait alors que 20 ans :

Je trouvais la lumière très faible, je ne suis pas resté longtemps. Nous avons bu un verre, dans une ambiance assez cool. Patti était pas mal fatiguée car elle venait de faire une grosse tournée américaine avant cette série de concerts en France. Elle m’a demandé si j'avais apprécié le concert, car son guitariste, Lenny Kaye, avait trouvé la sono’ mauvaise. J’avais pris rendez-vous le lendemain pour faire des photos dans de meilleures conditions, mais ça ne s’est jamais fait.

Franck Vieljeux est à l’époque proche de Wehfeh que l’on voit affalée dans son fauteil, au fond à droite. C’est grâce à elle qu’il obtient le rendez-vous avec Patti Smith. Wehfeh était un peu styliste, un peu mannequin. Elle naviguait dans le monde du rock, avec des gens comme Alain Pacadis, le dandy punk des années 80 , ou encore sa grande amie Nancy Spungen , la petite copine héroïnomane de Sid Vicious, des Sex Pistols.

►►► ALLER PLUS LOIN : Alain Pacadis, Itinéraire d’un dandy punk

Avant ce cliché, Franck Vieljeux vendait des photos de rock au magazine Actuel , de Jean-François Bizot, au journal Interview et à Rock and Folk . Pourtant, cette photo de Patti n’a jamais été publiée : « Mais j’en garde un bon souvenir. Nous étions trois photographes, lors du concert. Après cette photo,je suis devenu l’assistant de Lucien Clergue , fondateur des Rencontres d’Arles. Lucien m’a enseigné l’art du tirage et de la lumière. C’est à Arles qu’il m’a présenté Ralph Gibson », explique Franck.

►►► RÉÉCOUTEZ || Emission Regardez Voir exceptionnelle avec Lucien Clergue (mai 2013)

« J’ai quitté le monde du Rock pour celui de la guerre »

Franck part ensuite pour New York : « Ralph me payait en canettes de bière , mais j’ai beaucoup appris avec lui. J’avais 20 ans. J’avais besoin de gagner de l’argent. J'ai eu la chance de rencontrer Chris Blackwell, le boss d’Island Records. » Ce label avait de grosses pointures, dont le plus connu : Bob Marley . Le jeune photographe habite alors au Chelsea Hotel, avec son chien Kim : « Seul le Chelsea acceptait les animaux. Dans la chambre, en face de la mienne, il y avait Nina Hagen avec son lapin qui courait le long des couloirs, en coupant tous les fils électriques qu’il croisait. »

Photographie-t-on de la même manière des stars du rock et les conflits ?« Que ce soit un palestinien dans le camp de Chatila ou Patti Smith dans sa chambre d’hôtel, je fais ma photo de la même façon. Dans une situation de conflit, tu n’as pas à faire de mise en scène, la réalité de l’image est devant toi et instantanée, avec la lumière du moment. Pour les stars de Rock : idem. Pas de lumière artificielle et pas de flash, je déteste. Je ne suis pas un photographe de studio. » Au bout d’un an, Franck rentre à Paris. Il rencontre Göksin Sipahioglu le fondateur de Sipa Press.

J’ai quitté le monde du Rock pour celui de la guerre, j’avais 24 ans. J’en ai pris pour 20 ans, en passant par Sygma et feu La Cinq comme cameraman toujours spécialisé dans les conflits .

En 1992 La Cinq ferme : Vieljeux continue en freelance pendant une dizaine d’années, avant de s’installer aux Bahamas où il vit désormais. Il réalise aujourd’hui un travail plus personnel. Il a récemment édité deux livres : The Lord of the sands , des photographies en noir et blanc des Pasos péruviens, des chevaux connus pour la douceur de leurs mouvements, et A journey on Long Island Bahamas .

►►► ALLER PLUS LOIN || Patti Smith raconte Robert Mapplethorpe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.