Les cinémas sont fermés, certes, mais le cinéma est partout. En DVD ou sur les plateformes, voici une sélection de films à voir ou à revoir, recommandés par Laurent Delmas et Christine Masson.

Le cinéma chez soi
Le cinéma chez soi © Getty

Crash de David Cronenberg

par Laurent Delmas 

Sexe, auto et photographie au programme de ce film absolument provocateur. C'est un couple qui rencontre un photographe, lui-même fasciné par les accidents de la route et les blessures qu'ils provoquent dans le corps des accidentés. C'est dire si le sujet est scabreux. Dans le livret qui accompagne ce très beau coffret collector qui vient de sortir chez Carlotta, Olivier Père écrit : 

Le film de Cronenberg est une fabrique de simulacres pour essayer de jouir, de vivre, d'accéder à des expériences nouvelles. 

Voilà ce que vous aurez comme conséquences en revoyant, en voyant, en découvrant ce très beau film, très intéressant, très foisonnant, plein de provocation, effectivement. 

Il y a aussi les très beaux éclairages sur la musique qui est écrite par Howard Shore, des éclairages de Thierry Jousse. Et des entretiens avec Cronenberg, avec son producteur, son chef opérateur, le musicien, la directrice de casting... Et, cerise sur le gâteau des bonus : trois courts métrages de Cronenberg. Donc vraiment, c'est un très, très bel objet. C'est bien d'avoir aussi le temps. On est très déçu et très triste de pas aller en salles. C'est bien aussi de découvrir la profusion et la richesse de la production des DVD Blu-Ray en France. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • "Crash", un film de David Cronenberg - Coffret Ultra Collector, distribué par Carlotta

Deux Leconte sinon rien

par Laurent Delmas

Ce n'est pas le Leconte des Bronzés, c'est le Leconte qui en 1987, signe son premier film, vraiment personnel, presque intime. Ce film s'appelle Tandem. Il nous est très cher ici, à la Maison de la Radio, parce que c'est l'histoire de Jean Rochefort, alias Michel Mortaise, qui parcourt la France entière avec son jeu de radio, La langue au Chat

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le film est absolument merveilleux, ravissant de mélancolie, parce que c'est aussi l'histoire d'un type qui ne sait pas que sa carrière est terminée, qui ne sait pas que la direction a décidé de le virer. Seul Gérard Jugnot, son assistant, le sait. C'est le premier rôle dramatique de Jugnot. Rochefort est incroyable de mélancolie. Il est déjà ailleurs et en même temps très proche de nous. 

On peut l'associer à Monsieur Hire. Leconte a eu le culot incroyable d'adapter Les fiançailles de M. Hire de Georges Simenon, après Duvivier et après que Michel Simon se soit emparé du rôle principal que Michel Blanc reprend. Ça tient très bien la route grâce à la maestria de Leconte et au fait qu'il ne fait pas un remake du Duvivier. Il fait une autre adaptation du beau roman de Simenon et ça donne un film spécifique. Ça donne un très beau film de Patrice Leconte, justement. 

  • "Monsieur Hire" de Patrice Leconte - distribué par Pathé!
  • "Tandem" de Patrice Leconte, distribué par Pathé! 

Tempête à Washington d'Otto Preminger

par Laurent Delmas

Le président des Etats-Unis doit choisir son secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères. Mais la procédure américaine veut que ce choix soit validé par le Sénat. Tout le film repose là-dessus, c'est à dire au Sénat, y compris au sein de la majorité démocrate. Il y a un sénateur du Sud qui s'appelle Cooley, joué par Charles Laughton qui est une ordure absolue, un vieux politicard qui a décidé de s'opposer à la nomination d'Henry Fonda. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C'est un film extraordinaire qui en dit énormément sur le système politique américain qu'on ne connaît pas bien. Ça nous apprend beaucoup, notamment, sur le rôle du chef de la majorité, par exemple, qui est très important. J'ai noté qu'il y a 61 rôles parlants dans ce film de Preminger. C'est énorme, ça prouve le brio, la maestria de Preminger. C'est filmé merveilleusement, c'est un huis clos, quasiment. Au Sénat et dans quelques bureaux, c'est incroyable. 

Quelqu'un me faisait remarquer que manifestement, les nombreux scénaristes des nombreuses séries américaines sur le sujet politique ont vu, et revu peut-être même, Tempête à Washington. 

Les sept de Chicago d'Aaron Sorkin

par Christine Masson

1968 - Une manifestation contre la guerre au Vietnam en marge d'une convention démocrate à Washington, ça dérape. Affrontements violents entre la police et différents groupes d'opposants. Après l'élection de Nixon, un nouveau procureur général décide de lancer une procédure contre les sept organisateurs. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Montage subtil entre reconstitution de cette manif et grand morceau de procès. On connaît l'art des dialogues chez Sorkin, doublé d'une réflexion profonde et pertinente sur la société, l'engagement, les dissensions entre les différentes factions. Plaidoyer captivant et haletant servi par des acteurs remarquables. Sacha Baron Cohen, Joseph Gordon-Levitt, Franck Langella qui joue le vieux juge, Eddie Redmayne ou Mark Rylance, l'avocat. C'est un grand plaidoyer démocrate juste avant l'élection, et c'est fait exprès. D'où aussi cette diffusion sur Netflix pour vraiment ratisser au plus large avant ce scrutin. 

  • Les sept de Chicago, un film d'Aaron Sorkin - A voir sur Netflix

India song de Marguerite Duras

par Laurent Delmas

Calcutta, 1937, Delphine Seyrig, plus Michael Lonsdale, plus les mots de Duras, plus les images de Bruno Nuytten, plus la musique de Carlos d'Alessio. 

Moi, je veux bien qu'on s'endorme devant India Song, on a le droit. Mais franchement, autant de cinéma, autant de mots, autant de passion, autant d'acteurs incroyables, autant de voix off parfaitement maîtrisées.... Vraiment, c'est du cinéma ! 

C'est une superbe immersion dans ce que peut être un film. Et ce DVD, cette édition Blu-Ray aussi lui rend parfaitement hommage avec en plus une heure d'entretien de l'époque avec notamment Marguerite Duras.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • "India Song", un film de Marguerite Duras - Coffret distribué par Tamasa

Les Livres

"Jean-Louis Trintignant : dialogue entre amis", un livre de Serge Korber et Jean-Yves Katelan, avec la participation de Jean-Louis Trintignant, publié aux Éditions de La Martinière

C'est un beau livre de La Martinière : il y a de superbes photos, mais il y a aussi des textes de Bardot, de Roman Kolinka, de Jacques Perrin, qui parlent de Jean-Louis Trintignant, qui en parle de très belle façon. Jean-Louis Trintignant, c'est quand même un acteur star et en même temps, d'une pudeur, d'un effacement parfois extraordinaires. Le livre lui rend tout à fait hommage et justice d'un point de vue cinématographique. 

"A l'affiche - Films cultes", publié par les Éditions BNF.

22 posters de 22 films. C'est vraiment de vrais posters à afficher. Ça part, évidemment, de La Belle et la bête, Autant en emporte le vent, Le Dictateur, L'Arnaque. À l'est d'Éden. Enfin, vraiment, des chefs d'œuvre du cinéma et aussi des chefs d'œuvre à l'affiche. Et il y a un art des affichistes qu'on perd un peu. Récemment, Albert Dupontel nous disait combien il prenait soin de l'affiche de ces films et vous retrouverez de magnifiques affichiste dans ce livre.

Thèmes associés